Chokebore – A Taste For Bitters (rééd.)

Chokebore – A Taste For Bitters (rééd.)

(Amphetamine Reptile, 8 octobre 1996Rééd : Vicious Circle, déc. 2020) Gloire soit rendu à Vicious Circle, le label bordelais qui accueille en son sein Troy von Balthazar, et poursuit son œuvre de restauration de la discographie de son ancien groupe indispensable Chokebore, auparavant introuvable en vinyle sans sacrifier une partie de son anatomie. Après Motionless et Anything Near Water, c’est désormais A Taste For Bitters qui a les honneurs d’une réédition, en version « normale » ou vert aux éclats orange...

Lire la suite
Chokebore – A Taste For Bitters (rééd.)

(Amphetamine Reptile, 8 octobre 1996Rééd : Vicious Circle, déc. 2020) Gloire soit rendu à Vicious Circle, le label bordelais qui accueille en son sein Troy von Balthazar, et poursuit son œuvre de restauration de la discographie de son ancien groupe indispensable Chokebore, auparavant introuvable en vinyle sans sacrifier une partie de son anatomie. Après Motionless et Anything Near Water, c’est désormais A Taste For Bitters qui a les honneurs d’une réédition, en version « normale » ou vert aux éclats orange...

Lire la suite

DISCO EXPRESS #5 : Pearl Jam

DISCO EXPRESS #5 : Pearl Jam

À l’opposé de notre rubrique sobrement intitulée « discographies » qui se veut objective, exhaustive et documentée, nous avons choisi ici de vous résumer chaque mois des discographies avec concision, après une seule réécoute (quand ce n’est pas la première !) de chacun des disques. Des avis tranchés, des écrits spontanés, plus ou moins argumentés avec une bonne dose de mauvaise foi et d’amateurisme. Cause hey, this is just music! Ten (1991) : Mon préféré ? Quand j’avais 12...

Lire la suite
DISCO EXPRESS #5 : Pearl Jam

À l’opposé de notre rubrique sobrement intitulée « discographies » qui se veut objective, exhaustive et documentée, nous avons choisi ici de vous résumer chaque mois des discographies avec concision, après une seule réécoute (quand ce n’est pas la première !) de chacun des disques. Des avis tranchés, des écrits spontanés, plus ou moins argumentés avec une bonne dose de mauvaise foi et d’amateurisme. Cause hey, this is just music! Ten (1991) : Mon préféré ? Quand j’avais 12...

Lire la suite

METZ – Atlas Vending

METZ – Atlas Vending

(Sub Pop, 9 octobre 2020) Déjà le quatrième album chez Sub Pop pour le trio canadien METZ. Sur le précédent, ils avaient coché la case obligatoire “Recorded by Steve Albini”, aujourd’hui c’est avec le concours de Ben Greenberg, le guitariste de Uniform et producteur fameux de groupes tels que Institute, Destruction Unit ou encore Snakehole, qu’ils nous crachent leur nouvelle livraison de punk rock abrasif, sombre et sec comme la proverbiale trique. Rien ne change à METZ, si ce...

Lire la suite
METZ – Atlas Vending

(Sub Pop, 9 octobre 2020) Déjà le quatrième album chez Sub Pop pour le trio canadien METZ. Sur le précédent, ils avaient coché la case obligatoire “Recorded by Steve Albini”, aujourd’hui c’est avec le concours de Ben Greenberg, le guitariste de Uniform et producteur fameux de groupes tels que Institute, Destruction Unit ou encore Snakehole, qu’ils nous crachent leur nouvelle livraison de punk rock abrasif, sombre et sec comme la proverbiale trique. Rien ne change à METZ, si ce...

Lire la suite

Alice In Chains – Facelift

Alice In Chains – Facelift

(Columbia, 21 août 1990) Évoquer les trente ans du premier album d’Alice In Chains sans sombrer dans la nostalgie facile ni dans le révisionnisme opportuniste m’apparait être une gageure au moment d’écrire ces lignes. Charge à moi de ne pas m’écarter, de ne pas déraper, de ne pas m’enflammer, car c’est d’Alice in Chains dont il s’agit, une partie de la vie, quelque chose qui marque pour longtemps. Quand le groupe publie Facelift, le 21 août 1990, le Hard...

Lire la suite
Alice In Chains – Facelift

(Columbia, 21 août 1990) Évoquer les trente ans du premier album d’Alice In Chains sans sombrer dans la nostalgie facile ni dans le révisionnisme opportuniste m’apparait être une gageure au moment d’écrire ces lignes. Charge à moi de ne pas m’écarter, de ne pas déraper, de ne pas m’enflammer, car c’est d’Alice in Chains dont il s’agit, une partie de la vie, quelque chose qui marque pour longtemps. Quand le groupe publie Facelift, le 21 août 1990, le Hard...

Lire la suite

Sing Backwards And Weep : plongée dans les ténèbres avec Mark Lanegan

Sing Backwards And Weep : plongée dans les ténèbres avec Mark Lanegan

(White Rabbit, 28 avril 2020) Qui n’a jamais fantasmé sur cette période (les 90s) et cette ville (Seattle) qui ont vu éclore tant de grands groupes (re)mettant la guitare à l’honneur ? Hormis deux ouvrages indispensables qui se distinguent nettement : Everybody loves our town de Mark Yarm et Grunge is dead de Greg Prato qui ont le grand mérite de donner la parole aux principaux protagonistes de l’époque, nous manquions jusqu’ici cruellement d’un témoignage fort et incarné racontant...

Lire la suite
Sing Backwards And Weep : plongée dans les ténèbres avec Mark Lanegan

(White Rabbit, 28 avril 2020) Qui n’a jamais fantasmé sur cette période (les 90s) et cette ville (Seattle) qui ont vu éclore tant de grands groupes (re)mettant la guitare à l’honneur ? Hormis deux ouvrages indispensables qui se distinguent nettement : Everybody loves our town de Mark Yarm et Grunge is dead de Greg Prato qui ont le grand mérite de donner la parole aux principaux protagonistes de l’époque, nous manquions jusqu’ici cruellement d’un témoignage fort et incarné racontant...

Lire la suite