Louis Jucker & Coilguns – Play Kråkeslottet [The Crow’s Castle] & Other Songs from the Northern Shores

Publié par le 12 juillet 2020 dans Chroniques, Toutes les chroniques

(Hummus Records, 10 juillet 2020)

Autant le dire de suite, je ne connaissais pas du tout le suisse Louis Jucker et le groupe Coilguns avant de démarrer cette chronique. Mais rien de tel que d’avoir zéro a priori avant de découvrir un nouvel artiste. Après, ça matche ou pas. Et dès les premiers accords de « We Will Touch Down », l’oreille a frétillé. Toujours bon signe. Ce disque est le témoignage brut (car enregistré live en studio et en deux jours) de la tournée de Louis Jucker avec Coilguns pour défendre l’album Kråkeslottet. Quoi de mieux donc que de découvrir un artiste dans son élément naturel surtout à l’heure où l’on est dans l’impossibilité de le faire dans une salle ?

En seulement 9 titres, le suisse a gagné en tout cas le droit à ce qu’on s’intéresse de plus près à sa discographie annoncée éclectique. Si Coilguns lui assure un soutien certain pour un indie rock puissant, efficace, voire noisy, le disque ne se limite pas à ce seul style. Et c’est tant mieux. C’est ainsi que, au détour du riff stoner de ce « Woman Of The Dunes », classique mais so 70’s, on se dit que ces gars-là ont effectivement plus d’un tour dans leur sac. Dans une fin d’album très hétéroclite (!), on peut ainsi apprécier la palette de tout ce petit monde. Après le stoner, on a droit à notre grande surprise aux presque 9 minutes neurasthéniques de « Merry Dancers ». Tempo de tortue, claviers lancinants, guitares lointaines, chant poignant. Totalement inattendu mais assez sublime. Et pour finir, « Stay (In Your House) », 8 minutes où on va plutôt explorer un post-rock d’abord silencieux avant de se faire méchamment bouger dans un final agressif qui n’incite guère à la désobéissance. Stay in your house! Ainsi, après quelques écoutes, ce triptyque final rehausse même considérablement la note artistique de cet album. Déjà que le trio de titres qui ouvraient nous avaient bien convaincus ! « We Will Touch Down » marquait les premiers points avec ses guitares incisives et aventureuses. « Seagazer » nous emmenait en terre noise avec une rythmique frondeuse addictive et Louis Jucker qui s’époumone. Et « A Simple Song » ne relâchait pas la pression avec son allure menaçante toutes guitares dehors. Avec « The Stream », première embardée vers des territoires inattendus. Et pas loin du krautrock. Batterie sous speed, claviers vintage, rythme métronomique. Surprenant. Autant que « Storage Tricks », délicat folk à peine électrifié où la voix de Louis Jucker joue la carte de l’émotion. Presque égaré au milieu de l’album, mais qui renvoie aux compositions plus boisées de la discographie du suisse. Mais c’est une accalmie de courte durée. Une tension sourde couve toujours sous les claviers de « Back From The Mine » et les arpèges de guitares avancent toujours aussi vindicatifs. Avant le fameux triptyque final.

Bon, avec 9 titres de ce calibre (et autant de surprises), Louis Jucker et Coilguns nous laissent un peu sur notre faim. On n’aurait pas été contre 2-3 morceaux supplémentaires. Après une autre découverte de 2020 (Tar Pond) et sans parler des cultes Young Gods (NdRC : et des inégalables Ventura), la Suisse s’affirme comme une terre rock fertile et surprenante. J’avais placé un groupe alsacien dans mon top 2019 avec grande satisfaction (et chauvinisme local assumé). En tant que voisin, vais-je placer deux groupes suisses dans celui de 2020 ? On est en juillet, certes. On a le temps. À suivre…

Sonicdragao

2 Commentaires

  1. Pour ceusses qui cherchent à creuser dans cette direction et qui ont une oreille branchée sur la nébuleuse ’90s, je recommande deux de ses projets (c’est pas que les autres soient moins biens, c’est juste que je les ai pas encore écoutés) :
    – Autisti avec Emilie Zoe, sorti chez SK Records & Hummus Records : https://louisjucker.bandcamp.com/album/laltro-mondo-disc-2-5-autisti (bonus points : en live ça démonte)
    – Peppone avec Philippe Henchoz, le chanteur de Ventura, sorti chez Hummus Records : https://louisjucker.bandcamp.com/album/laltro-mondo-disc-4-5-peppone

  2. Merci pour les liens 🙂
    Keep Rockin’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *