Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Publié par le 19 avril 2021 dans Chroniques, Notre sélection, Toutes les chroniques

(Jagjaguwar, 23 avril 2021)

Quand cette chronique sortira, il y a des chances que vous soyez confinés chez vous, en télétravail, en chômage partiel, ou peut-être en chômage total (dans tous les cas, nous vous souhaitons bon courage). Y avez-vous cru, quand on vous a promis un monde d’après où certaines valeurs de solidarité, sociales ou de santé reprendraient une juste place ? Ou quand on vous disait que nos dirigeants étaient préparés, anticipaient la vague et prendraient les meilleures décisions en amont, cette fois ? Pensiez-vous que le Ministère de l’Éducation Nationale avait tiré les leçons de ses couacs de l’année dernière et se tenait prêt comme il le promettait à longueur d’émissions de télévision ? Si c’est le cas, vous êtes certainement déçu, et c’est bien compréhensible.

Si vous lisez cette chronique, c’est sans doute que vous connaissez, et je l’espère appréciez, Dinosaur Jr. Vous vous demandez donc le lien profond entre cet interminable paragraphe politico-social et le dernier disque du groupe, Sweep It Into Space. A priori, aucun. Mais si, après de sévères déceptions, vous avez besoin de quelque chose de fiable, constant, et qui ne déçoit jamais (en tout cas, pas en plus de 35 ans de carrière), il se pourrait bien que vous teniez là l’objet de vos désirs.

Certes, cet album se sera fait attendre. Annoncé depuis deux ans, fini depuis de nombreux mois, Lou Barlow nous en avait même proposé des extraits lors des concerts acoustiques en direct de chez lui qu’il a régulièrement tenus sur ses pages Instagram et Facebook lors du premier confinement. Re-certes, la formule ne semble pas avoir bougé d’un iota depuis les disques de reformation (pour les détails, on y reviendra plus bas), mais pourquoi changer une formule si efficace ? Comme disent les anglophones, “si ce n’est pas cassé, ça ne sert à rien de réparer“.

Un mien ami résume à peu près ainsi les derniers disques du groupe : 4-5 morceaux géniaux, et du remplissage de haut niveau. Bien que fan absolu du groupe, je trouve cette définition très juste ; j’ajouterais simplement que le “remplissage” de Dinosaur Jr. surclasse les meilleurs titres de nombreux groupes. Mais ce qui vient avec cette définition, c’est que le groupe ne réinvente rien et persiste à faire ce qu’il sait faire de mieux. Ainsi, si vous voulez un disque qui sonne actuel ou un groupe qui cherche à se remettre en question après plus de vingt ans de carrière, écoutez plutôt les derniers Smashing Pumpkins ou Sleater-Kinney (mais c’est dommage pour vous, car ils sont nuls). Non, Dinosaur continue de faire du Dinosaur Jr envers et contre tout, et sort donc un disque qui sonne rock 70s sorti dans les années 90 avec les moyens de production des années 2000 ; sonnant ainsi bien moins daté à mes oreilles que tous ces disques de 2021 qui sonnent comme s’ils étaient sortis dans les années 80.

Pour ceux qui voudraient aller plus loin, je nuancerai un peu mon propos : l’intro “I Ain’t” ressemble plus à mon avis à ce que J Mascis propose sur ses derniers albums solos (on me dira sans doute que la différence n’est pas flagrante, mais je la fais néanmoins), Kurt Vile apporte des tonalités de guitare originales à “I Ran Away”, “Take It Back” avec son clavier aurait tout à fait sa place sur Hand It Over. Bref, on ne se contente pas de nous servir de la redite pure et simple. Je dois quand même vous prévenir, par souci d’honnêteté, que le groupe semble se citer plus qu’à l’accoutumée, volontairement ou non, par des mélodies, des refrains ou des riffs (le break de batterie de “Hide Another Round” évoquant “The Wagon”, ou les “I Know Why” de “Walking To You” rappelant ceux de “It’s Me” ou “I Live For That Look”). Je ne les blâmerai pas pour autant, car les morceaux concernés n’en sont pas moins bons, et il est assez difficile pour un groupe d’avoir un son aussi unique et personnel sans jamais tomber dans l’impression de refaire la même chose.
Les autres excellents morceaux de ce nouvel album se nomment “I Expect It Always”, “N Say” ou “I Met The Stones”. Quant à ceux qui sont là pour remplir, ils restent de tellement bonne facture que certains pourraient facilement rejoindre l’autre liste. Mais c’est peut-être parce que je suis un fan indécrottable ! Au passage, Lou Barlow réalise encore un carton plein avec deux titres à son meilleur niveau.

Si vous suivez Dinosaur Jr, vous ne devriez absolument pas être surpris. Si vous suivez ce webzine et que vous connaissez mon amour pour ce groupe, vous ne serez sans doute pas surpris non plus par cet énième dithyrambe à leur sujet. Et bien justement, pas de surprise, mais des convictions, des certitudes, et des promesses tenues. Pour une fois qu’on vous le garantit, ce serait idiot de s’en priver !

Blackcondorguy

Tous nos articles (et ils sont nombreux) sur Dinosaur Jr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *