Sebadoh @ Petit Bain (Paris), 07/10/19

Publié par le 9 octobre 2019 dans Live reports, Notre sélection | 0 commentaire

© Philippe Midy

Un concert de Sebadoh à Paris, c’est une bonne occasion pour tous les amateurs de rock indé de la capitale de se rassembler. Certes, ça fait aussi un petit choc de voir que les plus jeunes de la salle affichent une bonne trentaine, mais au moins ceux qui sont là ont vécu les années 90 sans les fantasmer et savent donc qu’un concert de Sebadoh, le haut du panier à l’époque, ça ne se loupe pas.

En première partie, The Dearly Beloved envahit la scène, presque littéralement puisqu’ils sont 6, pour nous proposer du punk rock à la limite de l’emo ou du californien. Bien en place, et bien fait, mais qui rappelle un peu trop de choses douteuses pour vraiment nous convaincre. On se demande un peu pourquoi ce groupe est l’heureux élu en terme de cohérence stylistique, mais on est forcé de reconnaitre qu’ils font le taf de leur mieux.

Une fois que Lou Barlow a fini de signer des vinyles et serrer des mains, avec sa simplicité habituelle, le trio entre enfin en scène et nous propose une entrée en scène on ne peut plus jouasse : “Beauty Of The Ride”, jouée avec une énergie et une bonne humeur palpables. Puis viennent “Not A Friend” et “Soul And Fire” qui, contrairement à ce qu’on croirait ne calment pas vraiment le jeu. Finalement, un groupe de punk rock en première partie, ce n’était pas si illogique.

© Philippe Midy

La structure du concert suit celle de la tournée, Lou et Jason Loewenstein enchainent 5 morceaux chacun, avec une entrée en matière qui ressemblerait presque à un rappel avant d’enchainer les compos du dernier album (et “I Will” au milieu). L’ambiance est bonne, le groupe communique, nous répète qu’il regrette de ne faire qu’une date en France et s’excuse même de jouer autant de nouveaux morceaux après nous avoir remercié de les écouter. “C’est pas comme si vous aviez le choix…vous auriez pu partir !“, plaisantent-ils…

Au secours, Sebadoh joue de nouveaux morceaux ! Jetez les canots à la mer ! Les gens hurlent “Gimmie Indie Rock” en s’enfuyant !” ajoute Lou. Et ça ne loupe pas, certains dans la foule crient le nom du morceau en réponse. Jason, quant à lui, rassure le public sur le fait que “Lou reviendra chanter dans quelques chansons“, ne comprenant pas que c’est de jouer “Not Too Amused” qu’on lui réclamait.

D’ailleurs si on doit trouver un défaut à cette soirée, c’est celui-ci : Jason semble avoir oublié qu’il a dans son répertoire une flopée de tubes, ne préférant jouer que des titres des 2 derniers disques (et demi, puisque “My Drugs” est sur le Secret EP) hormis “Got It” et “Careful”, offerts avant d’aller pisser et de revenir, selon ses dires. C’est dommage car les titres choisis ne représentaient pas forcément son spectre de composition, et sa partie était donc un peu plus monotone (on l’aurait effectivement adoré, ce “Not Too Amused”).

© Philippe Midy

Mais c’est vraiment couper les cheveux en quatre car les nouveaux titres sont solides (avec une préférence personnelle pour ceux de Lou, je l’admets), le groupe est visiblement uni et heureux de jouer, et le rappel avait de quoi chasser tous les mécontentements : une sélection de tubes de Bakesale agrémentés de “Ocean” et du “Brand New Love” de rigueur, en version électrique pour une fois. Cerise sur le gâteau, le rappel est introduit par une version à l’arrache pour la blague de “Gimmie Indie Rock”, surement en réponse à l’échange précédent. Magistral.

Bref, on aurait déjà passé une super soirée en ayant le plaisir d’échanger quelques mots, de se faire signer un vinyle ou de prendre une photo avec Lou Barlow. Là, on a eu en plus un concert génial. Comme quoi, le bonheur est aussi à la portée des trentenaires-quadras-quinquas. Dans vos dents, les jeunes !

Blackcondorguy

Setlist : Beauty of the Ride – Not A Friend – Soul And Fire – Celebrate The Void – Fool – Phantom – Raging River – Stunned – Follow The Breath – Act Surprised- I Will – Medicate – See/Saw – Sunshine – Reikjavik – My Drugs – Got It – Beat – Careful
Rappel : Gimmie Indie Rock – Magnet’s Coil – License To Confuse – Rebound – Ocean – Skull – Brand New Love

Tous nos articles sur Sebadoh (interview, chroniques, playlist)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :