Mars Red Sky @ Le Noumatrouff (Mulhouse), 26/06/21

Publié par le 25 juillet 2021 dans Live reports

Il aura fallu attendre presque 17 mois pour regoûter aux joies simples d’un concert live. À 5 jours de la levée des dernières restrictions (avant les nouvelles) qui entravaient encore la tenue normale d’un événement aussi anodin que la rencontre d’un artiste avec du public. C’est donc masqué et encore assis (au début… on va y revenir) que j’assistais au concert de Mars Red Sky, ma 4e rencontre avec eux si mes souvenirs sont exacts.

Vendredi soir, du public, le bar ouvert, le ton de la soirée était à la fête. La première partie de la soirée était assurée par le groupe bordelais Datcha Mandala. Et force est de constater que le public clairsemé a répondu avec enthousiasme au rock énervé très zeppelinien du trio. Le bassiste-chanteur du groupe, un sourire-banane aux lèvres a fait le show (dont un grand écart surprise parfaitement exécuté !) et rapidement fait lever le public trop sage dès le 3e titre. Non sans jeter un regard furtif pour vérifier que la sécurité ne joue les rabat-joie, on était quand même rapidement plus près de jeter nos chaises dans la catharsis covidienne ainsi offerte. Etrange vision d’un public désireux de bouger son boule mais empêtré dans un protocole absurde et rectiligne comme une rangée de sièges vides maintenant bien encombrants. Merci Roselyne ! Après la performance emballante de Datcha Mandala, Mars Red Sky fit son arrivée face à ce public chauffé à blanc. Mais la greffe n’a pas pris. Une grande partie du public est redescendu… sur son siège. Passé d’un rock riffesque party-friendly au stoner-doom stellaire des bordelais, c’était beaucoup pour le public présent, en grande partie sans doute plus composé d’habitués du Nouma longtemps sevrés de décibels que de purs fans de Mars Red Sky. Il y avait quand même un fan hardcore venu de Concarneau (!) via Paris, true story entendue ensuite au merch. Mars Red Sky a déroulé la majeure partie de son dernier album, The Task Eternal, qui a presque 2 ans. Le temps passe vite. Les images défilant derrière le groupe (parfois des éruptions) en parfaite adéquation avec le son massif et lent développé par le trio. Faute de mes protections auditives habituelles sans doute, la guitare de Julien Pras m’a semblé plus lointaine, moins audible. Bien dommage vu que ses envolées font la grande force et l’originalité du trio comme sa voix particulière derrière ces rythmiques si plombées (« Reacts »). Au passage, pedalboard de compétition de Julien Pras avec une quinzaine de pédales facile (c’était l’instant guitar geek). En face du toujours excellent Jimmy Kinast (pas le dernier pour essayer de dérider le public et établir un contact complice, ou au chant sur le déjà ancien « Marble Sky »), j’avais un parfait retour des fréquences les plus basses. Avec la frappe lourde et sûre de Mathieu Gazeau, pas exempte de surprises comme sur les roulements du génial « Hollow King ». Pas de trace de « Up the Stairs », mon solo préféré de l’œuvre des bordelais (snif). Mais surprise sur le classique « Strong Reflection » avec l’apparition du bassiste de Datcha Mandala qui vient épauler Julien Pras au chant. Pas de grosse révélation (même setlist que 2 ans auparavant ?), mais un aperçu solide (une fois de plus) du talent du groupe. Peu de groupes ont en stock des titres aussi imparables que le tubesque « Collector » ou « The Proving grounds ». Sans compter les odyssées psyché comme « Alien Grounds/Apex III » ou le massif « The Light Beyond » au final dantesque. Une pensée aussi avant « Crazy Earth » pour le tout récent défunt Philippe Couderc, patron du label Vicious Circle, qui avait signé le premier LP éponyme du groupe en 2011. Au final, mention bien pour ce concert de reprise. Avec l’évolution de la situation et notamment l’instauration de ce pass sanitaire ubuesque, une partie du public n’aurait sans doute pas pu assister à ce live. Caillou supplémentaire dans la chaussure d’un secteur déjà fortement boiteux après ces mois de difficultés.

Ce vendredi soir, envers et contre tous, il y avait quand même des sourires (plus ou moins masqués), des rires, des verres qui tintent et des yeux qui pétillent. Et La Musique de retour. De la Vie quoi !

Sonicdragao

Setlist (pas dans l’ordre et il en manque peut-être, mais c’était la reprise…) : Reacts – Collector – Alien Grounds/Apex III – Crazy Earth – The Proving Grounds – The Light Beyond – Marble Sky – Strong Reflection – Hollow King – Curse – Arcadia

Tous nos articles sur Mars Red Sky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *