Tops albums 2020 par Chaos E.T. Sexual, E, Hey Colossus et Untitled With Drums

Publié par le 8 janvier 2021 dans Rubriques à brac, Tops Albums

Chaque année, après les tops albums de la rédaction et ceux détaillés des rédacteurs, nous donnons la parole à des artistes dont les albums ont été plébiscités pour qu’ils évoquent à leur tour leurs disques de l’année.

Après Bambara, Fàtima, Hifiklub et Tabatha Crash, place à ceux de Chaos E.T. Sexual, énorme révélation avec son fascinant Only Human Crust, au toujours aussi fiable groupe qu’on appelle E (jetez donc une oreille à Complications, si ce n’est déjà fait) constitué de Thalia Zedek (Come, Live Skull…), Jason Sidney Sanford (Neptune) et Gavin McCarthy (Karate), à Hey Colossus auteurs du gargantuesque Dances / Curses et Untitled With Drums et son terrassant Hollow.

(Sous chaque top une playlist, quand les morceaux ne sont pas sur youtube, un lien bandcamp sous les albums en question)

Chaos E.T. Sexual

Chiromancer – Guilty Pleasure EP
Chiromancer est un duo américain assez difficile à décrire, entre le free-jazz, la soul et le math-rock, et qui place tout ça dans une ambiance assez lourde bien prenante. On les connait car on a eu la chance d’héberger Evelyn Davis (voix/clavier) à la maison plusieurs fois, quant elle tournait en France avec Cheer Accident ou Fred Frith. C’est vraiment une artiste très très talentueuse, et c’est un bonheur de la voir évoluer avec ce batteur bien impressionnant également. Cet EP est un vrai tour de force, car il s’y dégage quelque chose de très personnel, très sensible et vraiment cohérent. Les morceaux prennent la forme d’envolées assez ahurissantes, bien aidées par la dynamique et la virtuosité des deux musiciens.

Clipping.- Visions of Bodies Being Burned
On n’avait jusqu’ici pas encore vraiment accroché à ce projet, mais avec cet album c’est désormais chose faite. Leur hip-hop sombre et futuriste vous plonge quelque part entre la camisole et l’abattoir, et les couplets assassins et hypnotiques de Daveed Diggs délivrés juste derrière votre oreille sont bien marquants. En plus, la production est assez exceptionnelle, très sèche et minimaliste, et elle participe grandement à l’ambiance de l’album. Les plages assez expérimentales, proches du drone ou d’un Ben Frost, s’alternent avec des hits au groove imparables, les unes mettant en valeur les autres. Bref, à vivre !

Ddent – Couvre Sang 
Bon, pour être francs, Ddent c’est un peu la famille : ils nous avaient invités à jouer avec eux pour leur tout premier concert, Louis qui compose tout est le fondateur du label Chien Noir qui vient de sortir notre nouveau disque, et on fait partie du line-up live de son autre projet NNRA. Ceci dit, ce nouvel album nous a bien impressionnés, et un cap de plus a été franchi : personne ne sonne comme eux et ils ont vraiment leur patte, facilement reconnaissable. Un bon tirage de chapeau aussi pour le morceau “VOILE”, et en particulier les orchestrations sur la fin, assez folles ! Bref, à conseiller à tout amateur/amatrice de musique instrumentale épique et mélancolique. On a vraiment hâte de pouvoir repartager la scène avec eux.

Moodie Black – Fuzz
On adore ce duo depuis que nos oreilles ont croisé leur musique, lors de la sortie de leur premier disque Nausea. La formule live est mortelle aussi, d’ailleurs. Sur ce nouveau disque, il et elle essaient pas mal de nouvelles choses, avec parfois des morceaux presque post-punk. Ça fait un album très varié qui s’écoute vraiment bien, et c’est toujours un énorme plaisir de retrouver ce flow ultra prenant et ces guitares toujours très bien trouvées. Vivement un retour sur scène par chez nous !

Napalm Death – Throes of Joy in the Jaws of Defeatism
On est fans de Napalm Death. Quasiment tous leurs albums, aussi différents soient-ils, ont eu un impact sur la musique qu’on fait, que ça soit pour Chaos E.T. Sexual ou pour notre autre projet Corrosive Elements (qui est d’ailleurs le nom d’un morceau de Napalm Death, c’est dire !). Pour autant, cet album nous a surpris, et il réussit une synthèse un peu inédite (à nos yeux) mais très cohérente entre le grind et le post punk, le tout noyé dans une ambiance de fin du monde. Le message délivré par l’album nous a également beaucoup parlé, et on se sent assez raccords avec leur vision et leur démarche.

Oranssi Pazuzu – Mestarin Kynsi
Oranssi Pazuzu nous passionne depuis le Hellfest 2013, et ce nouvel album a comme d’habitude tourné en boucle chez nous. L’ambiance y est vraiment singulière, la musique évolue en permanence de façon très fluide mais sans jamais d’évidences, les breaks sont subtils et imparables, les instruments utilisés de manière assez originale… En plus, la production est dantesque ! Du coup, comme d’habitude, on attend désormais le prochain, et leurs concerts !

Protomartyr – Ultimate Success Today (chronique)
Ca faisait un paquet de temps qu’on voyait passer ce nom, mais sans vraiment y faire attention. Mais là, coup de cœur dès la première écoute, avec les poils qui se dressent quasi non-stop sur tout le disque. C’est un peu indescriptible, mais les harmonies sont vraiment très belles, et le chanteur arrive à faire résonner sa voix au plus profond de nous. Bref, c’est très touchant, et ça nous a rappelé l’album National Service de Total Victory qu’on avait beaucoup aimé aussi. En plus, Protomartyr a sorti plein de très chouettes clips pour l’occasion, alors que demander de plus !

SATAN – Toutes ces horreurs
Après dix ans d’activités malfaisantes, SATAN nous quitte avec ce dernier album encore une fois très réussi (le précédent, Un Deuil Indien, était déjà fantastique). Depuis qu’on les a fait jouer dans notre salon il y a quelques années, on adore ce groupe qui mélangeait plein de caractères différents et complémentaires, avec entre autres l’artiste Riton La Mort / Bière Noire au chant, l’ancien batteur de Picore derrière les fûts, le boss du label grind Witch Bukkake à la basse… C’est sombre, sale, souvent rapide, et ils ont vraiment un son et un groove qui rendent ça très naturel et vivant. Bref, ça marche à fond !

Sepultura – Quadra
Clairement, Sepultura est un groupe qui a énormément compté pour nous dans notre appréhension des musiques extrêmes, et c’est un groupe qu’on respectera à jamais. Cet album-là est peut être un poil inégal, mais il a vraiment plein de très très bons moments, et ça fait chaud au cœur de les voir toujours essayer des trucs musicalement, tout en restant passionnés, engagés et concernés. Et puis, techniquement parlant, c’est toujours autant la grande classe.

Tar Pond – Protocol Of Constant Sadness (chronique)
De la science du riff parfait. On a toujours adoré Coroner et Celtic Frost mais on ne s’attendait pas du tout à être autant convaincu par ce projet-là, n’étant pas forcément de grands fans de doom à l’ancienne. Pourtant, ces quatre titres-là ont carrément fonctionné avec nous. C’est super massif, et en même temps la mélancolie qui ressort de chaque note et de chaque intervention vocale est vraiment très belle. Très hâte d’entendre une suite, si un jour suite il y a.

E

(ENGLISH VERSION BELOW)

Thalia Zedek (chant, guitare) :

Thurston Moore – By The Fire (chronique)
Thurston Moore aurait dû appeler son album On Fire tant il démontre que sa muse créative est explosive ces derniers temps ! Une excellente suite à l’incroyable Spirit Counsel sorti il y a quelques années.

Live Skull – Dangerous Visions
Oscillant entre des nouveaux morceaux (avec les membres originaux Mark C. et Rich Hutchins) et des inédits explosifs des 80’s, Dangerous Visions est une folle épopée !

Helen Money – Atomic
Helen Money est l’incroyable œuvre solo d’Alison Chesley au violon. Cinématique, hanté et sauvage. E espérait jouer avec elle en Europe. Hélas, 2020…

Jason Sidney Sanford (chant, guitare) :

Animal Hospital – Fatigue
Kevin Micka d’Animal Hospital est un vieil ami. C’est un perfectionniste, il a donc mis du temps à sortir cet album et j’étais heureux de le voir enfin sortir. Animal Hospital continue d’explorer les frontières de l’expérimental, tout en demeurant abordable. Je suis ravi qu’il continue de s’amuser avec la technologie et qu’il poursuive ce “dialogue” entre les différents instruments utilisés, qu’ils soient traditionnels, électroniques, ou même un simple switch utilisé de manière inhabituelle.

Midwife – Forever
Midwife est une artiste de Denver. Je devais jouer avec elle au printemps 2020, mais tout a été annulé évidemment. Je lui ai commandé son album malgré tout, et je l’apprécie beaucoup. D’abord, le vinyle est jaune, ce qui pourrait suffire à me convaincre, mais la musique est excellente aussi. Je suis très admiratif de sa capacité à faire simple. Moi-même j’essaie toujours de faire preuve de minimalisme… mais je finis toujours par faire des trucs compliqués ! Midwife parvient remarquablement à aller à l’essentiel, tout en transmettant beaucoup d’émotions dans sa musique.

Laura Ortman – WHIRLWIND SMOKES THE SOUNDWAVES/ as part of STTLMNT
Avec E, nous avons eu la chance de partager la scène avec Laura Ortman il y a quelques années à Brooklyn. Elle nous avait alors mis à genoux et elle est extrêmement prolifique, comme le démontre sa trentaine de sorties disponibles sur Bandcamp. Elle joue du violon électrique et fait régulièrement des collaborations. Sa musique peut être noisy et agressive ou plus dépouillée et hantée. Sa musique, bien qu’instrumentale, est politiquement engagée et pertinente.

Amirtha Kidambi & Lea Bertucci – Phase Eclipse
J’ai découvert ce duo en fouillant parmi les artistes du label d’Austin Astral Spirits. Les musiciens sont, eux, de Brooklyn. L’un d’eux chante, l’autre retouche son chant en manipulant la bobine. Les sonorités sont épurées mais riches, mélodiques et habitées. J’aime la façon de procéder de cette collaboration, deux personnes travaillant conjointement pour produire un seul son… D’une certaine manière, c’est ce que font tous les groupes, mais ce duo symbolise parfaitement l’idée que nous sommes tous liés les uns aux autres par la société et la technologie.

Franz Waxman – Bride of Frankenstein Soundtrack (première sortie en vinyle)

Gavin McCarthy (batterie, chant) :

Deerhoof – Love-Lore

Tropical Fuck Storm – Legal Ghost/Heaven EP

Hey Colossus

Bob Davis (guitare) :

Sex Swing – Type II

Sloath – III

Un single : Lynks – Pedestrian at Best (Courtney Barnett cover)
Une émission radio : Crime Junkie Podcast
Une affaire : Récupérer un ampli Carlsbro Stingray Lead presque comme neuf pour remplacer celui que j’ai explosé il y a deux ans.

Paul Sykes (chant) :

4/ Little Simz – Drop 6 EP

3/ The Silver Field – Sing High! Sing Low!

2/ Parris – Polychrome Swim

1/ Neil Young – Homegrown

Une expo : Bruce Nauman Retrospective – Tate Modern

Chris Summerlin (guitare) :

The Necks – Three

75 Dollar Bill – I Was Real (sorti en 2019 mais je n’ai mis la main dessus que cette année)

Slum Of Legs – Slum Of Legs

Clarke Blacker – Hear Us Through The Hole In Thin Air

Sweet Williams – That What You Hit

Rééditions : PJ Harvey – To Bring You My Love demos
Rowland S. Howard – Pop Crimes
Sonic’s Rendezvous Band – Detroit Tango
Chief Stephen Osita Osadebe – Osondi Owendi (2019 aussi mais je suis lent) Bass Clef – Inner Space Break Free

Livre : Sam McPheeters – Mutations
Guitare : 1973 Fender Telecaster
Nourriture : Custom Brazzle – un morceau de brie entre deux Frazzles (apéritif au bacon)
Loisir : chasse aux champignons
Alcool : la bière Spezial Rauchbier Hell

Joe Thompson (basse) :

Chain Whip – 14 Lashes

Muro – Pacificar

Aesop Rock – Spirit World Field Guide

Black Riot – Early Jungle, Rave and Hardcore

Réédition : Coil – Musick To Play In The Dark Vol. 1

Untitled With Drums

10/ Dogleg – Melee

9/ Nothing – The Great Dismal (chronique)

8/ Emma Ruth Rundle & Thou – May Our Chambers Be Full (chronique)

7/ Sevdaliza – Shabrang (chronique)

6/ Hum – Inlet (chronique)

5/ A.A. Williams – Forever Blue (chronique)

4/ Protomartyr – Ultimate Success Today (chronique)

3/ Sorry – 925

2/ Fontaines D.C. – A Hero’s Death (chronique)

1/ Moaning – Uneasy Laughter (chronique)

Tous nos tops depuis l’ère glaciaire

// ENGLISH VERSION // Best albums by E

Thurston Moore – By the Fire
https://thurstonmoore1.bandcamp.com/album/by-the-fire

Thurston Moore should have called this record “On Fire” as this record clearly demonstrates that his creative muse has been explosive recently!
A great follow up to last years amazing “Spirit Counsel”
(Thalia Zedek)

Live Skull – Dangerous Visions
https://liveskull.bandcamp.com/album/dangerous-visions

Careening from side to side between brand new tracks from the 21st century Live Skull (feat. original members Mark C. and Rich Hutchins) and blistering unreleased tracks from the 80’s, “Dangerous Visions” is a wild ride!
(TZ)

Animal Hospital – Fatigue
https://animalhospitalwsr.bandcamp.com/album/fatigue

 Kevin Micka of Animal Hospital is an old friend of mine.  He can be kind of a perfectionist, so this record has been long-awaited, and it was great to see it finally come out.  Animal Hospital continues to explore some experimental sound frontiers, while at the same time remaining distinctly musical.  I appreciate his playful engagement with technology, and his willingness to engage in a productive ‘dialogue’ with the materials he uses, whether those are traditional instruments, electronics, or even just unusual applications of something as fundamental as a switch.
(Jason Sidney Sanford)

Midwife – Forever
https://midwifemusic.com/album/forever

  Midwife is a Denver based artist.  I was supposed to play a show with her back in the Spring of 2020, but of course, everything was cancelled everywhere.  I ordered her record anyway, and really enjoyed it.  Well, first of all, the vinyl is yellow, so I was kind of sold right away.  But the music is great too.  I really admire her ability to be spare.  I myself feel that I am constantly in a battle to strip away musical elements down to their essentials…but things always end up getting complicated.  Midwife does a great job keeping it minimal, but really packing a lot of emotion into the music.
(JSS)

Laura Ortman – “ WHIRLWIND SMOKES THE SOUNDWAVES/ as part of STTLMNT”
https://thedustdiveflash.bandcamp.com/album/whirlwind-smokes-the-sound-waves-as-part-of-sttlmnt-an-indigenous-digital-world-wide-occupation
We (E) had the good fortune to play a show with Laura Ortman a few years back in Brooklyn, NY.  She knocked our socks off at that show, and continues to have an explosive and prolific output, as is evidenced by her thirty or more releases available on Bandcamp.  She plays electric violin and frequently collaborates.  Her work can be noisy and aggressive, or more spare and haunting.  While it is always instrumental (no words/lyrics) that doesn’t stop her sounds from being intensely politically engaged and meaningful.
(JSS)

Amirtha Kidambi & Lea Bertucci – Phase Eclipse
https://kidambibertucci.bandcamp.com/album/phase-eclipse

 Here’s a duo that I came across when I was checking out various artists on the Astral Spirits label.  The label is based in Austin, TX., but AK & LB are Brooklyn based.  One of them sings, and the other processes that singing live, by manipulating a reel to reel tape deck.  The sounds are spare but rich, and melodious yet haunting.  I appreciate this duo’s complication of the idea of collaboration, in that they are two people working together to produce one sound… I suppose, in a way, that is what every band or ensemble does, but this pair really seems to get to the essence of an idea about how we are all deeply interconnected by society and technology.
(JSS)

Deerhoof – Love-Lore
https://deerhoof.bandcamp.com/track/love-lore-2-knight-rider-raymond-scott-mauricio-kagel-eddie-grant-gary-numan
(Gavin McCarthy)

Tropical Fuck Storm – Legal Ghost/Heaven
https://tropicalfstorm.bandcamp.com/album/legal-ghost-heaven
(GM)

Helen Money – Atomic
https://helenmoney.bandcamp.com/album/atomic

Helen Money is Alison Chesley’s amazing solo cello work.
Cinematic, haunting and fierce, E had been looking forward to playing with her in Europe. Alas, 2020…
(TZ)

Franz Waxman – “Bride of Frankenstein Soundtrack” (first time on vinyl)
https://waxworkrecords.com/collections/vinyl/products/the-bride-of-frankenstein 
(JSS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *