L’envoûtante – Espoir Féroce

Publié par le 30 avril 2021 dans Chroniques, Toutes les chroniques

(Petrol Chips/Terre Ferme, 12 avril 2021)

Espoir Féroce. Le titre du nouvel album de L’Envoûtante, duo hip-hop composé de Bruno Viougeas et Sebastien Tillous, est parfait. Pour combattre la morosité de 2021, parti pour être un remake (très) relou de 2020. Et parce qu’on n’a pas vraiment d’autre choix que l’optimisme. Le titre éponyme n’y va pourtant pas par quatre chemins. Il frappe dur sur notre statut confortable de petit occidental.

« Ici, qui n’a pas l’identité oxydée d’un enfant pourri gâté d’Occident ? / Encore des bouts du gâteau dans les dents, d’ici, dur de jouer les dissidents ! / …Ma parole, on est plus con qu’avant, on a la vie plus douce que celle de nos parents / mais le confort nous coupe l’envie d’être indépendants en 2 temps et 3 mouvements. / Faire pousser l’humanité c’est chiant, on abandonne vite les semis et les plants. / On retourne faire les courses chez Auchan, les champs libres : on les laisse en plan ! »

Mais loin de tout cynisme mortifère, L’Envoûtante préfère affronter ses (nos ?) contradictions et ne pas lâcher l’affaire. Le combat va être rude mais leur énergie est contagieuse. Et la musique addictive.

« Je déterre les rêves que ma vie caresse, pour certains c’est la 5ème roue du carrosse. / Mais j’enterre pas les rêves que la vie cabosse, j’en tire au contraire un espoir féroce. »

 Loin de tout ego-trip ou du rap de lascars, le duo pratique le hip-hop que j’affectionne. Écriture ciselée, verbe acide, instrus percutantes, et surtout des thématiques qui sortent du marasme hip-hop hexagonal que l’on entend (qu’on évite surtout) sur les grandes ondes. Il suffit d’écouter « J’ai pas lu » pour s’apercevoir que l’on a quelques références en commun (Casey, Rocé, Squat, Hamé et Ekoué de La Rumeur, La Canaille, D’ De Kabal, Zack De La Rocha…). Et quelques groupes à découvrir encore. Même élan d’hommage aux anciens avec la formule offensive « Dans ton festif ».

« Pourtant, 2021 aurait bien besoin de sa dose de textes corrosifs / De ziques qui sortent les griffes, de lyrics d’écorchés vifs et de mettre de l’offensif dans son festif »

L’album a beau être exclusivement construit autour d’un combo batterie-sons électro, qui n’est pas spécialement ma zone de confort, sans compter l’absence de guitares, le flow acéré et frondeur amène une vraie puissance rock. Un instrument à part entière. Comme sur l’implacable crescendo de « J’arrête demain », qui questionne notre identité culturelle avec une intensité rare. J’ai cru réentendre Programme, de l’ex-Diabologum Arnaud Michniak. Et quel texte !

Tels des maquisards, le duo est en résistance, mais toujours prêt à surgir de l’ombre au détour d’une punchline (« Sachez ça d’emblée »).

« Le camouflage est mon meilleur allié / J’ai appris à me faire oublier mais t’inquiètes / je reviendrais déter comme un guerrier… / j’ai braqué l’armurier pour un stylo et un cahier »

Ou à dézinguer l’apathie consumériste de nos quotidiens sur l’excellent et subversif « Désirs Bourgeois » à l’instru inquiétante. Hip-hop masterclass. Même quand le rythme se fait plus lent et presque serein (« Périphérie fait pas rire »), le propos est acéré comme un scalpel et c’est la société française qui en prend pour son grade. Comme sur ce « Démocratie Chifoumi », charge vitriolée cinglante, à la musique aussi déglinguée que l’état de notre pays. Je ne peux pas mettre toutes les lyrics de ce disque sinon mon rédac-chef va faire des bonds, mais vous avez compris l’idée. Pas tous les jours qu’un groupe met en mots ce qui nous brûle les lèvres tout les jours depuis bien trop longtemps. Et offre même quelques pistes pour « Recréer le lien ».

L’Envoûtante signe un album rare. Un de ceux qui photographient une époque alors qu’elle se déroule sous nos yeux. Sombre, implacable, mais furieusement conscient, du hip-hop comme on n’en entend que trop rarement. Qui secoue l’apathie covidée et l’indifférence mortifère. Avec une énergie qui va nous rebooster comme il faut pour défoncer ce qu’il reste de 2021. Et préparer la contre-attaque. Espoir féroce.

Sonicdragao

Tous nos articles sur L’envoûtante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *