The Mystery Lights @ La Maroquinerie (Paris), 07/02/17

Publié par le 7 février 2017 dans Live reports | 0 commentaire

© Ryad Jemaa

© Ryad Jemaa

Non seulement les mecs de Mystery Lights ont sorti à mon sens l’album le plus excitant de 2016 et fait le lien entre une scène non strictement garage et un peu branchée Brooklyn et une scène plus « pure » mais ils ont livré ce soir un set d’exception. On a sur scène le frontman Mike Brandon (vocals et je crois Gretsch, je ne suis qu’un humble batteur qui ne connaît rien aux grattes), vous savez, le mec qui saute partout, mais j’ai découvert un énorme bassiste qui construit le mur du son, l’autre guitare qui maîtrise sa Vox (encore, je crois) et un batteur qui fait plus que le job. Alors, le dilemme qui s’offrait à eux était « juste » de sublimer sur scène leur excellent LP de l’an dernier ou alors de se mouiller un peu plus.

img_20170206_214305

© Manu

Ils ont opté pour la deuxième solution. Ce qui tombe bien car les mecs jouent carré. Genre pub rock, je joue au millimètre. Ils savent maintenir la tension. Doser les vides entre les morceaux. Booster les montées. Gérer les descentes. Comme ils n’ont fait qu’un LP à ma connaissance (peut-etre un EP en plus), il n’y a guère que 2-3 tracks que je ne connaissais pas.

Et vient le final. Le track « Devil » est tellement parfait qu’ils auraient pu le tirer en longueur sans perdre l’attention/la tension mais non, ils en font un medley avec d’autres trucs parfaitement raccordsEn rappel, on a (1) un rythm’n blues endiablé, bon de voir un public parisien, qu’on a trop traité de snob, pogoter sur un pur track R&B et (2)… (2)… « LOOKING AT YOU », meilleur morceau des MC5 sur lequel je réalise que Mike Brandon a la voix de Rob Tyner, sans forcer. Grandissime moment rock and roll qui fait oublier l’élection de Trump et la possible prise de pouvoir par la dynastie de Montretout. Énorme bouffée d’air dans l’ambiance malsaine pré-elective. Putain, ça fait du bien ! Évidemment, les mecs sont sympas et assurent le merch eux-mêmes, ils sont à la croisée des chemins entre petit groupe de Williamsburg et une exposition potentiellement énorme, en tout cas ils le mériteraient !

Manu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :