Droit de réponse de Mathias Moreau, auteur de Visions de Mark Lanegan

Publié par le 17 décembre 2017 dans News | 0 commentaire

 

Suite aux propos tenus par Mark Lanegan à l’encontre de son livre, Visions de Mark Lanegan, dans notre interview du 5 décembre, Mathias Moreau nous a adressé le droit de réponse suivant :

J’ai été particulièrement interpellé par l’interview de Mark Lanegan publiée par le blog ExitMusik le 5 décembre 2017.
Dans cet échange, il est question de mon livre “Visions de Mark Lanegan, essai biographique au regard de l’émancipation” paru en mars 2017. Cet ouvrage confidentiel s’est intéressé à une analyse philosophique, psychologique et sociologique de la musique de Mark Lanegan en suivant une trame biographique et discographique. Il est dûment référencé et évoque nombre de sujets et personnages en rapport avec la vie de Mark Lanegan. Certains aspects de sa vie sont évidemment travaillés et servent comme autant de déterminismes à la création. Les addictions notamment, sujet dont Mark Lanegan parle ouvertement depuis de nombreuses années et qui lui sert de matériel pour écrire.
Le projet de ce livre dans un premier temps était seulement basé sur mon analyse personnelle puis étant en contact avec des personnes ayant enregistré avec Lanegan, il m’a semblé intéressant de leur demander leur opinion. Ce fut donc le cas avec Tony Chmelik aka Cypress Grove, ami de Jeffrey Lee Pierce et coordonnateur des Jeffrey Lee Pierce Sessions Project : un ensemble d’enregistrements du Gun Club repris par des musiciens comme Debbie Harry, Iggy Pop, Nick Cave ou Mark Lanegan. Tony était tout à fait partant pour répondre à mes questions mais lorsqu’il les a découvert, a décidé qu’il ne répondrait plus. En cause, une seule et unique question dans laquelle je demandais dans quel état d’esprit était Lanegan lorsqu’il le rencontrait pour la première fois. Pour expliciter cette question, j’avais mis entre parenthèses des éléments qui auraient pu jouer sur cet état d’esprit, entre autre chose les addictions de Lanegan.
Chmelik n’a donc absolument pas compris ma demande et s’en est semble-t-il ému auprès de Mark. Sauf qu’il a travesti la réalité de mon travail qu’il n’a jamais lu. L’histoire des drogues ne représente qu’une infime partie de mon livre et ce que j’en dis est entièrement public et référencé ; tiré de magazines notamment.
Je n’ai jamais voulu contacté directement Lanegan car ce n’est pas une bio comme on l’entend, c’est un essai donc une vision subjective.
Suite à cette interview, j’ai finalement contacté Mark pour lui donner l’explication définitive. Il l’a d’abord refusée puis dans un deuxième temps comprise et s’est excusé de ses propos.
Je suis avant tout un fan et je n’ai jamais écrit de livres ni d’articles remettant en cause les choix des musiciens sur lesquels je travaillais. Je laisse ça aux gens sans talent, soucieux d’asseoir leur frustration sur l’autel du voyeurisme crasse.
Mathias Moreau

 

LIRE L’INTERVIEW DE MARK LANEGAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :