dEUS – Selected Songs 1994-2014 (PIAS)

Publié par le 18 mars 2015 dans Chroniques, Incontournables | 0 commentaire

dEUS-Selected-Songs-1994-2014dEUS est un groupe de rock belge, terre plus célèbre pour la chanson (Brel, Arno pour ce qui se fait de mieux), la BD (incroyable vivier depuis près d’un siècle) et la bière (je ne vais pas me lancer dans l’inventaire ici …). Cependant, le rock belge ne se résume pas à Plastic Bertrand  quand même (heureusement). D’excellents groupes récents comme Ghinzu ou Triggerfinger portent haut l’étendard de la musique qui nous fait tous vibrer, mais dEus est la référence et certainement ce qui se fait de mieux chez nos voisins du Nord.

Formé en 1991 par Tom Barman, dEUS en près de 25 ans de carrière désormais a laissé dans son sillon huit albums, dont les excellents The Ideal Crash, Pocket Revolution et Vantage Point. Pour se faire entendre hors de Belgique, Tom Barman choisit d’emblée l’anglais, sa voix puissante et la qualité des mélodies du groupe feront le reste.

De la formation historique du très bon premier album Worst Case Scenario, ne subsistent que le patron Tom (guitare, chant) et Klaas Janzoons (violon, claviers). Ce premier disque paru en 1994 a jeté les bases de leur musique, et semé la confusion auprès du public et de la presse spécialisée à l’époque, du fait des multiples influences qui ont façonné leur son et en font un groupe unique. Trois autres musiciens ont rejoint l’aventure en cours de route, mais sont présents depuis une dizaine d’années quand même. Pour avoir vu dEUS à nouveau récemment au Bataclan, trois qualificatifs me viennent à l’esprit : cohésion, inspiration et complicité, et à chacune de leurs prestations, les grands classiques de leur répertoire prennent systématiquement un coup de jeune.

Ce qui me fait sortir de mon hibernation aujourd’hui n’est pas un nouvel album de dEUS, mais une compilation : Selected Songs qui regroupe une sélection de 30 titres qui balaie toute l’histoire du groupe.

Disque idéal pour pénétrer l’univers de dEUS, il fait la part belle aux compositions des 4 premiers albums, notamment Pocket Revolution (6 titres ici). Le seul regret, pas un seul inédit. Pour cela, il faudra patienter jusqu’à la prochaine livraison studio.

« Instant Street » (grand classique) ouvre le bal, imparable entame, que ce titre magnifique. Délicate balade en ouverture qui s’élève lentement en une intense spirale d’énergie au riff entêtant. Un de leurs titres favoris, régulièrement joué en concert. Tiré de « The Ideal Crash » (paru en 1999), peut-être leur meilleur album à ce jour, et je n’hésite pas à le dire : certainement un des meilleurs disques de la riche décennie des 90s.

Le premier disque réunit des classiques plutôt teigneux. Le funky « The Architect », échappé du plus récent Vantage Point, puis une giclée de titres enlevés et nerveux ; « Slow », « Via », la délirante « Fell Off The Floor », « Man » et la surpuissante « Sun Ra » (tirée de Pocket Revolution) dans une version en public.

Un titre comme « Suds & Soda », qui a longtemps été l’hymne du groupe, résonne des multiples influences du groupe : Velvet Underground, Sonic Youth, sans oublier quelques clins d’œil vers Beefheart ou Frank Zappa.

« Little Arithmetics », petite merveille pop, qui semble ici perdue dans ce déluge électrique, est une délicate ballade sur laquelle la voix chaude et sensuelle de Tom fait merveille. Ce premier disque s’achève sur « Bad Timing » (encore Pocket Revolution) qui est marquée dEUS au fer blanc.

Dans la version compilation, si vous voulez vous faire une ballade cool, optez pour la deuxième galette, qui est une longue promenade langoureuse et amoureuse, au fil de leurs plus tendres compositions. Ça tombe bien le printemps approche. En vrac : les délicieuses « The Real Sugar », « Magic Hour », « Eternal Woman », « 7 Days, 7 Weeks ». Les 15 titres de ce second disque illustrent la face tranquille et mélodieuse du groupe. De la douceur en pagaille, idéale pour les fins de soirée ou pour un coucher de soleil sur une plage, complètement béat.

Cette compilation propose d’aborder les deux versants de l’univers de dEUS, force brute, envolées électriques d’un côté, langueur et délicatesse de l’autre. De quoi nous faire patienter jusqu’à la prochaine tournée de ce bon vieux Barman. Cheers Tom.

 

El Padre
Instant Street by dEUS on Grooveshark

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :