Interview – Archive

Publié par le 24 octobre 2016 dans Interviews, Notre Sélection, Toutes les interviews | 0 commentaire

© David Levine

© David Levine

The False Foundation. Un titre évocateur de la mixité musicale du dernier album du collectif britannique Archive.

Après 20 ans de carrière, ils arrivent encore à nous étonner avec leur 10ème album studio. À la fois antithèse de Restriction et, sur quelques titres, petit frère de The Controlling Crowds, il se présente comme une promesse subtile et conceptuelle dont seul Archive a le secret.

On est invité à découvrir ce dernier album dans un studio, tous plongés dans l’obscurité musicale et visuelle. Situation inhabituelle qui finalement nous saisit assez vite.

Les gens s’assoient au fur et à mesure, les yeux fermés, les mains jointes pour une écoute en toute intimité. Puis le showcase avec Pollard, Darius et David… « On n’a jamais vraiment fait de showcase en piano/voix devant si peu de monde. C’est une première ! Et ça nous a beaucoup plu. C’est à la fois très déstabilisant et très fort. Malgré tout, on appréhende toujours tous nos shows de la même manière. »

IMG_4032

 

« C’est notre musique qui crée l’intimité »

L’éclectisme de cet album reflète les différents styles empruntés par Archive tout au long de leur carrière. « Driving in Nails » est assez lente et métallique avec des répétitions de sons qui vous emportent vers une frénésie électronique.

Vite oubliée avec la chanson d’après « Thousand Thoughts », ballade subtile aux harmonies idéalement composées. Mais quel est vraiment votre style musical Pollard, si vous deviez en choisir un ?

[Après un long silence, soutenu par un regard interrogateur, l’homme au chapeau me répond]

« C’est difficile de se ranger derrière un certain style de musique mais c’est aussi ce qui fait la particularité d’Archive. On essaie d’être toujours honnêtes avec ce qu’on ressent et en tant que collectif, on a évolué avec les valeurs et les qualités artistiques de chacun. »

 

« Évoluer en collectif a toujours été une force »

C’est dans une constante évolution chargée d’influences variées qu’Archive impose son univers à un public qui, sans expectative, est toujours charmé. « On a vraiment de la chance d’avoir un public qui nous suit sans jamais rien attendre de précis. Ça nous donne la liberté d’essayer de nouvelles choses constamment. »

© David Levine

 

« On n’essaie pas de faire de la musique que les gens aiment. On fait ce qu’on aime en espérant que ça plaise. » 

Justement qu’est-ce que vous aimez comme musique ? C’est Pollard, qui très simplement, me dit son amour, non pas pour moi, mais pour Berlin et son électro ! Puis, la minute fierté française : « On a eu la chance de rencontrer Sébastien Tellier et on adore ce qu’il fait, son univers est si particulier, on se comprend ! Mais, vous les Français avez de sacrés talents comme Jean-Michel Jarre, les Daft Punk ou encore… Rone ! » Booooom frenchtouch !

[Dans l’euphorie d’une telle révélation, je veux marquer le coup, mais cette image de trinquer avec Archive avec des gobelets en plastiques, dans une sombre loge… non !]

Ils trouvent ça « drôle » d’être comparés souvent à Radiohead mais ne s’étendent pas vraiment sur le sujet… comprenez ce que vous voulez !

C’est avec une jolie insolence qu’Archive nous présente ce dernier album, album dont ils sont le plus fiers jusqu’à présent. Entre ballades mélodieuses, piano/voix et notes électroniques parfaitement calibrées, il est difficile de déterminer en un mot, un seul The False Foundation.

Alors, écoutez « Sell out », « The False Foundation » et « Driving in Nails » à la suite et vous comprendrez peut-être la complexité de définir cet album aussi beau que bon avec ses beats lourds et compositions instrumentales.

L’interview s’achève, j’ai l’impression d’avoir passé 30 minutes avec deux potes (hyper calés musique), c’était chouette, j’ai eu 4 bises, plein de sourires et partagé plein de blagues (que je garde pour moi) mais je partage quand même cette photo…

IMG_4066

Interview réalisée par NB

Merci à Marie-Julie Dahou de PIAS.

« The False Foundation » est disponible depuis le 7 Octobre chez Danger Visit et PIAS Cooperative

ARCHIVE En concert le 29 novembre à la salle Pleyel (Paris).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *