The Mystery Lights – Too Much Tension!

Publié par le 18 mai 2019 dans Chroniques, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Daptone, 10 mai 2019)

J’ai toujours aimé les intros de concert un peu recherchées, je suis certain que les Mystery Lights mettront « Synthtro » en concert avant d’attaquer la bête. En tout cas, ce petit semblant de horror soundtrack le fait bien en intro de leur nouvel LP, Too Much Tension!. Puis, j’ai toujours aimé les groupes qui savent enchaîner, que ce soit Sly and the Family Stone, les Fleshtones ou nos amis de Brooklyn ci-chroniqués.

J’avoue que je commençais à désespérer. Leur premier LP éponyme n’avait pas quitté ma Technics lors de sa sortie en 2016, j’avais adoré leur show à la Maroquinerie mais plus récemment, la question du petit deuxième commençait à se faire sentir (joke) mais j’ai eu la chance de les revoir au Club 100 de Londres il y a peut-être un an et je me suis dit que c’était mal parti. Le concert était plus qu’à la hauteur mais ils ont un tel côté glandeurs sympathiques, post-post-post-ados se passant pas du tout discrètement la bouteille de Cuervo pour mieux enchaîner que je ne les imaginais pas… travailler patiemment dans un studio d’enregistrement, faire le mix, les overdubs, etc. Et pourtant, les amis, pourtant…

Voici donc « Too Much Tension » sorti en mai 2019, après donc 3 ans d’attente. Straight to the point : le LP est une réussite ! Quelques tracks avaient été éditées en pre-release, le névrosé « I’m So Tired (Of Living In The City) », le paranoïaque « Someone Else Is In Control » et le punkoïde « Traces ». Que des perles urbaines ! Et puis, le LP sort et révèle un « Thick skin » headbanging à souhait, un « Going Down » qui calme le jeu et joue sur les platebandes de King Gizzard avec délice, un « Watching The News Gives Me The Blues » qui parle de lui-même de manière drôlement efficace, le pistolet sur la tempe, et un « It’s Alright » dans la droite ligne du premier bébé avec son petit solo à la Fogerty sur ce que serait une version courte de « Effigy ». Citons aussi “Wish That She’d Come Back”, alors là j’adore, c’est carrément le 3 en 1, ça démarre par deux petites minutes toutes sautillantes d’euphorie et en plein milieu, paf la grosse descente éthylique, le down, Mike Brandon doit être encore loin du bout du tunnel pour que ça résonne autant, et puis on se termine dans du très sombre, pour 27 secondes d’angoisse post-indus. Je les aurai attendus, les bougres, et ça valait le coup !

Allez, tous à la Maroquinerie le 15 octobre (2019) pour célébrer les lumières mystérieuses de ce groupe ayant migré de Califonie à NYC. Pourquoi ? Je n’en sais rien mais voilà une bonne question pour une éventuelle interview si j’y arrive… A la réflexion, évitez « Someone Else Is In Control » si vous ne voulez pas que ses gimmicks ne vous tournent indéfiniment dans le crâne pendant de longues semaines !

Manu

LIRE LA CHRONIQUE DU PREMIER ALBUM DES MYSTERY LIGHTS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :