Wonderflu – The Heart Of Seashells? EP (Influenza)

Publié par le 13 juin 2014 dans Chroniques | 1 commentaire

heart of Difficile d’aborder une chronique de Wonderflu sans tomber dans les louanges habituelles et se répandre en propos dithyrambiques. Il faut dire que ces mecs ont vraiment tout pour plaire : ils font du rock indé teinté de références 90s et ils le font bien, ils ont parfaitement intégré un grand nombre de références irréprochables (dont Sebadoh, Sonic Youth et Mudhoney ne sont pas les moindres) mais n’ont pas oublié d’apporter une touche personnelle à leur musique, ils font croquer les petits frères, comme on dit dans le rap, en montant leur propre label Influenza Records, sont des chantres actifs du Do-It-Yourself et font preuve d’une humilité remarquable; ils ont même réussi à convaincre le dessinateur Halfbob de signer toutes leurs pochettes et celles de leur label. Il me manquerait plus qu’ils soient sympa, avec ça, et on n’aurait vraiment rien à leur reprocher! (Heureusement, ce sont de fieffés salopards)

Bref, quand on aime le rock indé et qu’on habite près de Paris, on ne peut décemment pas passer à côté de Wonderflu, véritable bouffée d’air frais face aux hipsters et aux wannabes rockstars. En voilà qui représentent bien l’esprit loser à la Lou Barlow. Alors quand ils sortent un nouveau disque, on l’attend avec impatience et on l’écoute religieusement.

Ce nouveau disque se compose en fait de 2 EPs, séparés en version CD ou digitale mais regroupés sur un seul vinyle, avec 2 faces (comme tous les vinyles, me direz-vous), et deux titres qui finalement n’en forment qu’un : What’s Inside – The Heart Of Seashells?. De là à dire qu’il s’agit d’un album, il n’y a qu’un pas. Mais eux insistent : il s’agit bien d’EPs ; comme s’ils étaient trop timides pour tenter l’épreuve du premier album.

Je passe sur la première moitié de ce double EP, puisque JL vous a déjà parlé de What’s Inside, et je vais me concentrer sur l’autre. The Heart Of Seashells? devait semble-t-il commencer par « Motorcycle », incontestablement le tube de cette face. Finalement, c’est une très bonne chose qu’ils se soient trompés dans le tracklisting pour nous permettre de profiter pleinement de « Your TV Has A Son », qui montre tout leur talent d’écriture, mais aurait sans doute souffert d’être dans l’ombre d’un autre titre.

Ce deuxième EP est globalement rapide et énervé, avec pour seule cassure de rythme l’excellente « Fall On Me », qui joue dans un registre lent et lourd, limite déprimé, dans lequel on n’a pas tellement l’habitude de voir le groupe.

En guise de conclusion, Wonderflu s’offre même son « Tourette’s » sous la forme de « Paris Bad Night » sur lequel on entendrait hurler « Bitch! Bitch! Die! Bitch!« … du moins, c’est ce que je comprends.

J’ai simplement omis de parler d’un titre, omission volontaire qui me permets de conclure : « 7 To 11 » est parfaitement à l’image de ce nouvel EP, direct et incisif, mais malheureusement trop court. Finalement, y ajouter What’s Inside permet à The Heart Of Seashells? d’avoir une durée raisonnable, et les deux sont parfaitement complémentaires puisqu’ils présentent un panel de ce que le groupe est capable de faire. Il serait même difficile de prendre l’un sans l’autre.

N’en déplaise à Wonderflu, on dirait bien qu’ils viennent de sortir leur premier album. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils passent l’épreuve haut la main!

 

BCG

Les deux EP sont téléchargeables à prix libre. Si vous voulez vous procurez la version CD ou vinyle c’est par ici.

Et si vous n’êtes pas encore convaincus c’est parce que vous n’avez pas vu le clip de « Motorcycle »

Articles similaires

1 commentaire

  1. Merci pour la chronique !

    Merci aussi pour le compliment sur Paris Bad Night / Tourette’s
    (d’ailleurs les paroles c’est pas « bitch bitch die bitch » mais on aime beaucoup recevoir les interprétations des gens ^_^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *