Ausgang – Gangrene

Publié par le 5 mars 2020 dans Chroniques, Notre sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(A-Parte, 6 mars 2020)

Au niveau fusion rock-rap, l’année 2020 semblait devoir être marquée surtout par le retour triomphal (et/ou sonnant et trébuchant selon l’angle choisi) de Rage Against The Machine. Pas si sûr…
… Car voilà, Casey a aussi « La Rage » ! Et depuis qu’elle l’appelle, l’appelle, (cf le refrain), elle déboule avec un projet hybride répondant au nom d’Ausgang mêlant aussi rap et rock. Après tout, Casey, son flow précis et tranchant comme un scalpel, et la guitare aventureuse de Marc Sens, ça vaut bien Tom Morello et Zack De La Rocha, non ? À ce casting, déjà aperçu dans l’excellente Zone Libre, s’ajoutent Sonny Troupé à la batterie et Manusound aux machines. Autant dire que l’excitation était au rendez-vous des dix titres de ce Gangrène. D’autant que les 2 titres lancés en éclaireurs (avec 2 beaux clips) pour teaser cette sortie se sont d’ores et déjà placés bien haut dans ma playlist de 2020. D’abord le furieux « Chuck Berry », où Casey rappelle avec rage et justesse une vérité historique. Le Rock est Noir, héritier du rythm’n blues afro-américain.

Ma race a mis dans la musique sa dignité de peur qu’on lui prenne
A fait du blues, du jazz, du reggae, du rap pour lutter et garder forme humaine
Et l’Occident qui avait honte a inventé le punk s’est haï lui-même x2
Tu as le cuir, la coupe, les clopes, les bottes et la Fender
Les anecdotes, Les Enfants du Rock, la collection de vinyles de ton père
Je l’ai dans la chair, je l’ai dans les veines, qu’est-c’que tu crois ? Cette histoire est la mienne
Riff addictif, flow chirurgical, plume de compétition, grosse puissance. C’est du Rock ! C’est du Rap !

Avec « Aidez-moi », changement d’ambiance pour un titre tout aussi imparable. À l’image de l’incroyable « La chanson du mort vivant » sur l’album L’Angle Mort de Zone Libre (m’en suis toujours pas remis), Casey égrène, avec son brio habituel, la lente descente aux enfers des oubliés de la République sur une musique sombre. Magistral !
Quel goût a l’existence quand tout n’a aucun sens
J’envie ceux qui connaissent les caresses j’ai des carences
Plus rien à déclarer j’ai des carnets j’ai des cahiers
Où j’ai déjà tout détaillé de la tristesse et la souffrance (…)
[Refrain] Mais où est ma bouée si vous pouvez me la trouver
Balancez-la dans l’égout où je suis en train d’couler
La folie va m’avaler j’suis harcelée par mes doutes
Ils me retiennent par le cou et la corde est nouée
x2”

Elle confirme (une fois de plus) la puissance de sa plume. Loin devant toute concurrence.
La bonne surprise (mais avait-on seulement des doutes vu la présence de Marc Sens), c’est que l’album est résolument rock (le brûlot « Bonne Conduite », le frondeur et bien nommé « La Rage », « Crapule », l’explosif « Bâtard »). Et diablement efficace. Tout en se ménageant quelques mid-tempos plus sombres parfois teintés de quelques bribes d’électroniques (« Gangrène », « Elite », « Aidez-moi », « Comme une ombre »).

L’alchimie entre les rythmiques frondeuses et les riffs experts de Marc Sens, la section rythmique au cordeau et le flow de Casey impressionne. En bon fan de Zone Libre et La Canaille, on n’est pas déçu ! RATM revient ? So what ! AUSGANG EST LÀ !

Casey n’hésite pas non plus à sortir de son registre habituel pour s’essayer parfois au chant (la fin de « Aidez-moi », l’excellent « Comme une ombre », « La Rage ») ou au pur refrain rock rageur (« Bonne Conduite », « Gangrène », « Crapule »). Toujours acerbe et chirurgicale dans ses thématiques habituelles (« Ma complice », « Bonne conduite »), elle dégaine aussi une ironie mordante et plus inattendue à destination de la scène rock sur « Chuck Berry » et surtout sur le jouissif « Bâtard » avec son mantra « Ausgang est là, On est là » ! Casey mettait déjà la misère à certains de ses collègues du hip-hop français, voilà qu’elle dézingue à la sulfateuse, une partie de la scène rock française sur un début de chanson hilarant (!) et ces punchlines au vitriol.

« T’as une chemise en soie, bâtard, t’as attaché que le bouton du bas
Et puis t’as pas la voix, sur ton torse tu fais quand même danser la croix
T’es nul, tu veux percer, t’es faible et t’es personne, sosie raté de Jim Morrison
Putain, c’qu’t’es mauvais, bâtard, t’as rien à dire alors tu le dis en anglais
T’as mille bagues à chaque doigt, tu galères, t’as pas de voix , tu murmures, t’as pas le choix
Tu parles trop de Strato, de Gibson, de disto, ça s’entend que t’es mytho
 »

Alors Ausgang ? Du rock + la meilleure plume du hip-hop français.
Pour résumer, place à l’artiste. A la fin de « Chuck Berry », on peut en effet entendre Casey murmurer un « Je crois que c’était bien ».

En fait, c’est même beaucoup mieux que ça ! Sans doute un des grands albums de 2020.

Sonicdragao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :