Edam Edam – ❤

Publié par le 12 novembre 2016 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

edam

(Pantypop, 2016)

On savait qu’Edam Edam n’était pas un groupe comme les autres. Pendant musical de Shyle Zalewski, artiste prolifique tour à tour dessinateur, scénariste, peintre, réalisateur, infographiste, et surtout profondément ancré dans le Do It Yourself, multipliant aussi les casquettes (auteur, éditeur, rédacteur en chef…), il s’agit en fait d’une nouvelle fenêtre par laquelle observer ce qui se passe dans la tête de son créateur.

On sait comment c’est avec les artistes, même les plus prolifiques ne font en fait qu’une simple variation de l’éternelle même oeuvre, et la musique d’Edam Edam n’y échappe pas. Je ne parle pas simplement des thèmes récurrents dans l’oeuvre de Shyle (ex à grosses fesses, cœurs brisés, crise d’adolescence, identité sexuelle ou inadéquation sociale) qui sont également présents sur ce disque, je vous rassure, mais bel et bien de ce sentiment palindromique inaltérable chaque fois que l’on met un de ses disques dans la platine, ou que l’on lance un de ses mp3 sur bandcamp même si l’image est moins belle ; Shyle, c’est Edam Edam, mais Edam Edam, c’est Shyle.

Plus que tout autre jusqu’ici, cet album illustre parfaitement cela. Chaque note, chaque mot, chaque ambiance, est profondément personnelle et nous donne une idée de la personne qu’est Shyle Zalewski derrière sa coupe de cheveux improbable et son sourire d’éternel ado. Ou plutôt, avec sa coupe de cheveux et son sourire d’éternel ado.

Alors oui, <3 (que vous pouvez appeler Cœur, Heart ou même Trou Du Cul selon les dires de son auteur) n’est qu’une énième variation de la même œuvre. Pour autant, ce n’est pas un disque de Edam Edam comme les autres. Déjà, il s’ouvre par un bon titre punky qui raconte l’histoire fictive mais peut-être un peu vraie quand même d’un type enfermé chez lui pendant 41 jours pour cause de problèmes cardiaques, le bien nommé « 41 Days At Home » qui éructe comme s’il ne tenait pas en place, exactement comme son protagoniste contraint à l’isolement.

Je vous rassure si vous vouliez de la chanson folk trash poppy comme vous en aviez l’habitude, les deux suivantes sont beaucoup plus classiques, refrains imparables inclus (essayez donc de vous sortir « Eternal Teenage Crisis » de la tête une fois écoutée), et on retrouve aussi du cheaptune ici ou là comme sur « Uncomfortable At Parties » où Shyle se permet une sorte de rap assez inhabituel et néanmoins très efficace.

Tout le disque est de cet acabit, alternant les titres les plus poppy dynamiques classiques de Edam Edam (« A Pop Song », « Fuckcakes ») avec des titres plus folks calmes, plus rares mais pas non plus surprenants de sa part (« The Mess » ou « It’s Been Cold Today ») et d’autres plus inattendus et sacrément réussis comme le bizarroïde « Full Heart » ou le fabuleux titre rock « Feel The Pain », peut-être un de ses meilleurs à ce jour. Musicalement, on comprend qu’à l’instar de Eels dont la parenté est fort probable, Edam Edam est le projet d’un artiste touche-à-tout et talentueux, pas forcément toujours joyeux, parfois à la limite de la dépression, mais qui refuse de se laisser aller à la morosité. Là où le premier ado fan de Nine Inch Nails venu, va se maquiller les yeux en noir, se percer le gland et écrire dans ses carnets des romans mettant en scène la mort brutale de tous ceux qui se sont jamais moqués de lui, lui préfère balancer ses peurs et sa rage d’adulescent sur fond de mélodie pop punk simpliste à l’image de ce « 666 Black Monster ». Bref, un artiste avec ses lubies, et ses failles, drôle, sensible et touchant.

Ajoutez à cela que l’objet est fait avec amour, contenu dans un livret/artbook magnifique qu’on aimerait bien voir plus souvent chez les gros labels.

Difficile donc d’apprécier l’artiste sans aimer ce disque faussement simple, dense (20 morceaux quand même) et surtout complètement réussi, indubitablement le plus parfait d’Edam Edam à ce jour et peut-être celui qui décrit le mieux l’être humain qui se cache derrière.

BCG

Vous pouvez l’écouter ici…

Ou le télécharger par là… voire même commander le CD par là-bas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :