Dans le bac d’occaz #31 : Guns N’ Roses, Passi, Modest Mouse

Dans le bac d’occaz #31 : Guns N’ Roses, Passi, Modest Mouse

Cher Lecteur*, J’ai pris la décision d’arrêter le bac d’occaz. Ce n’est pas juste pour le plaisir sadique de te priver d’une chouette rubrique, il reste plein de chroniques sur Exitmusik et d’autres continueront certainement à sortir si Jonathan Lopez n’est pas trop alpagué par ses missions de pigiste chez New Noise. Cependant, je dois me rendre à l’évidence : cette rubrique ne pouvait durer qu’un temps. Il faut avoir une liste sans cesse renouvelable d’albums à explorer, la motivation et le temps à y consacrer pour que celle-ci reste intéressante (on l’espère). Malheureusement, je n’ai plus tout ça. Voilà le moment émotion où je vais vous dire combien j’ai apprécié d’écrire cette rubrique mois après mois et si toutes les écoutes n’ont pas été des plaisirs, loin de là, je suis très content des découvertes et surtout de cette expérience qui m’aura bien occupé le temps qu’elle a duré. Je recommande à tout le monde d’en faire de même et de se réserver occasionnellement un temps d’écoute pour des albums que vous avez toujours délaissé, c’est enrichissant. Ne serait-ce que pour pouvoir confirmer tout le mal qu’on pense de certains artistes. Mais ne pleure pas (ou ne te réjouis pas) trop vite. J’arrête le bac d’occaz, c’est certain, mais pas avant d’avoir fait un sort aux dernières recommandations des lecteurs du webzine. Et pour pouvoir boucler toutes celles qui me semblaient pertinentes, je vais faire 2 éditions pour les années qui me restent (les années en 7 et en 8) et caser toutes les propositions qui restent sur l’année prochaine. Dans l’absolu, on peut dire que la rubrique a quelques mois de sursis avant de s’arrêter complètement. Voici donc la première partie des années en 7. Merci à tous ceux qui ont lu cette rubrique pendant les 3 années de son existence, régulièrement ou non. C’était sympa. *je pars du principe que je n’ai qu’un lecteur, je ne dois pas être si éloigné de la vérité.   Dans le bac d’occaz #31 : suggestions pour les années en 7     Guns N’ Roses – Appetite For Destruction (1987) : suggéré par Rémi Rapaic Cher Rémi, Je voudrais te raconter une histoire. C’est l’histoire d’un punk qui s’appelle Duff et qui rêve de vivre de sa musique. Pas de bol pour lui, Duff habite à Seattle, autant dire le trou du cul du monde musical. Du coup, Duff déménage à Los Angeles et s’acoquine avec des rockers du coin, dont un qui s’appelle Axl parce qu’il est dyslexique. Comme le punk, ça ne fait pas vendre, ils décident de faire du hard-fm 80s ; ça tombe bien, c’est les années 80, ils ont un guitariste qui branle son manche...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz #30 : The Smiths, The Hellacopters, Liars

Dans le bac d’occaz #30 : The Smiths, The Hellacopters, Liars

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Dans le bac d’occaz #30 :les années en 6   C’est les vacances, mais j’ai quand même envoyé mes cartes postales pour le bac d’occaz !   The Smiths – The Queen Is Dead (1986) : suggéré par mon cerveau malade Cher moi-même, Je sais ce que c’est dur d’être seul à la maison et de travailler pendant que tout le monde est en vacances, on se met à divaguer complètement. Je sais aussi que ça partait d’une bonne intention, du genre “tu auras peut-être une illumination, ça t’aidera à être ouvert d’esprit“, mais un disque des Smiths, c’est vraiment trop me demander. Si, ça m’a permis de me rendre compte que ce qui coince par-dessus la production 80s et un gros lot de morceaux assez quelconques mélodiquement, c’est la voix de Morrissey. L’horreur absolue qui plombe les quelques titres qui pourtant pourraient être pas mal (“Bigmouth Strikes Again” et “The Boy With The Thorn In His Side” avec son espèce de yodel dégueulasse, par exemple). Tiens, d’ailleurs, J Mascis a fait une reprise de ce dernier morceau excellente, je vais me l’écouter en mangeant une petite entrecôte, histoire de bien faire chier l’autre avec sa voix de chèvre grabataire autant que ça me fait chier de l’écouter chanter.   The Hellacopters – Supershitty To The Max (1996) : suggéré par Happy Friday Chère Happy Friday, Bonne idée de m’envoyer vers des terres scandinaves dans les années 90, on y fait bien la fête et la bière est vraiment pas mal. En revanche, je suis un habitué de Turbonegro, je trouve l’endroit plus joli et l’ambiance meilleure. Sans parler de la musique. Je te conseille plutôt d’aller à Apocalypse Dudes, quand on y est allé c’est difficile de ne pas comparer et de ne pas trouver ça mieux que tout ce qui rentre de près ou de loin dans la catégorie. Mais merci quand même pour le bon plan, la bise et bonne rentrée ! Liars – Drum’s Not Dead (2006) : suggéré par JL Cher JL, Ton camp de vacances pour rockers arty, on y est allé, l’ambiance était insupportable, on s’y faisait chier et il y avait des mecs qui jouaient du djembé toute la nuit sur la plage. La prochaine fois, tes bons plans de vacances, tu te les gardes !...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz #29 : The Replacements, The Boo Radleys, Stupeflip

Dans le bac d’occaz #29 : The Replacements, The Boo Radleys, Stupeflip

Chaque mois BlackCondorGuy plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).*   Dans le bac d’occaz’ #28 : suggestions pour les années en 4       C’est les vacances, mais j’ai quand même envoyé mes cartes postales pour le bac d’occaz ! The Replacements – Tim (1985) : suggéré par Pierre/La Escoba Cher Pierre, Merci pour ta proposition de passer les vacances au pays des Replacements. Je connaissais déjà un peu le coin, j’étais même déjà passé quelque fois à Tim sans trop m’arrêter, et j’avais trouvé ça très chouette. Sans surprise, je m’éclate bien ici, une chouette ville étudiante américaine où les bars sont ouverts tard la nuit. Ils ont pris l’architecture de Let It Be et ont poussé le concept encore plus loin, ce n’est pas pour me déplaire. Et j’ai vraiment adoré visiter “Here Comes A Regular”, c’est presque aussi beau que “Answering Machine”! Encore Merci, la bise et bonnes vacances !   The Boo Radleys – Wake Up! (1995) : suggéré par Gaylord Cher Gaylord, Je t’avoue qu’avant de partir je craignais de me faire une virée dans une contrée 80s connaissant un peu tes goûts, mais j’ai été très agréablement surpris par ce que j’ai trouvé ici. Si ce n’était que les chouettes petites plages qui évoquent une version noisy des Zombies, j’aurais déjà été conquis, mais en explorant les petits coins, je me suis rendu compte que Boo Radleys avait des espaces surprenants à offrir. Chouette découverte, j’y retournerai sans aucun doute, surtout que Giant Steps a l’air encore meilleur ! Merci, la bise et bonnes vacances! Stupeflip – Stup Religion (2005) : suggéré par Greg de Wonderflu Cher Greg, Tout va bien. Je n’étais pas trop sûr de moi quand tu m’as filé ton plan camping sauvage avec des allumés, surtout que pour moi Stupeflip c’était simplement des gars qui avaient surfé sur la vague fumeurs de joints au début des années 2000. Ben pas du tout, on a passé un séjour très sympa avec des gens, certes allumés, mais inventifs et pleins d’humour. Alors oui, c’est un peu parti dans tous les sens et je ne reviendrais pas tous les ans, mais c’était plutôt bon enfant et ça valait le coup rien que pour l’expérience, ne serait-ce que pour avoir l’impression d’écouter de la musique faite par l’équipe du Monde de Monsieur Fred. Merci, la bise et bonnes...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz’ #28 : Prince, Guided By Voices, Arcade Fire

Dans le bac d’occaz’ #28 : Prince, Guided By Voices, Arcade Fire

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Dans le bac d’occaz’ #28 : suggestions pour les années en 4   Prince And The Revolution – Purple Rain (1984) : suggéré par PC Cher PC, Comment dire… je suis un peu partagé. Déjà, je connais évidemment Prince depuis un moment et j’en ai entendu pas mal de titres qui m’ont tous déplu. Ensuite, tu connais mon aversion pour les années 80 et leurs sons synthétiques qui ont très, très mal vieilli. Du coup, je me suis demandé si cette proposition n’était pas un acte sadique de ta part. Ou alors, c’est que ce qu’il y a sur le disque dépasse les frontières du mauvais goût pour arriver à faire quelque chose de génial avec plein de choses que je n’aime pas. Difficile de savoir à quoi m’attendre. Au final, donc, je suis un peu partagé. En fait, il y a un peu des deux, dessus. On y trouve à foison de synthés dégueux et de plan archi clichés de l’époque et ce dès l’ouverture du disque. Mais en même temps, les morceaux sont globalement plutôt bien foutus et on y trouve souvent au minimum une mélodie accrocheuse ou un plan intéressant. Il y a même des morceaux que j’apprécie, et pour du Prince, c’est assez exceptionnel. D’une part, donc, c’est la première fois que j’écoute un truc de Prince et que je ne trouve pas ça éprouvant auditivement. D’autre part, il y a quand même les aspects 80s qui viennent plomber mon délire, et la face B du disque me laisse assez froid (les trois compos avant “Purple Rain” se mélangent un peu dans ma tête, et cette dernière est quand même un summum de mièvrerie power ballad). Je pourrais presque dire que c’est une belle surprise, mais disons que c’est déjà une surprise pas trop moche.   Guided By Voices – Bee Thousand (1994) : suggéré par Santiago de Wonderflu Cher Santiago, Comme toujours, sauf la fois où tu m’as conseillé du Iron Maiden, tu sais trouver des choses qui me plaisent. Pourquoi n’avais-je jamais écouté Guided By Voices avec attention avant alors qu’ils ont été repris par les Breeders et que le backing band de Robert Pollard compose Cobra Verde et donc la moitié de Sweet Apple, trois groupes pour qui j’ai beaucoup d’affection ? Je crois que ce qui...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz #27 : Suicidal Tendencies, Wu-Tang Clan, The Fiery Furnaces

Dans le bac d’occaz #27 : Suicidal Tendencies, Wu-Tang Clan, The Fiery Furnaces

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Dans le bac d’occaz’ #27 :suggestions pour les années en 3 Suicidal Tendencies – Suicidal Tendencies (1983) : suggéré par Okérampa Cher Oké, Cela fait un moment que je connais Suicidal Tendencies, depuis ma période Metallica, en fait, et il est même fort probable que ce soit toi qui me les avais recommandés. En revanche, de ce premier album, je ne connaissais que “Institutionalized”, donc c’était une bonne occasion d’aller voir ce qu’il y a derrière. Ce qu’il y a derrière : beaucoup de punk hardcore assez bourrin, mais, comme sur le morceau en question, pas mal de tentatives. Spoken word, donc, mais aussi, cassures de rythme, ralentissements, solos de guitare limite thrash (le solo de “I Shot The Devil” qui rappelle celui de “One” de Metallica, mais 6 ans avant, donc peut-être que Metallica s’en est inspiré), inclusion vers le metal et, plus surprenant, vers ce qu’on pourrait presque qualifier de rock alternatif/grunge (“I Want More”)… Un disque intéressant, c’est certain. Mon seul reproche, c’est que le hardcore bourrin en est non seulement le cœur, mais englobe aussi tout le reste. Je préfère personnellement quand il est là dans le fond, mais limité au strict minimum dans la forme. À part ça, rien à redire, ce disque est à découvrir ne serait-ce que pour l’histoire du punk.   Wu-Tang Clan – Enter the Wu-Tang (36 Chambers) (1993) : suggéré par JL Cher JL, Je dois t’avouer que, n’écoutant pas de rap dans les années 90, toute mon éducation est à refaire. En même temps, c’était peut-être du conditionnement social, mais en tant que petit babtou de classe moyenne, je ne me sentais pas du tout légitime à écouter du hip hop, et ceux qui le faisaient autour de moi, arborant tout l’arsenal ghetto street life, me paraissaient absolument ridicules. Ado on écoute surtout de la musique pour l’image, soyons honnêtes. Alors des niggaz de quartier qui revendiquaient une imagerie asiatique, en assimilant de surcroit les deux écoles d’arts martiaux les plus célèbres pour leur rivalité, ça me faisait pisser de rire. Impossible pour moi de prendre ce groupe au sérieux ! Les années ont passé et je me suis ouvert à d’autres horizons musicaux, j’ai pris conscience des carcans sociaux, et j’ai arrêté d’écouter de la musique pour l’image ou pour l’imagerie. Du...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz’ #26 : Kate Bush, Polvo, Dead Pop Club

Dans le bac d’occaz’ #26 : Kate Bush, Polvo, Dead Pop Club

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Dans le bac d’occaz’ #26 :suggestions pour les années en 2 Kate Bush – The Dreaming (1982) : suggéré par Pab Cher Pab, Je ne sais pas si je dois te remercier ou te faire des reproches. Sur le principe, je n’ai rien contre Kate Bush hormis qu’elle a sévi dans les années 80 et que sa bonne naissance ainsi que les relations de sa famille ont donné un coup de pouce certain à sa carrière ; j’avoue même que les quelques morceaux que je connais d’elle me sont plutôt sympathiques, avec ce petit second degré que je peux ressentir en écoutant Billy Idol, par exemple. Au-delà de la sympathie que je peux ressentir pour “Wuthering Heights” ou “Babushka”, je n’avais pas spécialement envie d’aller écouter un disque entier de Kate et je ne suis pas sûr que l’écoute de The Dreaming me fasse changer d’opinion. Déjà, allons-y pour les compliments : le son n’est pas trop 80s et l’album est musicalement très intéressant. D’accord, madame Bush ne fait pas que dans la pop kitsch (haut-)perchée, elle bosse vraiment sur ses compositions. Le problème, c’est qu’elle fait quand même dans la pop kitsch (haut-)perchée, et que la complexité des morceaux ne rend pas forcément le tout très digeste. Passé la surprise, la reconnaissance de la qualité de composition, on se trouve quand même avec une sorte de Nina Hagen en moins chiante, dont la voix suraigüe est certes rigolote (je ne comprends pas qu’on puisse l’apprécier au premier degré, ceci dit), mais finit par crisper. Quitte à écouter du baroque barré cabaret expérimental musicalement intéressant, je conseillerai plutôt School’s Out ou Welcome To My Nightmare d’Alice Cooper, avec des morceaux qui me plaisent beaucoup plus et une voix plus supportable. Au final, indéniablement une expérience. J’aurais peut-être eu plus de facilité à accrocher à un album plus simplement pop, mais pas sûr que j’aurais tenu la longueur non plus. Je ne sais pas si je dois te remercier ou t’en faire le reproche. Allons, soyons positifs, je vais plutôt te remercier. Polvo – Cor-Crane Secret (1992) – Suggéré par Santiago de Wonderflu Cher Santiago, Après m’avoir désarçonné avec Iron Maiden, tu me permets de rester complètement dans ma zone de confort. C’est super après l’expérience déroutante de Kate Bush. C’est super tout court, d’ailleurs....

Lire la suite

Dans le bac d’occaz’ #25 : Iron Maiden, Cypress Hill, The Strokes

Dans le bac d’occaz’ #25 : Iron Maiden, Cypress Hill, The Strokes

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Dans le bac d’occaz #25 : suggestions pour les années en 1 Iron Maiden – Killers (1981) : suggéré par Santiago de Wonderflu Cher Santiago, Je sais que niveau goûts, a priori, nous sommes sur la même longueur d’onde. Déjà, tu fais partie de Wonderflu, que je considère comme le meilleur groupe parisien de rock actuel et d’Influenza Records, qui nous fournit régulièrement en bons disques. En plus, je connais ton aversion pour les synthés et la musique années 80. Bref, tu es un mec bien. Alors pourquoi m’avoir conseillé ce disque ? Un souvenir honteux de jeunesse, une madeleine de Proust nanarde, une vraie considération assumée ? Je t’avoue que j’ai eu des doutes. Puis j’ai réécouté un disque de Metallica qui traînait sur mon étagère depuis longtemps et j’ai un peu revu mon jugement. Car, si j’ai beaucoup plus apprécié ce dernier, je dois reconnaître qu’en écoutant Iron Maiden, la filiation est flagrante. Et on sent une influence punk, ou du moins une volonté de puiser des éléments de ce courant musical, qui rend leur hard rock différent de ce qui pouvait se faire avant. Je comprends complètement qu’ils aient lancé une nouvelle vague dans le genre. Et c’est moins craignos à écouter que leurs albums plus connus, Number of the Beast, Fear of the Dark et compagnie. Cependant, peut-être parce que je ne les ai pas écoutés ado, les morceaux ne me font pas grand-chose et ça tombe déjà trop souvent dans les mauvais côté du heavy metal (chansons trop longues, voix suraiguë, solo branlette…). Bilan, je n’y reviendrai pas mais je comprends ce que le groupe a pu apporter à l’époque. Cypress Hill – Cypress Hill (1991) – Suggéré par PC Cher PC, Merci de continuer à approfondir ma culture hip-hop. Je connaissais évidemment le gros tube de Cypress Hill “Insane In The Brain”, mais pas tellement le reste de leur discographie. J’avais écouté vers l’époque de sa sortie Skull & Bones que j’avais trouvé anecdotique, pour être sympa, et ça ne m’avait pas vraiment donné envie d’aller plus loin. Aujourd’hui que j’ai mûri et je suis prêt à remettre en question mes a priori, je suis très content de pouvoir me rattraper. Je devais être le dernier à ne pas connaître les classiques du groupe, mais au cas où...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz’ #24 : Cheap Trick, A Tribe Called Quest, At The Drive-In

Dans le bac d’occaz’ #24 : Cheap Trick, A Tribe Called Quest, At The Drive-In

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).*   Dans le bac d’occaz’ #24 : les années en 0 (suggestions de lecteurs)       Cheap Trick – All Shook Up (1980) : suggéré par Pierre/La Escoba Cher Pierre, Je ne sais pas si tu connais vraiment mes goûts ou si tu m’a proposé ce disque juste par amour de la power pop. Cheap Trick me faisait de l’ œil depuis longtemps et hormis “Surrender” et “Hello there”, deux excellents tubes, je ne connaissais rien d’eux et attendais une occasion comme celle-ci pour me plonger dans un de leurs disques. Je ne peux pas vraiment dire que je suis déçu, mais un peu mitigé quand même. Il y a certes de bons morceaux là-dessus, et l’on ne tombe jamais dans le mauvais goût hard rock années 80 que l’on aurait pu redouter avec cette immonde pochette. De plus, le côté très glam et sophistiqué des compositions m’évoque une sorte de compromis entre Queen (bof) et Alice Cooper (que j’adore, même si là, ça ressemble plutôt à Welcome To My Nightmare ou School’s Out qu’à Love It To Death). Dans l’ensemble, donc, ça me va plutôt bien. Ce qui me chagrine un peu, en revanche, c’est que si les morceaux sont plutôt pas mal, il n’y a pas non plus de tube irrésistible comme les deux que j’ai pu citer. Du coup j’ai un peu l’impression de m’être trompé d’album, surtout qu’il semblerait bien que c’est celui où le groupe se décide à expérimenter. Dommage. Si tu peux m’indiquer le disque vers lequel il faut me tourner pour trouver de la tuerie power pop à gogo, je t’en serai très reconnaissant. Merci d’avance.       A Tribe Called Quest – People’s Instinctive Travels And The Paths Of Rhythm (1990) : suggéré par Thebluegoose Cher TheBlueGoose, Si tu lis ne serait-ce que de loin cette rubrique, tu dois savoir que le hip-hop n’y est pas très représenté. Est-ce pour ça que tu m’as proposé ce disque ? Il est vrai que je ne suis pas expert en la matière, mais du coup c’est intéressant de varier un peu les styles. Mon manque d’expertise, même s’il ne me permet pas une analyse détaillée, m’offre la possibilité d’aborder ce disque de façon assez vierge. Je ne connaissais A Tribe Called Quest que de nom et...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz’ #23 : Frank Zappa, Miracle Legion, Dominique A

Dans le bac d’occaz’ #23 : Frank Zappa, Miracle Legion, Dominique A

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).*   Dans le bac d’occaz’ #23 : les années en 9   Frank Zappa – Joe’s Garage (1979) : suggéré par Okérampa Mon cher Oké, Ça va faire longtemps qu’on se connait, tous les deux, et je suis donc certain que tu n’étais pas mal intentionné en me proposant ce disque. Je vais même plus loin, ce n’était pas un choix inintéressant. Pour moi, Zappa c’était un peu comme David Lynch ; de l’art prétentieux et chiant pour adepte de la branlette intellectuelle qui se sent bien supérieur en t’expliquant que tu n’as rien compris mais que lui, oui, là où il n’y avait en fait pas grand chose à comprendre. Bref, je n’aurais certainement jamais eu le courage d’écouter un de ses disques et vu que j’ai un peu revu mon jugement, ça aurait été dommage. En fait, Zappa m’a fait le même effet que Faith No More : ça part dans tous les sens, ça mélange pas mal de choses, c’est super maitrisé et ce n’est pas dénué d’un certain humour. Là, c’est pour les points positifs. Les points négatifs sont les mêmes en pire ; les styles abordés ne me touchent absolument pas (disco, funk, reggae, solos de guitare…) et le plus redoutable, l’album est très long. Trop long. Le concept est peut-être super drôle et intéressant, l’histoire d’un type qui a un groupe dans un monde où la musique est illégale, les critiques de la société, de la religion, du corporatisme, sont peut-être pertinentes, mais les morceaux sont trop longs, il y en a beaucoup trop, et l’album devient donc très vite chiant. Même l’intro dure 3 minutes ! Arrivé à la fin du premier disque, je n’en pouvais déjà plus, et voilà que le second remet le couvert avec des morceaux de reggae de 8 minutes. Dur. Avec un peu de recul et de bonne foi, j’admets que Zappa est un musicien impressionnant et complètement perché, je comprends donc qu’on puisse accrocher à son travail même si pour ma part j’y suis plutôt hermétique. De même, connaissant ton goût pour la basse, je vois totalement pourquoi tu aimes particulièrement ce disque où le bassiste est d’une technicité incroyable. Mais ce n’est vraiment pas mon truc. Miracle Legion – Me And Mr Ray (1989) : suggéré par Animal X Cher Animal, Je...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz’ #22 : Backyard Babies, Ty Segall, Grant Hart

Dans le bac d’occaz’ #22 : Backyard Babies, Ty Segall, Grant Hart

Une fois n’est pas coutume, pour ce bac d’occaz de fin d’année, BCG n’a pas déterminé ses choix en fonction des années de sorties d’albums (années en 1, 2, 3…) mais s’est appuyé sur les suggestions de camarades aux goûts (plus ou moins). Voici ses impressions.   Dans le bac d’occaz’ #22 : les suggestions de fin d’année 2   Backyard Babies – Total 13 (1998) : suggéré par Happy Friday Chère Happy, Merci d’être tellement assidue à cette rubrique que tu m’as fait deux propositions. Ou alors, c’est que je n’ai pas assez d’amis. Alors, autant la dernière fois tu m’avais trouvé quelque chose d’assez inattendu et très intéressant, autant cette fois tu as plutôt tapé dans ma zone de confort, mais avec un disque dont l’intérêt est limité. En fait, ce disque des Backyard Babies évolue dans un style qui m’est très familier, un rock burné qui porte haut et fort les influences des Ramones et des Stooges période Raw Power, avec un petit quelque chose de californien, comme le faisaient quelques groupes scandinaves à la même époque. Le problème, c’est que parmi ces groupes scandinaves il y a notamment Turbonegro, une de mes références absolues, et que la même année que ce Total 13, Turbonegro sortait Apocalypse Dudes, et c’était quand même beaucoup mieux dans le genre. Du coup, difficile d’accrocher à Total 13, qui en plus lorgne plus vers le rock d’ado vénère, plus californien, parfois limite métal. Ceci dit, j’écoute ce disque 15 ans trop tard, mais je suis sûr que j’aurais pu l’adorer à une époque. Ty Segall Band – Slaughterhouse (2012) : suggéré par JL et les adorateurs de Ty Segall Chers JL et cie, Difficile d’approcher l’écoute d’un artiste avec lequel on m’a autant gavé sans une once de mauvaise foi, je l’avoue. Il n’empêche que je pense avoir fait preuve de remise en question plus d’une fois dans cette rubrique, et certains groupes ont été réhabilités à mes yeux même s’il a fallu de nombreuses années. Ceci étant dit, j’ai écouté Slaughterhouse dont tu m’as dit qu’il était parmi les sommets de Segall et… J’aurais pu me défouler un peu et tirer à boulets rouges sur ce disque, avec un peu de mauvais esprit, mais je vais me contenter de dire ce que j’en ai pensé le plus simplement possible : Segall et son groupe proposent une musique qui mélange des influences punk et pop 60s anglaise avec un son garage crado. C’est un style dans lequel il est loin d’être le seul à officier, et il fait indubitablement partie des figures de proue, mais pour avoir récemment écouté Blood Visions de Jay Reatard qui date de 2006, et qui...

Lire la suite