Tops albums 2021 par Chris Brokaw, FACS, It It Anita, Opium Dream Estate

Publié par le 11 janvier 2022 dans Non classé, Rubriques à brac, Tops Albums

Chaque année, après les tops albums de la rédaction et ceux détaillés des rédacteurs, nous donnons la parole à des artistes dont les albums ont été plébiscités pour qu’ils évoquent à leur tour leurs disques de l’année.

Place aux tops de Chris Brokaw qui a signé notre album de l’année, FACS et son fa(c)scinant Present Tense, It It Anita auteurs d’une nouvelle tartelette indie/noise rock et les frenchies Opium Dream Estate, dont le dernier album s’est révélé comme une magnifique découverte gothfolk.

(Sous chaque top une playlist. Quand les morceaux ne sont pas sur youtube, un lien bandcamp sous les albums en question. S’ils ne sont sur aucun des deux, ça se complique…)

Le top de Chris Brokaw

Meilleurs albums :

Azita – Glen Echo

Dave Berman a osé lui confier l’intégralité de l’album. L’audace a payé ! Ma chanteuse/compositrice préférée de l’année.

White Widow – May All Things Dissolve In An Ocean Of Bliss

Face B d’un split avec Astro. Un jeune duo des Philippines. Le film d’horreur de l’année. Terrifiant, des ados hurlant, enfermés au sous-sol pendant que le labo de meth crame à l’étage du dessus.

Joe Colley – Trance Tapes / Tear / Trying To Play Nothing

Quelqu’un a écrit ça sur un forum noise « ce mec joue aux échecs pendant que tout le monde joue aux dames ». Des disques intrigants et fascinants, tous les trois très différents les uns des autres mais excellents.

Astrid Oster Mortensen – Gro Mig En Blomst

Un classique instantané… et instantanément introuvable devenant ainsi un objet de collection de façon grotesque. J’espère qu’il sera réédité, c’est trop bon pour rester secret.

Kali Malone – The Sacrificial Code

Double vinyle de musique d’orgue, minimaliste et sacrée. Je n’ai pas arrêté d’y revenir.

Clearance – Reverse Realism

On écoute ça pour Zac Davis muthafukka!

Linekraft – Asura

De l’indus moderne terriblement accrocheur, ce mec est visiblement incapable de sortir un mauvais disque.

Hali Palombo – The Infinity Room

Un packaging multimédia des plus enchanteurs composé d’un 7”, une cassette avec une histoire contée – ET LA FACE B EST LA MÊME CHOSE À L’ENVERS, un artwork peint à la main, et deux jetons pour le plus grand carousel du monde. Merci Blake Edwards pour vos sorties cette année, vraiment excellent.

Grouper – Shade

Contient de nouvelles inspirations mélodiques, beaucoup de guitare acoustique, un chant totalement dénué de fioritures et un visuel au verso qui représente la parfaite illustration du nord-ouest Pacifique (ça me glace le sang !). Je collectionne les vinyles de Grouper.

Van Gogh Torments – Stillborn

Un coffret de 4 cassettes, une collaboration entre Dominick Fernow et Lussuria ? Je n’en suis même pas sûr (NdR : on a de sérieux doutes quant à Fernow). Palpitant et super !

Anne Gillis – « … »

La compositrice, artiste visuelle et de scène sort son premier album en 27 ans, minimal, cryptique, déployant un univers singulier. Profondément inspiré et inspirant.

Artiste le plus écouté : Thought Broadcast

J’ai acheté 4 cassettes et 3 vinyles de ce mec cette année. Lo-fi, rythmé, d’improbables jams abstraits issus d’une autre planète. Abduction est probablement mon préféré. Quelques similitudes avec Suicide, pour donner un point de comparaison. Comme le sentiment d’errer tard la nuit à New York, du moins le New York dont j’ai le souvenir.

Artiste le plus écouté bis : Puce Mary

J’ai également beaucoup écouté ses cassettes et albums cette année. Cinématique, captivant, des récits richement détaillés dans lesquels, systématiquement, un rythme cool et inattendu débarque. Mon préféré est sans doute The Great Panic mais ils sont tous excellents.

Meilleur clip : Shakewell – 5 Ways

Mes deux minutes préférées en 2021. Je l’ai regardé une centaine de fois et je ne m’en lasse jamais. Meilleure équipe de film d’action de l’année.

Meilleur coffret : Autechre + The Hafler Trio “aeo3 + 3hae”

Un coffret 7 LP dans lequel se perdre. Une attention incroyable portée aux détails. L’artwork et le livret sont vraiment superbes, à explorer et lire attentivement. Sans doute ma sortie préférée de l’année.

Meilleure réédition : Tolerance

Un coffret 4 LP d’un duo japonais du début des années 80.

Meilleure réédition bis : Egisto Macchi – The Complete AYNA Sessions 1972-76

Mon autre réédition de l’année, un coffret de 13 CD d’un Italien classe. Vivement recommandée.

Le top de FACS

Luke Stewart – Works for Upright Bass and Amplifier

La grosse cylindrée de DC qui touche à tout. Works for Upright Bass and Amplifier sonne comme quelqu’un qui essaierait de digérer le monde dans lequel on vit actuellement.

Tara Clerkin Trio – In Spring

Découvert via la newsletter de World Of Echo. Décalé et tourné vers l’avenir.

Vacant Gardens – Obscene

La beauté abimée est un genre dans mon esprit et les deux cassettes sorties par Vacant Gardens en sont les textes fondateurs.

Suuns – The Witness (chronique)

Toujours en train d’évoluer et de repousser leurs limites. The Witness est d’une authenticité comparable à celle de Laughing Stock (Talk Talk).

Matt Christensen

Le mystérieux guitariste de Chicago sort des disques d’une beauté contemplative au moins deux fois par mois. Suivez-le sur Bandcamp et émerveillez-vous.

Yes/and – Yes/and

Je me suis réveillé un jour avec ce disque dans mon téléphone. On voyage beaucoup en restant immobile, sans chercher à tout savoir du projet, il faut simplement en profiter.

Julia Shapiro – Zorked

Le premier morceau est ralenti manuellement je pense, et ça me séduit à tous les coups. Je suis revenu à Zorked bien plus que je ne l’avais anticipé.

Phew – New Decade

La preuve qu’évolution et inspiration peuvent coexister.

Robert A.A. Lowe – Candyman Soundtrack

Le fait que beaucoup de monde se soit intéressé à l’œuvre d’un de mes amis les plus anciens et chers a rendu l’année beaucoup moins sombre.

La tournée avec Preoccupations et METZ

Au moment où vous lirez ces lignes, FACS aura joué plus de 30 concerts avec ces groupes en 2021. C’était chaque jour une leçon d’observer leur force d’implication et cette grande communauté de gens entièrement dévoués à la musique. Cela aura été très inspirant d’évoluer aux côtés de ces deux groupes à des moments importants de leur carrière.

Le top d’It It Anita

Elliott Stassen (basse) :

Chad VanGaalen – World’s Most Stressed Out Gardener

Mogwai – As The Love Continues (chronique, interview)

Wet Leg – Wet Leg (4 titres en attendant l’album)

Damien Aresta (guitare, chant)

Meskerem Mees – Julius


Ana Roxanne – Because of a Flower

Jesuslesfilles – L’heure idéale

Bryann Hayrat (batterie)

Idles – Crawler (chronique)

Grandaddy – The Sophtware Slump… On a Wooden Piano

Limp Bizkit – Still Sucks

Michaël Goffard (guitare, chant)

The War on Drugs – I Don’t Live Here Anymore

Godspeed You! Black Emperor – G_d’s Pee AT STATE’S END! (chronique)

Modest Mouse – The Golden Casket

Le top d’Opium Dream Estate

Par Sebastyen Defyolle (guitare-chant) et Guillaume Jannin (basse)

Nick Cave & Warren Ellis – CARNAGE

Converge & Chelsea Wolfe – Bloodmoon I

Sleaford Mods – Spare Ribs

Jarvis Cocker – Chanson d’ennui

FACS – Present Tense (chronique, interview)

IDLES – Crawler (chronique)

Squid – Bright Green Fields (chronique)

Shame – Drunk Tank Pink

Marissa Nadler – The Path of the Clouds

TV Priest – Uppers


Tous nos tops depuis le début de l’ère jurassique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.