Porcupine Tree – Fear of a Blank Planet (Roadrunner)

Publié par le 22 octobre 2012 dans Chroniques, Incontournables | 0 commentaire

porcupine-tree-fear-of-a-blank-planetPorcupine Tree est un groupe de rock progressif d’origine britannique. Ils sortent leur 1er album en 1991. Le groupe est très productif puisqu’ils en comptent désormais onze à leur actif. Pink Floyd et King Crimson figurent parmi leurs influences majeures. Ils collaborent d’ailleurs avec Robert Fripp, leader de King Crimson sur l’album Fear of a Blank Planet. Et justement c’est de cet album que nous allons parler. Le titre fait référence au fameux Fear of a Black Planet du groupe de Hip Hop Américain Public Enemy.

L’album sort sur le label Roadrunner chez qui ils ont signé en 2006, après le succès de In Abstentia et de Deadwing, qui marquaient un nouveau tournant dans leurs compositions dans un genre plus poussé que la rock/pop/ambient de leur début, avec des sonorités métal.

Seulement 6 titres sur cet album mais des titres à rallonge, le plus court « My Ashes » dure 5 minutes et le plus long « Anesthetize » pas loin de 18 minutes. Le sujet évoqué, l’adolescence, nous plonge dans un univers pas vraiment joyeux.

Des gosses qui ne veulent pas ressembler à leurs parents qu’ils jugent minable. Des gosses eux-mêmes en mal de vivre, qui ne parviennent pas à se trouver, et se trouvent désemparés, sans ambition, sans espoir.

« Fear of a Blank Planet » qui ouvre l’album, parle des méfaits de la télé, des jeux vidéos, auxquels sont accros les jeunes, sur une musique très dynamique.

« Anesthetize », du haut de ses 17 minutes nous transporte dans un voyage atmosphérique. Sur l’intro la voix de Steven est très proche de Thom Yorke, la suite entremêle passage calme, où Alex Lifeson de Rush appose un superbe solo, et riffs biens puissants de métal.

Le piano est à l’honneur sur « Sentimental », douce et mélodieuse, toujours dans un esprit tourmenté et mélancolique.

Le dernier morceau, l’excellent « Sleep Together », porté par des passages aux violons et une touche électro, se conclut par un coup de batterie, après quelques secondes de silence, semblable à un coup de pistolet.

Cet album est à écouter d’une traite, l’ensemble des titres forment un tout. Des textes, aux compositions, on est proche d’un album concept. Porcupine Tree signe avec  Fear of Blank Planet  l’une de ses plus belles réussites. Si vous êtes passés à côté, vous pouvez me croire son écoute en vaut vraiment le détour.

 

JR

 

Écoutez le morceau Anesthetize

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :