Clap Your Hands Say Yeah – New Fragility

Publié par le 1 mars 2021 dans Chroniques, Notre sélection, Toutes les chroniques

(CYHSY/Secretly Distribution, 12 février 2021)

Dans la catégorie « seconds couteaux du rock US qui ont sorti un premier album marquant mais qu’on a ensuite perdu de vue », voici Clap Your Hands Say Yeah. Pour situer, c’est en 2005 (puis 2006 en Europe) que leur premier disque homonyme et auto-produit avait fait buzzer Internet et le petit monde de l’indie rock US. Déjà bien secoué par le souffle pop épique des voisins canadiens d’Arcade Fire.

Même veine mélodique, même capacité à surprendre au gré d’un songwriting déviant… et même chant bancal flirtant avec le dérapage. Car oui, Alec Ounsworth a un timbre qui peut irriter. A l’époque d’une chronique écrite sur XSilence (#lesvraissavent), j’avais utilisé la formule suivante que je recycle : « clone vocal de Thom Yorke sous hélium ». Alors que mon début d’année 2021 est très orienté pop, les quelques singles de ce New Fragility m’ont rapidement redonné l’envie de prendre des nouvelles de ce groupe singulier. Où on ne retrouve en fait plus qu’Alec Ounsworth, seul aux manettes pour ce disque. Seul aussi à titre personnel, puisque maintenant divorcé. Et dans une Amérique qui agonise entre fin de règne trumpiste et Covid. Autant dire que la teneur de quelques titres n’invite pas à la grosse bamboche (qui de toute façon est terminée selon certains prophètes donneurs de leçons). Avec « Hesitating Nation » et « Thousand Oaks », les deux singles qui ouvrent ce disque, Alec Ounsworth flirte même avec la protest-song.
« We’ve become the world’s first millionaires/You know, the ones who just don’t care…
… All of the innocents we’ve yet to cast out/In a hesitating nation on the way to nervous breakdown…
 »

En à peines 3 minutes emballantes et une belle guitare lead, « Hesitating Nation » souffle un constat amer, sans cynisme, mais avec une détermination aussi forte que la mélodie s’imprime dans notre oreille. « Thousand Oaks » évoque avec le même souffle (et de belles guitares) la tuerie de masse dans la ville californienne du même nom.
« Nobody’s going to fix her now/But it’s a world full of trouble/An American massacre/In southern California »

Sur le refrain, la voix d’Alec Ounsworth met le frisson. Tragique.
« … She had her last shirt on/Now all stained with blood/With nowhere to run/And you sit and wonder whether anything could be done… »

Alors forcément, avec un album qui démarre à ces hauteurs, on pouvait s’attendre au trou d’air. Même pas ! Avec 10 titres, le disque est compact certes, mais suffisamment varié pour ne pas lasser. Alec Ounsworth manie le dépouillement avec élégance, au piano sur « Dee, Forgiven » ou « Mirror song », à faire pleurer les pierres.

Il manie plutôt bien aussi le songwriting pop plus ouvragé (« New Fragility ») et réussit à notre grande surprise à tutoyer de nouveaux sommets. « Innocent Weight » coche la case avec des cordes sublimes, un beau solo de guitare et ce souffle qui fait les chansons qu’on n’oublie pas. C’est beau. « CYHSY », coche (encore) la case single efficace. Pop song mélancolique (à cordes) parfaite.

L’émotion (ou la dépression) n’est jamais loin et on sent que le bonhomme en a gros sur le cœur (« Where they perform miracles »). Le résultat ? Encore une belle confession de 6 minutes avec « Went Looking For Trouble ». Par contre, si vous êtes en manque de vitamine D et/ou que vous ne supportez pas le timbre de voix tristoune d’un Thom Yorke dépressif, évitez le dernier titre « If I Were More Like Jesus », tellement poignant que l’on n’attendra pas trop longtemps avant de reprendre des nouvelles d’Alec Ounsworth.

Je ne peux pas me prononcer sur la totalité de la discographie de Clap Your Hands Say Yeah mais ce New Fragility, contient assez d’indie-rock mélodique pour faire taire quelques détracteurs zélés. Alec Ounsworth ne gagnera jamais The Voice, certes. Mais il gagnera (encore) quelques cœurs en 2021 avec ce beau disque de pop fragile et délicate.

Je ne dirais qu’une chose : Clap Your Hands Say Yeah.

Sonicdragao

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.