Dear Eyes – Happy Sad EP

Publié par le 26 mars 2013 dans Chroniques | 0 commentaire

DEAR-EYES-COVER-ART-pink-EYESPremier EP de Dear Eyes qui arrive à nos oreilles et il y a là de quoi éveiller notre curiosité et attendre la suite en salivant. Seul aux manettes, le trentenaire parisien Frank Woodbridge, ancien chanteur de Backstab et Jenny In Cage, a changé radicalement de registre, lui qui jusque-là donnait plutôt dans le genre métalleux ou rock qui envoie du bois.

Ici point de guitare énervée, de rythmique heurté ni de chant hurlé mais des synthés, une boîte à rythme, une guitare. Et une voix qui se marie merveilleusement bien à ce nouvel univers, qui semble être le sien, celui qui lui colle à la peau.

Dans cette atmosphère épurée, naviguant entre new wave et dream pop, une multitude de sentiments s’expriment. Comme une vie qui défile au gré des humeurs. Entre nostalgie et bonheur retrouvé (« Etretat »). Les mélodies restent gravées. Mention spéciale à « You Stole My Life », véritable pièce maîtresse du maxi, qui ne vous quittera plus.

Tout n’est pas du même acabit mais les 5 titres ont en commun une vraie sincérité dans la démarche, un soin particulier apporté aux compositions et une sensiblité à fleur de peau. Les influences pop 80’s sont claires – on pourrait croire à un featuring de Robert Smith à la guitare sur « Go Train Fast Love » – mais Dear Eyes possède un son propre et n’hésite pas à s’aventurer en terre inconnue (sans Frédéric Lopez c’est courageux) se permettant par exemple un refrain dance sur ce même morceau. Une prise de risque qui peut dérouter de prime abord mais qui finit par emporter l’adhésion.

La ballade lunaire « A Place (Space Lullaby) » démontre les qualités de songwriting de Frank Woodbridge qui nous emmène en voyage dans un monde étrange et poétique (« Come with me cause i know a place. Where no more people don’t go. In this place there’s no need for drugs. We don’t have to escape. »).

On ne va pas tirer des plans sur la comète mais ces 5 titres laissent entrevoir un avenir des plus intéressants. Dans la série groupes français prometteurs (oui en ce moment c’est la mode sur le site), Dear Eyes se place parmi les bons élèves et, s’il poursuit ses efforts, peut espérer une belle promotion.

 

JL

 

Regardez le clip d' »Etretat »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :