Warpaint – Heads Up

Publié par le 14 octobre 2016 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Rough Trade, 2016)

(Rough Trade, 2016)

Il revient de loin ce disque ! Séduit par le dernier album en date de Warpaint (bien qu’inférieur à The Fool), je m’étais empressé d’écouter le nouveau single, « New Song »… Un morceau littéralement affreux et indigne. Je me suis alors dit « ça y est elles ont changé pour de bon, elles cherchent à sortir le tube de l’été, je lâche l’affaire. »

Incorrigible, j’ai quand même voulu, une fois la rage retombée, voir ce que donnait ce dernier disque. Et grand bien m’en a pris !

Heads Up comporte de bien belles choses. Si vous aussi, vous aviez hurlé seul(e) chez vous « traitresseeeees, on ne m’y reprendra plus !« , sachez que ce « New Song » ne reflète en rien le contenu du disque.

On retrouve avec bonheur ce qui fait qu’on était tombé sous le charme des demoiselles il y a quelques années : basses rondelettes, voix caressantes, et nous voilà bien blottis dans notre lit douillet musical entre new wave et dream pop. En ce sens, « Whiteout » et « By Your Side » font le boulot, même sans atteindre les plus belles réussites précédentes. Suffisamment pour rassurer en tout cas.

S’il n’est guère surprenant que Warpaint s’en sorte toujours haut la main quand il s’agit de dérouler ses acquis, on peut tout de même s’enthousiasmer que l’inspiration soit au rendez-vous (« Heads Up » et sa basse qui ne tient pas en place, la délicate ballade folk « Today Dear »).

Et surtout, réjouissons-nous que lorsqu’elles effectuent d’autres incartades hors des sentiers balisés Warpaintiens (toutefois déjà empruntés précédemment), bien moins radicales et putassières que celle qu’on appelle désormais l’affreuse, elles parviennent également à séduire (« So Good » qui se la joue groovy, « Dre » et son beat hip hop, la superbe « Don’t Let Go », et son écrin folk propulsé vers les cimes par un duo basse-batterie toujours implacable).

Si on fait les comptes, hormis le furoncle déjà bien trop évoqué précédemment, il n’y a rien d’infamant et pas mal de bien fameux sur ce disque, qui vieillira sans doute très bien et viendra s’intercaler fièrement aux côtés de ses deux prédécesseurs…

Allez ça va pour cette fois, filez… mais la prochaine fois, pas de blague hein !

JL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :