Neil Young & The Crazy Horse – Zuma

Neil Young & The Crazy Horse – Zuma

Pas simple de débuter une chronique quand on s’attaque à l’œuvre d’un des plus grands guitaristes et songwriters de l’histoire du Rock. Neil Young est en activité depuis les années 60 (!) et je serais bien incapable de prétendre maîtriser son œuvre totalement. Je crois même n’avoir pas encore débuté l’écoute de ces albums de la décennie 1980 (on me dit dans l’oreillette que ce n’est pas trop grave). Mais depuis qu’un certain Kurt Cobain m’a mis sur sa...

Lire la suite
Neil Young & The Crazy Horse – Zuma

Pas simple de débuter une chronique quand on s’attaque à l’œuvre d’un des plus grands guitaristes et songwriters de l’histoire du Rock. Neil Young est en activité depuis les années 60 (!) et je serais bien incapable de prétendre maîtriser son œuvre totalement. Je crois même n’avoir pas encore débuté l’écoute de ces albums de la décennie 1980 (on me dit dans l’oreillette que ce n’est pas trop grave). Mais depuis qu’un certain Kurt Cobain m’a mis sur sa...

Lire la suite

Hey Colossus – Dances / Curses

Hey Colossus – Dances / Curses

(Wrong Speed, 6 novembre 2020) De la nicotine, du valium, du vicodin, de la marijuana, de l’ecstasy, de l’alcool et un bon vieil album des Who. C’est à ce genre de cocktail que font penser les premières mesures du nouvel album des anglais de Hey Colossus. Un “Feel Good Hit Of The Summer”, en plein milieu de l’automne, qui a largement de quoi nous occuper jusqu’au printemps. Le moins que l’on puisse dire sur ce nouvel album est qu’il...

Lire la suite
Hey Colossus – Dances / Curses

(Wrong Speed, 6 novembre 2020) De la nicotine, du valium, du vicodin, de la marijuana, de l’ecstasy, de l’alcool et un bon vieil album des Who. C’est à ce genre de cocktail que font penser les premières mesures du nouvel album des anglais de Hey Colossus. Un “Feel Good Hit Of The Summer”, en plein milieu de l’automne, qui a largement de quoi nous occuper jusqu’au printemps. Le moins que l’on puisse dire sur ce nouvel album est qu’il...

Lire la suite

Cypress Hill – Temples Of Boom

Cypress Hill – Temples Of Boom

(Ruffhouse, 31 octobre 1995) « Once again the powers of the herb open up the mind, seek deep inside, tell me what you find ».C’est par ces mots que s’ouvre Temples Of Boom. Les pouvoirs de l’herbe, Cypress Hill les connait mieux que quiconque mais en 1995, alors qu’ils sont au sommet après avoir vendu Black Sunday par camions, les substances psychotropes vont leur ouvrir de nouvelles portes de la perception. Le Hill ne voit plus d’éléphants roses, il aperçoit des...

Lire la suite
Cypress Hill – Temples Of Boom

(Ruffhouse, 31 octobre 1995) « Once again the powers of the herb open up the mind, seek deep inside, tell me what you find ».C’est par ces mots que s’ouvre Temples Of Boom. Les pouvoirs de l’herbe, Cypress Hill les connait mieux que quiconque mais en 1995, alors qu’ils sont au sommet après avoir vendu Black Sunday par camions, les substances psychotropes vont leur ouvrir de nouvelles portes de la perception. Le Hill ne voit plus d’éléphants roses, il aperçoit des...

Lire la suite

Emma Ruth Rundle & Thou – May Our Chambers Be Full

Emma Ruth Rundle & Thou – May Our Chambers Be Full

(Sacred Bones, 30 octobre 2020) Commençons par la fin. “The Valley”, en clôture du premier album d’Emma Ruth Rundle et de Thou, est l’archétype du morceau épique de neuf minutes qu’affectionnent les groupes de rock lourd depuis toujours. L’intro installe doucement une atmosphère chargée d’attente, les arpèges s’entremêlent et se durcissent au fil de la “montée” en puissance, la voix a du mal à contenir son émotion, on sent que ça vient, et alors tout se déchaîne, on en...

Lire la suite
Emma Ruth Rundle & Thou – May Our Chambers Be Full

(Sacred Bones, 30 octobre 2020) Commençons par la fin. “The Valley”, en clôture du premier album d’Emma Ruth Rundle et de Thou, est l’archétype du morceau épique de neuf minutes qu’affectionnent les groupes de rock lourd depuis toujours. L’intro installe doucement une atmosphère chargée d’attente, les arpèges s’entremêlent et se durcissent au fil de la “montée” en puissance, la voix a du mal à contenir son émotion, on sent que ça vient, et alors tout se déchaîne, on en...

Lire la suite

DISCO EXPRESS #5 : Pearl Jam

DISCO EXPRESS #5 : Pearl Jam

À l’opposé de notre rubrique sobrement intitulée « discographies » qui se veut objective, exhaustive et documentée, nous avons choisi ici de vous résumer chaque mois des discographies avec concision, après une seule réécoute (quand ce n’est pas la première !) de chacun des disques. Des avis tranchés, des écrits spontanés, plus ou moins argumentés avec une bonne dose de mauvaise foi et d’amateurisme. Cause hey, this is just music! Ten (1991) : Mon préféré ? Quand j’avais 12...

Lire la suite
DISCO EXPRESS #5 : Pearl Jam

À l’opposé de notre rubrique sobrement intitulée « discographies » qui se veut objective, exhaustive et documentée, nous avons choisi ici de vous résumer chaque mois des discographies avec concision, après une seule réécoute (quand ce n’est pas la première !) de chacun des disques. Des avis tranchés, des écrits spontanés, plus ou moins argumentés avec une bonne dose de mauvaise foi et d’amateurisme. Cause hey, this is just music! Ten (1991) : Mon préféré ? Quand j’avais 12...

Lire la suite

Nothing – The Great Dismal

Nothing – The Great Dismal

(Relapse, 30 octobre 2020) On commence à avoir l’habitude. C’est souvent quand on attend le moins un disque qu’il parvient à nous séduire d’emblée, effet de surprise aidant. Je le constate tous les ans au moment de faire mon top, où une bonne moitié des albums retenus sont l’œuvre de nouveaux artistes ou de certains que j’avais ignorés ou boudés jusqu’alors. En 2016, lorsque Tired Of Tomorrow, deuxième album de Nothing, m’est tombé sur le râble, je n’ai eu...

Lire la suite
Nothing – The Great Dismal

(Relapse, 30 octobre 2020) On commence à avoir l’habitude. C’est souvent quand on attend le moins un disque qu’il parvient à nous séduire d’emblée, effet de surprise aidant. Je le constate tous les ans au moment de faire mon top, où une bonne moitié des albums retenus sont l’œuvre de nouveaux artistes ou de certains que j’avais ignorés ou boudés jusqu’alors. En 2016, lorsque Tired Of Tomorrow, deuxième album de Nothing, m’est tombé sur le râble, je n’ai eu...

Lire la suite

Eels – Earth To Dora

Eels – Earth To Dora

(E Works/[PIAS], 30 Octobre 2020) On ne va pas se mentir, le retour de Eels pour un 13e album depuis 1996 (!), on n’en attendait pas grand-chose. De l’eau a coulé sous les ponts depuis Beautiful Freak, premier album remarqué et remarquable dans le monde indie post-Nirvana (NdR : trois albums l’avaient précédé sous le patronyme E). Et on n’avait suivi l’aventure que de loin depuis.La vie familiale tourmentée de son leader Mark Oliver Everett aka E a sans...

Lire la suite
Eels – Earth To Dora

(E Works/[PIAS], 30 Octobre 2020) On ne va pas se mentir, le retour de Eels pour un 13e album depuis 1996 (!), on n’en attendait pas grand-chose. De l’eau a coulé sous les ponts depuis Beautiful Freak, premier album remarqué et remarquable dans le monde indie post-Nirvana (NdR : trois albums l’avaient précédé sous le patronyme E). Et on n’avait suivi l’aventure que de loin depuis.La vie familiale tourmentée de son leader Mark Oliver Everett aka E a sans...

Lire la suite

PJ Harvey – Stories From The City, Stories From The Sea

PJ Harvey – Stories From The City, Stories From The Sea

(Island, 24 octobre 2000) Il y a finalement peu de disques que je me souviens précisément avoir achetés. Stories From The City, Stories From The Sea (SFTCSFTS ci-après) en fait partie. Je l’ai acheté le même jour que Kid A à la Fnac de Créteil entre deux cours à l’université. À cette époque, je n’écoutais presque plus de pop. Âgé d’une vingtaine d’années, j’absorbais la musique par tranches et en très grande quantité. La tranche que je m’étais envoyée...

Lire la suite
PJ Harvey – Stories From The City, Stories From The Sea

(Island, 24 octobre 2000) Il y a finalement peu de disques que je me souviens précisément avoir achetés. Stories From The City, Stories From The Sea (SFTCSFTS ci-après) en fait partie. Je l’ai acheté le même jour que Kid A à la Fnac de Créteil entre deux cours à l’université. À cette époque, je n’écoutais presque plus de pop. Âgé d’une vingtaine d’années, j’absorbais la musique par tranches et en très grande quantité. La tranche que je m’étais envoyée...

Lire la suite

DISCO EXPRESS #4 : The Cure

DISCO EXPRESS #4 : The Cure

À l’opposé de notre rubrique sobrement intitulée « discographies » qui se veut objective, exhaustive et documentée, nous avons choisi ici de vous résumer chaque mois des discographies avec concision, après une seule réécoute (quand ce n’est pas la première !) de chacun des disques. Des avis tranchés, des écrits spontanés, plus ou moins argumentés avec une bonne dose de mauvaise foi et d’amateurisme. Cause hey, this is just music! Three Imaginary Boys (1979) : c’est fougueux, juvénile, un...

Lire la suite
DISCO EXPRESS #4 : The Cure

À l’opposé de notre rubrique sobrement intitulée « discographies » qui se veut objective, exhaustive et documentée, nous avons choisi ici de vous résumer chaque mois des discographies avec concision, après une seule réécoute (quand ce n’est pas la première !) de chacun des disques. Des avis tranchés, des écrits spontanés, plus ou moins argumentés avec une bonne dose de mauvaise foi et d’amateurisme. Cause hey, this is just music! Three Imaginary Boys (1979) : c’est fougueux, juvénile, un...

Lire la suite

Interview – Deftones

Interview – Deftones

Qui aurait pu prédire une telle carrière à Deftones ? Affublé de l’encombrante étiquette nu metal, le groupe de Sacramento a transcendé sa musique, aboli les frontières, surmonté une tragédie et il est toujours là, vingt ans après son chef-d’œuvre acclamé White Pony, dix après le disque de sa renaissance, Diamond Eyes. Son neuvième du nom, Ohms, marque les retrouvailles avec Terry Date, leur producteur historique, et risque bien de surprendre. Une fois encore. De quoi conforter ses fans...

Lire la suite
Interview – Deftones

Qui aurait pu prédire une telle carrière à Deftones ? Affublé de l’encombrante étiquette nu metal, le groupe de Sacramento a transcendé sa musique, aboli les frontières, surmonté une tragédie et il est toujours là, vingt ans après son chef-d’œuvre acclamé White Pony, dix après le disque de sa renaissance, Diamond Eyes. Son neuvième du nom, Ohms, marque les retrouvailles avec Terry Date, leur producteur historique, et risque bien de surprendre. Une fois encore. De quoi conforter ses fans...

Lire la suite