We Insist! – Wax And Wane

Publié par le 26 septembre 2017 dans Chroniques, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Vicious Circle, 2017)

Chez We Insist! le changement c’est tout le temps. Après avoir essuyé plusieurs mutations de line-up, la plus significative étant le passage de 5 à 3 membres sur le (remarquable) prédécesseur, cette fois-ci We Insist! s’est trouvé un nouveau bassiste, Julien Divisia, qui n’est autre que… l’ancien guitariste.

Une chose est sûre, quelles que soient les formations qui s’y attellent, We Insist! n’est pas une affaire de branleurs. Ça a bossé dur encore  sur ce disque. Deux ans pour être exact. Et ça s’entend. Comme les membres du groupe ont dû prendre leur mal en patience pour aboutir à un résultat à leur convenance, il n’y a pas de raison que l’auditeur lui en profite immédiatement. Et ouais les gars, il va falloir s’accrocher.

Moins immédiat que son prédécesseur, moins pourvu en riffs d’acier, Wax And Wane fait toujours preuve d’une grande richesse. Des idées en pagaille, des structures changeantes, complexes, des breaks soudains briseurs d’articulation et même des instruments plus inattendus qui s’invitent à la fête (synthés, mellotron, mandoline…). Mais une fois qu’on a souligné l’aspect technique et la construction remarquable des morceaux (et ainsi fait fuir à tort les pleutres qu’un rien effraie), ne perdons pas de vue ce qui nous attire tous, nous les mélomanes de tous bords : les mélodies. Des mélodies qui ne s’offrent pas au tout-venant mais viennent à point à qui sait attendre. Car Etienne Gaillochet (batterie-chant) connait son affaire.

Alors maintenant que vous avez le mode d’emploi, une fois apprivoisés, bon courage pour vous dépêtrer de « Digital Fingers Glory », de la galvanisante « Crack The Code » et son pont Toolien, de la foutraque et sautillante « All Modulors » façon post punk qui s’ignore, de « Liquid Rat Race » et son final hystérique, de « No Cockaigne For Young Men » qui vient taper côté fusion… Bon courage, on vous dit. Et bon courage pour catégoriser tout ça, ceux qui ont essayé s’y sont déjà cassé les dents. Après cet étalage de chansons aussi étranges qu’intrigantes et attachantes, « Jaws » détonne avec son apparente simplicité où prédominent une gratte sèche et la voix d’Etienne Gaillochet. Histoire de nous montrer qu’ils savent aussi faire plus simple, et qu’il auraient très bien pu en faire de même sur tout le disque. Mais c’eût été moins excitant.

On dit que les disques qui nous séduisent très (trop) vite tiennent moins la longueur que ceux plus longs à assimiler. Il y a tout à parier que Wax And Wane n’aura de cesse de dévoiler de nouveaux atouts au fil des nombreuses écoutes qui se profilent dans les prochains mois.

JL

We Insist! sera en concert vendredi 29 septembre au Petit Bain (Paris) avec Baron Crâne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :