Hommage à Corbier

Publié par le 4 juillet 2018 dans News | 0 commentaire

C’est ce week-end que j’ai appris la sale nouvelle : François Corbier nous a quittés. Lui qui nous demandait de lui souhaiter de vivre 150 ans en bonne santé, il semblerait que ce soit râpé. Il nous avait fait état en off de problèmes médicaux lorsque nous l’avons interviewé pour notre rubrique 5 chansons/5 disques, ce n’est donc pas une surprise totale, mais quand même, ça nous fait quelque chose.

Comme beaucoup, j’ai connu Corbier par sa carrière télévisuelle et ses chansons pour enfants. Je ne sais pas quelle mouche m’a piqué, peut-être celle de la nostalgie pour être honnête, pour me pousser à m’intéresser à sa carrière musicale au début des années 2000. Peut-être aussi ses accointances avec Léandri de Fluide Glacial, qui laissaient présager de qualités humoristiques et d’écriture.

Quoi qu’il en soit, j’ai découvert quelques chansons de son disque Carnet Mondain, de mémoire “Les  Épinards” et la version rap de “R.I.K.”, et décidé dans la foulée d’aller le voir en concert. La première chanson ce soir-là parlait de son envie de niquer une éléphante, autant dire que la rupture avec la télévision et les années AB Productions était définitivement consommée. Bluffé par ce que j’avais vu, séduit par des qualités humoristiques et d’écriture confirmées, ainsi que par un sens mélodique insoupçonné, je m’empressais d’acheter l’album.

Carnet Mondain est sans doute plus un exercice de style qu’un véritable album, l’idée étant à mon avis de montrer ce que François Corbier pouvait faire dans un registre différent de la chanson pour enfants. Il est foutraque, avec des chansons classiques par-ci, des chansons flash par-là, des conneries, une chanson bonus rappée, et part un peu dans tous les sens musicalement (on y trouve du tango avec la chanson d’amour SM “Reviens Reviens” ou de la folk inspirée de Bob Dylan, par exemple) et au niveau de l’orchestration, mais il y a indéniablement de bonnes choses dessus. Ma seule déception, c’est que le concert m’avait laissé voir que le point fort de l’artiste, c’est le guitare-voix, et il y en a peu ici.

Ce défaut a été corrigé en 2003 sur le disque Toi, Ma Guitare et Moi, grâce à un faux live. François Corbier s’est donc enregistré avec sa guitare et quelques personnes en studio pour recréer exactement l’ambiance de la scène, pour quelques chansons déjà connues (dont celles de l’époque télé qu’il rejouera pour la dernière fois et une compilation de chansons flash) et une majorité d’inédites. C’est une réussite en tout point, d’autant que les nouvelles chansons ne sont pas en reste (“La Tempête”, “La Galère Capitaine” qui revient sur les années Club Do, “J’arrive Chez Elle”…). Le seul défaut de cet album est d’avoir été épuisé quasiment aussi vite qu’il est sorti.

En 2005, nouvel album qui est une sorte de consensus entre les deux précédents : Tout Pour Être Heureux. La musique et l’instrumentation sont plus variées que sur Toi, Ma Guitare et Moi (rock’n roll, jazz, blues, musique de cirque, folk, ballade au ukulele) mais l’ensemble est plus concis et cohérent que sur Carnet Mondain. Encore une belle réussite, avec de chouettes chansons (“Règles Bleues”, “Drosera”, “C’était Le Bon Temps”, “Joli Monde”…). Je le vois sur scène à cette époque, François Corbier est désormais accompagné de deux musiciens, un guitariste et un contrebassiste, le show prend de l’ampleur et l’ensemble se tient à merveille.

Presque Parfait prend la suite en 2009, dans la lignée du précédent. Peut-être moins de variété dans l’instrumentation, un retour à plus de guitare, et toujours de chouettes chansons (“Chocolat”, “Pour Dieu, Pour Dieu !”, “Les Chanteurs de l’Ossuaire”, “Nucléaire”, “La Louve”…). Il alimente en partie un disque live, un vrai, cette fois, sorti en 2012 et qui s’appelle simplement François Corbier En Concert. De quoi se rendre compte de ce que ça donnait pour ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de voir ça de leurs yeux.

Enfin, en 2015 sort Vieux Lion dont nous avons déjà fait la critique ici. Un beau disque intimiste, avec des chansons qui sont peut-être encore plus touchantes aujourd’hui.

Après avoir fait un tour rapide de sa carrière post-télé, il faut nous rendre à l’évidence. Le chansonnier a tiré sa révérence, mais son œuvre demeure et témoigne de son talent. En digne héritier de Brassens, Corbier nous a laissé des textes drôles, tristes, critiques, tendres, un peu anars ou profondément humanistes, parfois tout ça à la fois. Il ne tient qu’à ceux qui le souhaitent de réhabiliter son œuvre, malheureusement méconnue du grand public.

Les quelques contacts que nous avons eus avec lui nous ont permis d’apercevoir un type facétieux, sympa et humble avec qui il a été très agréable d’échanger. Son éternel sourire qu’il portait jusque dans sa voix nous manquera.

Blackcondorguy

 

PS : les 3 derniers disques de Corbier sont encore disponibles ici.

Les 3 premiers sont épuisés, mais si vous êtes assez nombreux à vous manifester, peut-être ressortiront-ils un jour ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :