Plymouth Fury – Love Booze

Publié par le 15 mai 2016 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

love boozeVous me connaissez (en fait non, mais faisons comme si..), dès qu’on agite devant moi la carte du son très typé 90s avec pour principal argument du bruit et de la mélodie, j’ai tendance à accourir… quitte à tomber dans le piège de l’appât trop évident.

Bien m’en a pris cette fois avec ce Love Booze. Et finalement quoi de surprenant là-dedans puisque j’aime le Booze (l’alcool donc, faites un effort les mecs) et j’adore « Love Buzz », surtout reprise par Nirvana (comme toute personne normalement constituée me direz-vous).

Après cette intro guère passionnante, rentrons dans le vif du sujet. Plymouth Fury est un trio parisien, Love Booze est leur second album (certains parleront d’EP mais un EP de 10 titres ça commence à faire un bel EP). Et il est sacrément efficace. Un disque qu’on assimile d’abord à un simple « prend ça dans ta face« , qui lui sied assez bien. Pas de longs discours, tous les amplis dans le rouge et vas-y, Nénesse. Mais qui finalement se révèle plus riche qu’il en a l’air de prime abord.

Un bon petit mix grunge/garage/punk, bourré d’une énergie féroce qui vous fera perdre des cheveux à force de headbanger (« Double Middle Fingers », « Dead But High », « Thermobaric »), agrémenté de passages qui nous prennent régulièrement à revers (flanger à fond sur « Purple Skies » suivi d’un pont psyché noisy qui tâche, « Girl Of The Pack » et son intro Pixienne qui débouche sur un riff à la Tom Morello sur le refrain, « Dirty Needs » bien sombre qui, lui aussi, convoque Morello en featuring le temps d’un solo).

Vous l’aurez compris, il y a du Pixies (et pas que sur « Girl Of The Pack »*), du riff/gimmick à la RATM, du Seattle band dans le son de Plymouth Fury. Pas de doute, ces gars-là écoutent de la bonne musique. Et savent écrire des morceaux. Ils finissent même sur un long pour nous le prouver. « Maribor » du haut de ses 7 minutes, ponctué d’un final bien heavy, achève de nous convaincre.

Si toi aussi, tu aimes le Booze et « Love Buzz », tu ne pourras qu’apprécier ce disque qui sent la cave, les chiottes douteuses, les bières renversées et les guitares mal accordées… Un disque qui pue bien fort le ROCK, finalement. Miam.

JL

Vous pourrez bientôt vérifier que tout ceci est vrai puisque Plymouth Fury sera de passage à La Mécanique Ondulatoire (Paris) le 25 mai prochain (Event Facebook).

Le clip de « Double Middle Fingers »

L’album en écoute intégrale (et tu peux même l’acheter !)

*D’ailleurs ils avaient fait une reprise de « Gouge Away » qui tabasse .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :