Lords Of The Underground – Here Come The Lords (Pendulum)

Publié par le 27 avril 2013 dans Chroniques, Incontournables | 0 commentaire

here-come-the-lordsLes seigneurs de l’underground. On a vu plus modeste comme nom de groupe. Le trio du New Jersey avait donc tout intérêt à assurer avec leur premier album pour ne pas passer pour des pitres. Et s’ils se retrouvent dans la rubrique « notre sélection » d’Exitmusik (consécration suprême pour tout artiste), vous vous doutez bien qu’ils ont réussi leur banc d’essai.

Here Come The Lords paraît en 1993 et débarque avec une fraîcheur contagieuse. Une fraîcheur que l’on doit notamment au duo de rappeur Mr. Funke et DoltAll, tous deux dotés d’une voix aigüe, d’un débit ultra rapide et « joyeux ». Loin du gangsta rap, Lords Of The Underground c’est d’abord une bonne dose de bonne humeur, un son qui donne la pêche.

Le titre éponyme ne tarde pas à convaincre. On pénètre de plein pied dans l’univers un peu foufou du trio. Les deux MCs bombardent sur les complets et dès la première écoute on se surprend à entonner le refrain en se disant qu’on a l’air cool (alors qu’on l’est moins qu’eux) : « Here come the lords ! Here come the lords ! Here come the loooords ! ».

L’album ne s’embarrasse pas d’interlude lourdingue et ne subit pas de baisse de régime préjudiciable, chose assez rare en rap il faut bien le dire. Non là on a juste 15 titres de grande qualité. Le trio paraît (déjà) très bien rodé tant il déroule tout au long de l’album dans un style enjoué qui leur va comme un gant.

Les instrus concoctées par Marley Marl et K-Def sont imparables. La grosse basse, le beat qui tabasse, les influences jazzy et funky… Tout y est et on n’a jamais le sentiment qu’ils ont raclé les fonds de tiroir ni qu’ils se répètent. Note artistique : 10/10. Aux platines DJ Lord Jazz n’est pas manchot non plus. Il prend son métier très à cœur et ne se contente pas de faire tourner les vinyles. Au contraire, le gus enchaîne les changements de rythme et balance de judicieux scratches qui font du bien aux oreilles. Sans jamais tomber dans l’exercice de style, juste ce qu’il faut.

Difficile de résister à l’énergie dégagée par ce disque. Jamais pris à défaut, Mr. Funke et DoltAll virevoltent et s’échangent le micro avec une vivacité déconcertante. On imagine deux frères jumeaux toujours speed et joyeux, sautillant partout en toute circonstance. Espérons pour leurs proches qu’ils ne sont pas comme ça dans « la vraie vie » sinon ils doivent être sacrément usants. Mais là sur un album, ça vous file un sacré coup de boost. Irrésistible.

Au rayon des tueries, on est servis. « From Da Bricks », « Madd Skillz », « Keep It Underground » sont déjà bien balèzes. Mais que dire des tubes « Funky Child » et « Chief Rocka » ? Grands classiques du hip hop, ces titres ne vieilliront jamais. Le genre de morceaux intemporels qui ne manquent pas de faire lever les foules chaque fois qu’un DJ a la bonne idée de les passer en soirée. Même à 70 piges, je remuerai encore la tête là-dessus. D’ailleurs si je suis plus très frais, n’écoutez pas les médecins et ne me bourrez pas de cachetons. Balancez-moi ça à plein volume dans les oreilles ! Le remède ne peut que fonctionner.

Sans eux, Here Come The Lords n’aurait été « qu’un » très bon album rap, avec c’est tout simplement un des meilleurs disques du genre.

 

JL

 

Écoutez « Funky Child »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :