Pile – Green And Gray

Pile – Green And Gray

(Exploding In Sound, 3 mai 2019) Cela fait bien longtemps qu’on a cessé de chercher des explications à la popularité de certains groupes de rock indé en France, il y aurait de quoi devenir timbré. Notre beau pays, capable de porter aux nues les affreux La Femme, de s’extasier devant les Limiñanas, persiste à ignorer superbement certains des meilleurs groupes du genre qui sévissent outre Atlantique, à l’image de Pile. On aimerait beaucoup que ça change mais on n’y croit guère. Et pourtant.. Pourtant, ce Green And Gray nous en fait voir des vertes, des pas mûres, des jolies, des violentes, des délicates, des saisissantes (on va s’arrêter là, vous avez compris l’idée). Comme à l’accoutumée, Rick Maguire impressionne de par son talent protéiforme, multipliant les grands écarts vocaux, excellant dans son chant mélodique parfois très touchant (la perle mélancolique “Other Moons” expédiée en 1’25, “Hair” qui invite des cordes au banquet) et se fusillant les cordes vocales quand le ton se durcit et qu’il semble tout à coup saisi de convulsions éPileptiques (l’explosive “On A Bigger Screen” qu’on meurt d’envie d’écouter sur de bigger speakers). Comme à l’accoutumée, son groupe fait mieux que l’accompagner et se met au diapason jonglant entre ballades rêveuses et sévères mises au point nous laissant au bord de l’apoplexie, lorgnant autant du côté du post rock et du slowcore (“No Hands”) que de la noise la plus saignante (“A Labyrinth With No Center”, “The Soft Hand Of Stephen Miller”), parfois même au sein du même morceau (“Firewood” ou la colossale “Hiding Places”). Les plus exigeants auront du mal à trouver à redire devant un disque affichant une telle cohérence malgré la grande variété des ambiances déclinées. Même les plus prudes auront de quoi se réfugier derrière “Bruxist Grin”, tube évident avec son riff en forme de gimmick imparable. Bref, tout le monde pourrait bien y trouver son compte mais comme à l’accoutumée, seule une poignée d’irréductibles répondront présents. Les ignorants ont toujours tort. Jonathan Lopez Green and Gray by Pile LIRE LA CHRONIQUE DE A HAIRSHIRT OF...

Lire la suite

The Chemical Brothers – No Geography

The Chemical Brothers – No Geography

(Virgin EMI, 12 avril 2019) Il y a quelques années de cela, je m’étais retrouvé dans l’embarras à devoir dire du mal du dernier album des Chemical Brothers, un groupe que j’adore et qui me suis depuis de nombreuses années. Mais il faut bien le dire, mon avis n’a pas bougé d’un iota, il n’était pas fameux ce Born In The Echoes. Et c’était d’autant plus frustrant qu’il faisait suite à l’énorme Further qui, avec le recul, se situe parmi les meilleurs disques du duo britannique. Le doute était donc permis à propos de No Geography, mais les premiers singles étaient de nature à rassurer… voire à s’enflammer à l’écoute de la colossale “Mah” qui tabasse comme il faut, avec les samples qui vont bien (et qui font peur !). Dans la plus pure tradition des frères chimiques. Tout n’est pas de cet acabit mais les moins agressifs “Got To Keep On” et “Free Yourself” font assurément le boulot et susciteront bien des déhanchements avec toujours cette science des montées parfaitement maîtrisée. Comme à l’accoutumée, No Geography a été conçu comme un DJ set et, cela ne surprendra personne, il est très orienté dancefloor. Le morceau-titre et ses (big) beats fracassants, synthés épiques et sample vocal bien marquant (“I take you home“) fleure bon la fin de soirée arrosée, les yeux dans le vague et l’envie de prolonger jusqu’au petit matin (sentiment similaire sur “Catch Me I’m Falling” qui clôt habilement l’album). “The Universe Sent Me” commence assez sagement porté par la douce voix de la norvégienne Aurora avant que les BPM ne s’affolent. Les changements de rythmes sont incessants et le tout s’achève dans un bon gros délire psychédélique. N’est pas “The Private Psychedelic Reel” qui veut, mais ce morceau fera sans nul doute son petit effet en live et s’impose comme une pièce maîtresse du disque. En dépit de quelques titres plus anecdotiques (“Bango” très Fatboy Slim, “Gravity Drops” guère exaltante) et certaines voix qui ternissent des morceaux de bonne facture (“We’ve Got To Try” agace rapidement), No Geography nous propose là un parfait condensé du savoir-faire des deux DJ. L’année 2019 restera tristement marquée par la disparition de Keith Flint de Prodigy, mais on retiendra également que d’autres éminents représentants du big beat nous ont prouvé qu’ils avaient encore de beaux restes. Jonathan...

Lire la suite

Fontaines D.C. – Dogrel

Fontaines D.C. – Dogrel

(Partisan, 12 avril 2019) Maudits soient les british ! Eux qui prennent toujours un malin plaisir à nous rappeler à quel point ils sont meilleurs que nous. Dans tous les domaines, ou presque (les anglais ont fait fort avec le Brexit, mais notre gouvernement se surpasse chaque jour pour prouver qu’on peut rivaliser en connerie) : en nous mettant des taules au rugby dès que l’occasion se présente, en monopolisant le haut de l’affiche footballistique quand on préfère se faire humilier en mondovision (par des british, tant qu’à faire) ou en sortant en moyenne quatre bons groupes rock quand on en sort un.  Après la déferlante punk/post punk anglaise nouvelle génération (Sleaford Mods, Idles, Shame, Slaves…), au tour des irlandais de frapper un grand coup. Pour remuer le couteau, ceux-là ont choisi un nom qui pourrait presque sonner frenchie : Fontaines D.C. Mais pas de doute possible, D.C. désigne bien Dublin City. Dur. “I’m gonna be big” clame d’emblée Grian Chatten (“Big”). Ambitieux, certainement. Présomptueux ? Pas tant que ça. Car ce groupe-là n’éprouve visiblement pas la moindre difficulté à écrire des tubes (“Roy’s Tune”, “Boys In The Better Land”), à trouver le riff qui ne va plus te lâcher (“Too Real” qu’on a bien dû écouter 45 fois avant la chronique), à dégoter une ligne de basse qui nettoie tout ce qui traine (“Hurricane Laughter” qu’on a bien dû écouter 42 fois), à convoquer les Cure quand il s’agit d’ajouter un brin de mélancolie (“The Lotts” ou “Television Screens” face auquel il est difficile de ne pas rester scotché) ou les Pogues quand ils font dans la ballade à entonner pinte à la main (“Dublin City Sky” dont le chant ressemble à s’y méprendre à celui de Shane McGowan sur “Sally McLennane” du mythique Rum, Sodomy & The Lash). L’atout numéro un de Dogrel n’est sans doute pas l’originalité mais bien le fameux triptyque énergie/mélodie/spontanéité après lequel tout le monde court, mais que peu parviennent à attraper. Ça parait simple voire tout con (“Liberty Belle” qui flirte avec le punk à roulettes mais sans se jeter à pieds joints dans la faute de goût), c’est surtout très bon. Et une de plus pour les British ! On les aura un jour, ne perdons pas espoir. Jonathan Lopez Fontaines D.C. se produira le week-end des 8 et 9 juin en plein air dans le cadre de Villette Sonique (Paris). Ah, et ce sera...

Lire la suite

Équipe De Foot – Marilou

Équipe De Foot – Marilou

(Alter-K, 10 mai 2019) Ces gars-là n’ont rien compris. Faire de la musique par les temps qui courent : osé. Jouer dans un groupe de rock en 2019 : présomptueux. Appeler son groupe Equipe De Foot : carrément suicidaire. Déjà qu’il faut s’arracher pour exister mais si de surcroît vous optez pour un nom qui n’aide pas à être pris au sérieux en plus d’être introuvable sur Google/Facebook/Instagram/toutes ces merdes indispensables pour être médiatisé de nos jours, vous vous tirez une belle balle dans le pied. Équipe De Foot n’a probablement pas grand-chose à cirer de ces considérations marketing et on serait tenté de leur donner raison. Car, nous aussi, on s’intéresse d’abord à la musique (aussi incroyable que ça puisse paraître !) et de ce point de vue-là, le duo a des arguments solides. Son deuxième bébé, Marilou, reprend les choses là où Chanta(aaaa)l les avaient laissées. On commence donc forcément par une grosse patate en lucarne (“Bald Is When You’re Out Of Hair”). Ça met en confiance et ça place l’auditeur dans d’excellentes dispositions. Couplets apaisés, mélodies contagieuses, refrains pied au plancher, disto, clean, disto, disto, disto. La recette est connue de tous, encore faut-il savoir gérer le dosage. Pas d’inquiétude, Equipe de Foot maîtrise son sujet. Avec cet air de ne jamais se prendre au sérieux (interludes au 12e degré, “Funny Wife” et ses sifflotements à la cool…), Equipe De Foot déroule son « garunge » (mélange habile de garage et grunge), garni de refrains qui nous explosent systématiquement à la face (“I Could Go To Sleep And Die”, “The Dictionary Guys” pour les explosions les plus dévastatrices). Et la rutilante production ne fait qu’aggraver les dégâts. C’est bien simple, ce power duo pourrait coller une trempe à bien des quatuors. Très attentionné, il nous a tout de même réservé deux chouettes ballades (“Not About Winkles”, “Marilou”) pour ne pas nous mettre la tête sous l’eau en permanence. Belle attention, et belle exécution. Finalement, on s’est peut-être montré un peu trop catégorique. Avec son nom, Equipe De Foot fait des appels en profondeur aux journalistes spécialisés feignasses qui ne peuvent résister aux métaphores footballistiques et avec son style typiquement 90s dont on raffole, ils savent d’emblée qu’ils vont la mettre au fond. Ces gars-là ont tout compris. Jonathan...

Lire la suite

Interview – Olivier Drago (New Noise)

Interview – Olivier Drago (New Noise)

Les 14 et 15 juin prochains, le magazine new Noise (anciennement Velvet, Versus et Noise) fêtera ses 15 ans d’existence avec deux belles soirées au Trabendo (Paris). 15 ans, une éternité pour un titre qui a connu des débuts tumultueux, n’a presque jamais pu compter sur le moindre soutien, mais qui continue, vaille que vaille avec les moyens du bord, à faire la part belle aux musiques qui ne vendent pas (ou si peu). Rencontre avec Olivier Drago, rédacteur en chef passionné et homme à presque-tout faire de new Noise, dont la détermination ne faiblit pas.* “Je crois n’avoir jamais fantasmé ce métier. Voilà 15 ans qu’on me dit que les CD et la presse papier, c’est fini. Je n’ai connu que ça, donc ma vision n’a finalement pas vraiment changé.” © William Lacalmontie Quand as-tu commencé à écrire au sujet de la musique ?Vers 1999. Je venais d’obtenir un DEUST “métiers de la culture” et de refuser un poste de directeur du centre culturel de la commune où j’habitais – autant dire une salle des fêtes. Mes parents n’étaient pas enchantés : j’avais toujours été un élève plutôt médiocre, on me proposait un CDI assez bien payé à peine mes études terminées, et je le refusais. J’ai donc rapidement enchainé sur un autre DEUST, “technologies de l’information et de la communication” cette fois.  L’intitulé me paraissait assez flou et le programme suffisamment expérimental – la formation n’existait que depuis peu – pour que je puisse pas mal glander. C’était le début de la démocratisation d’Internet, que j’avais découvert un an auparavant. C’était la dèche niveau presse musicale mais sur Internet, j’étais tombé sur de nombreux webzines américains. Dans le cadre du DEUST, on nous a alors demandé de mettre en ligne une “page perso”, sur un thème librement choisi. J’ai donc commencé à écrire des chroniques de disques sur cette page. Un ami avec qui j’animais une émission de radio depuis plusieurs années et qui suivait la même formation que moi a commencé à me filer un coup de main, puis peu de temps après un autre pote graphiste nous a également aidés. On a fait de cette page un webzine du même nom que l’émission de radio : No Brain No Headache. On a commencé à être pas mal lu, de nouveaux contributeurs se sont greffés à l’histoire, et assez rapidement je me suis retrouvé à “devoir” m’en occuper tous les jours, en plus de mes études et d’un boulot de guichetier/comptable remplaçant à La Poste. Je recevais de plus en plus de promos, j’avais de plus en plus de contacts avec les labels et les groupes, en France et à l’étranger. Je voulais m’y consacrer pleinement,...

Lire la suite