Voix de Garage présente Choix de Garage #3 (Avril 2016)

Publié par le 10 mai 2016 dans Choix de garage | 0 commentaire

choixdegarage3

Troisième volet de Choix de Garage avec une sélection commentée des meilleurs morceaux passés dans les émissions Voix de Garage du mois d’avril.

 

Diégo :

« Bye Bye Bad Days » / Hector / single / 1974 / UK / DJM Records

Entendu dans Voix de Garage #56

Le refrain le plus chiadé de l’histoire Glam Rock. Une pluie de paillettes s’abat sur ton visage maquillé comme un camion volé. Tu dis au revoir aux mauvais jours. Tu veux du SEN-TI-MENT ! SEN-TI-MENT !

Hector c’est du Junk Shop Glam Rock. C’est Tony Barber des Buzzcocks et Phil King des Jesus and Mary Chain qui inventent ce terme alors qu’ils fouillent frénétiquement dans leurs bacs de 45 tours pour trouver les pires groupes de la période dorée du Glam Rock (71-75). Tous ces groupes qui n’ont sorti qu’un single de démo et qui sont tombés dans les oubliettes du glam, avec leurs plateforme-boots, leurs ensembles moulants et leurs refrains au saxophone.

On dira ce qu’on veut, impossible de ne pas taper du pied en pointant du doigt en l’air, un sourire niais sur le visage. Ferme les yeux et écoute-moi ces belles paillettes.

 

« Dead Moon Night » / Dead Moon / Unknown Passage / 1989

Entendu dans Voix de Garage #55

Title Track d’un groupe resté mystérieusement peu connu, « Dead Moon Night » c’est un refrain qui sonne comme un mantra bizarre qui épelle le nom d’un dieu païen maléfique sous un lune blafarde.

Alors qu’en fait, concrètement, Dead Moon c’est JUSTE un groupe garage-punk de Portland qui n’a jamais vraiment décollé parce que son chanteur n’a jamais voulu faire un effort pour chanter correctement.

Et c’est ce qui est fabuleux. On dirait que rien ne pourrait arrêter leur musique ! Une forme d’énergie du désespoir pousse le rouleau compresseur de la Lune Morte. Dead Moon c’est du punk crasseux tout-terrain.

Guy :

« April In Paris » / Brett Smiley / Breathlessly Brett / 1974 / USA, New York, New York City / RPM Records

Entendu dans Voix de Garage@Radio Mutation #6

Je vous ai dit une autre fois que le glam, le vrai, le bon, était forcément anglais. Et évidemment, il y a une exception, car Brett Smiley est américain. Bon, il a fait carrière en Angleterre, et c’est normal : on fait difficilement plus glam ! Maniérée, dansante, mélodique et très sexuelle, la musique de Brett est parmi ce qui se faisait de mieux dans le genre, plutôt dans les ruelles sordides et glauques à la sortie des bars gay que dans les studios de la BBC, mais néanmoins toujours plein de paillettes. Moins gang bang mais plus sensuel qu’un « Rebel Rules », par exemple, ce sautillant « April In Paris » vous fera peut-être oublier le temps de merde qu’on a eu à la capitale le mois dernier !

« Gary Glitter » / The Methadones / single / US, Chicago, Illinois / It’s Alive Records

Entendu dans Voix de Garage #56

Un peu trop punk californien pour être une tuerie absolue, ce titre des Methadones, groupe de l’ancien leader des très anecdotiques Screeching Weasels, a le mérite de parfaitement résumer la carrière et la situation dans laquelle se retrouve Gary Glitter, le roi de la paillette. Avec humour punk obligatoire. J’aurais pu vous conseiller le morceau de The Briefs, nettement meilleur, intitulé « Looking Through Gary Glitter’s Eyes » et diffusé dans Voix de Garage@Radio Mutation #6, mais je ne sais pas trop ce qu’on peut voir à travers les yeux de Gary Glitter. Certainement pas des paillettes…

 

« Camille Claudel » / Besoin Dead / Pair, Tu N’es Pas Impair / 2015 / France, Neuilly-Plaisance / Et Mon Cul C’est Du Tofu?

Entendu dans Voix de Garage@Radio Mutation #6

Garage et punk à sa manière, ce morceau noisy et dérangé sur l’internement de Camille Claudel est à mes yeux, en plus d’être plus audible et mélodique qu’on le croirait, une véritable réussite; comme tout l’album de Besoin Dead. Comme quoi, on peut diriger un label et être un artiste. Chapeau bas !

Manu :

« Crazy Macy » / The Flamin’ Groovies / single / 2016 / USA, California, San Francisco / Burger Records

Entendu dans Voix de Garage@Radio Mutation #6

Y a des choses qui rassurent. Prenez ce nouveau single des Flamin’ Groovies. Tout juste diffusé sur internet pour le moment, il annonce, excusez du peu, leur premier single depuis 30 ans et il nous faut aussi noter qu’ils ont visiblement signé sur Burger Records, un des labels les plus dynamiques du moment et certainement le plus hype ! La boucle est donc bouclée, belle prise pour le label que ces Flamin’ Groovies qui fêtent leurs 50 ans d’activité ! Que dire de ce single ? Qu’il raconte l’histoire d’une célèbre braqueuse de banques des années 30, qu’à lui seul le solo de Cyril Jordan sur sa Dan Armstrong transparente annonce 50 nouvelles années de rock’n roll pour le groupe, que les vocals sont bien foutus, avec Chris Wilson répondant salement au lead vocal. Et puis aussi, qu’ils sont adorables et que votre serviteur vous a rapporté une interview suite à leur concert au Petit Bain à Paris… Interview à paraître tout bientôt en exclu sur Exitmusik !!!

« Livin To Crash » / The Richmond Sluts / To be released / 2016 / USA, California, San Francisco & Los Angeles / To be released

Entendu dans Voix de Garage@Radio Mutation #6

Allez un petit teaser pour le nouveau LP des putes de Richmond, à paraître incessamment sous peu ! Une exclu de Choix/Voix de Garage donc. Il leur aura fallu 15 ans après l’album éponyme, le premier, le Graal, partie intégrante de mon Panthéon personnel des 5 meilleurs albums de tous les temps (et qui ressort en vinyle ces jours-ci). Il leur aura fallu 13 ans après le faux-vrai deuxième album sorti sous un nom de groupe alternatif (Big Midnight). Voici donc le nouveau Richmond Sluts au titre non encore révélé. L’extrait passé à Voix de Garage, et cité ici sur Choix de Garage, s’appelle « Livin To Crash » et c’est le morceau qui cogne le plus. Le reste de l’album est plus dans les mid-tempo un peu stoniens, on sent que les garçons se sont assagis. Enfin, j’dis ça, mais attendons de les revoir lors de leur tournée à venir car avec les Sluts, il y a toujours un parfum de soufre, de scandale, de baston… Je les aime et je savais qu’ils ne referaient pas le premier album et c’est tant mieux car comment ré-écrire les 10 Commandements ?

Marlon :

« Roll The Balls » / Giuda / Speaks Evil / 2015 / Italia, Roma / Burning Heart Records

Entendu dans Voix de Garage #56

Réunissez votre gang. Composez un hymne glamo-hardo-prolo en trois notes avec un refrain sing along parfait. Mettez un marcel en laine et des platform boots. Branchez votre Gibson sur un ampli Davoni. Montez avec vos instruments sur le toit d’un HLM de la banlieue de Rome par temps dégagé. Jouez le tout en tapant du pied :

ROLL THE BALLS. ROLL, THE BALLS ROLL. ROLL THE BALLS, THE BALLS ROLL.


We Don’t Care Now / Gumbo / single / 1974 / UK / Fontana

Entendu dans Voix de Garage #56

Le concert de Giuda aidant, ce mois aura été placé sous le signe du glam rock tendance barbe de trois jours sous le maquillage : le junkshop glam. Citons par exemple ce « We Don’t Care Now » de Gumbo (ce nom tellement improbable…), qui arrive en 1974, au moment où le glam se meurt, le hard rock s’installe et le punk gestationne. C’est bien méchant, ça pue Margaret Thatcher et les mines qui ferment. On n’a pas d’argent, on n’a pas de chaussures mais we don’t care now.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *