Tops albums de la décennie

Publié par le 13 décembre 2019 dans Notre sélection, Rubriques à brac, Tops Albums | 0 commentaire

La grand-messe habituelle va pouvoir débuter. Et cette année, double ration pour tout le monde, avec un top décennie. Ce top of the tops a une valeur particulière à nos yeux puisque le site a vu le jour fin 2012. Ainsi, les disques sélectionnés ici reflètent assez fidèlement notre ligne éditoriale et sont également un bon moyen de se remémorer le chemin parcouru. Une chose est sûre, chacun d’entre nous a bouffé des heures et des heures de musique lors de cette décennie qui touche à sa fin, riche en révélations, en confirmations ou même en déceptions et à l’heure du grand tri, les choix se sont révélés plus difficiles que jamais à faire…

Voici les vingt albums qui ont recueilli le plus de suffrages suivi des tops détaillés de huit rédacteurs (commentaires à l’appui, parfois) et tout en bas, après 4h de scroll, une playlist de 150 morceaux !

17/ King Gizzard & The Lizard Wizard – Polygondwanaland (2017) (chronique)

17/ The War on Drugs – Lost In The Dream (2014)

17/ The X-Ray Harpoons – Get Attuned To My Tyme (2014)

17/ Mark Kozelek – Live At Phoenix Public House Melbourne (2013)

16/ Faith No More – Sol Invictus (2015) (chronique)

15/ David Bowie – Blackstar (2016) (chronique)

14/ Deftones – Koi No Yokan (2012) (chronique)

12/ King Gizzard & The Lizard Wizard – I’m In Your Mind Fuzz (2014)

12/ Gallon Drunk – The Soul Of The Hour (2014)(chronique)

11/ Ty Segall – Manipulator (2014) (chronique)

10/ PJ Harvey – Let England Shake (2011)

9/ The Breeders – All Nerve (2018) (chronique)

8/ Tool – Fear Inoculum (2019) (chronique)

7/ Slowdive – Slowdive (2017) (chronique)

6/ Shannon Wright – Division (2017) (chronique)

5/ Dinosaur Jr. – I Bet On Sky (2012) (chronique)

4/ Mark Lanegan Band – Blues Funeral (2012) (chronique)

3/ Radiohead – A Moon Shaped Pool (2016) (chronique)

2/ Ventura – Ultima Necat (2013) (chronique)

1/ Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away (2013)

Blackcondorguy

10/ Sebadoh – Defend Yourself
Trop bien

9/ J Mascis – Tied To A Star
Trop bien

8/ Lou Barlow – Apocalypse Fetish
Trop bien

7/ Sebadoh – Secret EP
Trop Bien

6/ Lou Barlow – Brace The Waves
Trop bien

5/ J Mascis – Elastic Days
Trop trop bien

4/ Sebadoh – Act Surprised
Trop trop bien

3/ J Mascis – Several Shades Of Why
Trop trop bien

1/ Dinosaur Jr – I Bet On Sky/Give A Glimpse Of What Yer Not
TROP trop bien

Non, je déconne…

20/ That Dog. – Old LP (2019)
Encore trop tôt pour le dire, mais il se pourrait que ce disque me suive un bout de temps.

19/ Two Gallants – The Bloom And The Blight (2012)
Peut-être le meilleur album de Two Gallants, en tout cas celui qui marque le mieux leur équilibre entre folk-blues et musique électrique.

18/ Bitpart – Beyond What’s Left (2016)
Un super album qui montre un groupe parti du punk hardcore vers du bon indie rock.

17/ Wondeflu – No End In Sight (2013) (chronique)
Le meilleur des états-unis dans les années 90 joué par des parisiens des années 2010. Ce n’est qu’un EP, mais quel EP !

16/ The Vaselines – Sex With An X (2010)
Le retour inattendu des Vaselines en grande forme.

15/ Mark Lanegan – Blues Funeral (2012) (chronique)
Le plus beau disque du grand Mark depuis Bubblegum, bien qu’il marque la fin du Mark Lanegan rock et l’avènement de ses disques électro-80s.

14/ Edam Edam – <3 (2016) (chronique)
Le disque définitif d’Edam Edam. J’adore Edam Edam.

13/ Besoin Dead – Pair, Tu N’es Pas Impair (2015) (chronique)
Un disque unique à la lisière entre Flipper, les Melvins, et Carlos (moins Carlos, quand même).

12/ Maryam Saleh – Mesh Baghanny (2012)
Superbe disque à la croisée du rock, du jazz et de la musique orientale.

11/ Ichiko Aoba – Mahoboroshiya (2016)
Un album envoûtant aux fausses allures de berceuses à la guitare acoustique. Sublime.

10/ Mudhoney – Digital Garbage (2018) (chronique)
Mudhoney au top après 30 ans de carrière. Respect éternel.

9/ Colleen Green – I Want To Grow Up (2015)
Une de ces artistes à avoir su capter l’essence musicale des années 80-90 pour en offrir une version accessible et moderne, avec des compositions solides. Et une des rares artistes à pouvoir mettre des années 80 dans sa musique sans me faire fuir. Je suis passé à côté à sa sortie, mais j’écoute ce disque en boucle depuis.

8/ Grant Hart – The Argument (2013) (chronique dans bac d’occaz)
Un disque à côté duquel j’étais passé et que j’ai découvert grâce au bac d’occaz. Et ça tombe bien, car c’est l’un des albums les plus touchants de la décennie.

7/ Cloud Nothings – Here And Nowhere Else (2014) (chronique)
À mon sens le meilleur album de Cloud Nothings, car le plus équilibré entre mélodies pop et punk rock bruitiste.

6/ The Love-Inns – Split Lip (2017) (chronique)
Un disque qui vous fera vous sentir éternellement adolescent.

5/ King Tuff – King Tuff (2012)
Un putain d’album de pop-rock qui rappelle le meilleur des années 70 bardé de tubes en puissance et de mélodies irrésistibles ; et varié, avec ça !

4/ Klub des Loosers – La Fin de l’Espèce (2012)
Le Klub des Loosers a réussi sa crise de la trentaine et son album de la maturité, musicalement plus solide, avec des paroles toujours aussi percutantes, mais loin de la complainte post-adolescente de Vive La Vie. Attention, ce disque pourrait provoquer le cafard, voire le cancer.

3/ Veruca Salt – Ghost Notes (2015)
Définition même d’un grower : ce disque était 6e de mon top 2015, il est dans mon top 3 de la décennie. Pas un revirement, non, simplement une addiction grandissante avec les écoutes. Assurément le meilleur disque de Veruca Salt, un des meilleurs disques de rock 90s de la décennie grâce à des compositions parfaitement ciselées. Dans 5 ans, il sera peut-être dans mes 5 albums préférés de tous les temps.

2/ The Breeders – All Nerve (2018)
C’est dans les vieux fourneaux qu’on fait les meilleurs gâteaux, parait-il. C’est dans le fourneau de Kim Deal qu’on fait l’un des plus beaux disques de la décennie, en tout cas.

1/ Dinosaur Jr – I Bet On Sky/Give A Glimpse Of What Yer Not (2012/2016) (chronique 1 et 2)
Incapable de départager ces deux disques : l’un commence extrêmement fort mais retombe un peu, l’autre commence de façon très conventionnelle mais a des compositions excellentes tout le long. Je les adore tous les deux, et je les ai réécoutés un bon millier de fois. Oui, je suis atteint à ce point.

Alain Dutertre

20/ Beck – Morning Phase (2014) (chronique)

19/ Iggy Pop – Free (2019) (chronique)

18/ Slowdive – Slowdive (2017) (chronique)

17/ Jessica93 – Guilty Species (2017) (chronique)

16/ The Breeders – All Nerve (2018) (chronique)

15/ J Mascis – Electric Days (2018) (chronique)

14/ Courtney Barnett – Tell Me How You Really Feel (2018) (chronique)

13/ Arctic Monkeys – Suck It And See (2011)

12/ Radiohead – A Moon Shaped Pool (2016) (chronique)

11/ Ty Segall – Sleeper (2013) (chronique)

10/ Seasick Steve – You Can’t Teach An Old Dog New Tricks (2011)

9/ Eels – End Times (2010)

8/ King Khan & the Shrines – Idle No More (2013)

7/ The Jim Jones Revue – Burning Your House Down (2010)

6/ J.C. Satàn – J.C. Satàn (2015) (chronique)

5/ Johnny Cash – American VI: Ain’t No Grave (2010)

4/ Ty Segall – Goodbye Bread (2011)

3/ King Gizzard & The Lizard Wizard – I’m In Your mind Fuzz (2014)

2/ Thee Oh Sees – Floatin Coffin (2013)

1/ Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away (2013)

Yann Giraud

20/ Emma Ruth Rundle – Marked For Death (2016) (chronique)

19/ Deafheaven – Sunbather (2013)

18/ Superchunk – Majesty Shredding (2010)

17/ Cymbals Eat Guitars – Lose (2014)

16/ Kurt Vile – Wakin On A Pretty Daze (2013) (chronique)

15/ Alcest – Shelter (2014)

14/ Nick Cave & The Bad Seeds – Ghosteen (2019) (chronique)

13/ Shearwater – The Golden Archipelago (2010)

12/ The Pains Of Being Pure At Heart – Belong (2011)

11/ David Bowie – Blackstar (2016) (chronique)

10/ Radiohead – A Moon Shaped Pool (2016) (chronique)

9/ Kendrick Lamar – To Pimp A Butterfly (2015)

8/ Big Thief – U.F.O.F. (2019) (chronique)

7/ PJ Harvey – Let England Shake

6/ Nick Cave & The Bad Seeds – Push the Sky Away (2013)

5/ Kendrick Lamar – DAMN. (2017)

4/ Deafheaven – New Bermuda (2015)

3/ Deerhunter – Halcyon Digest (2010)

2/ Converge – All We Love We Leave Behind (2012)

1/ The War On Drugs – Lost In The Dream (2014)

Jonathan Lopez

J’ai choisi de ne mettre qu’un album par groupe, par respect pour les autres artistes qui font de leur mieux pour rivaliser avec Ventura.

20/ PJ Harvey – Let England Shake (2011)
Il eut été cruel que la reine ne figure pas dans ce top. Un album audacieux, déroutant et finalement une de ses œuvres majeures.

19/ Jessica93 – Who Cares (2013) (chronique)
Une des révélations de la décennie. Personnage attachant, artiste sans compromis. Un jour, on a découvert « Away » et depuis on ne le lâche plus.

17/ Slowdive – Slowdive (2017) (chronique)
Boudé par les critiques du temps de sa splendeur, Slowdive a rappelé à tout le monde en 2017 pourquoi il était un groupe merveilleux en signant le come-back shoegaze le plus réussi.

16/ Ty Segall – Manipulator (2014) (chronique)
Un des artistes emblématiques de cette décennie qu’il aura marquée à grands renforts de fuzz, d’énergie débordante et de mélodies entêtantes. Probablement son disque le plus abouti.

15/ Protomartyr – The Agent Intellect (2015) (chronique)
Les années 2010 auront aussi été celles du revival post-punk. Et à ce petit jeu-là, il y a Protomartyr et les autres.

14/ Dinosaur Jr. – I Bet On Sky (2012) (chronique)
Il est de bon ton de dire que « les reformations c’est pourri, que pour le fric ». Bizarrement, quand on évoque Dino le sujet est rapidement évacué.

13/ Disappears – Pre Language (2012)
Post-punk, oui. Mais avec une bonne louche de psyché, de noise et Steve Shelley aux fûts. Terriblement sombre et addictif en diable.

12/ The Breeders – All Nerve (2018)(chronique)
Pendant que les Pixies galéraient à lui trouver une remplaçante digne de ce nom puis à sortir des disques corrects, Kim les enterraient tranquille avec cet album qui rivalise avec ses classiques. Il parait que Black et Santiago ne l’ont pas écouté. Ils auraient dû.

11/ Faith No More – Sol Invictus (2015) (chronique)
Et la lumière fût. Retour totalement inespéré, il sonne peut-être comme du Faith No More « classique ». OK, mais du Faith No More « classique », ça explose (presque) tout.

10/ Kate Tempest – The Book Of Traps And Lessons (2019) (chronique)
Un disque incroyable, aussi sobre musicalement que tonitruant au niveau des textes. LA révélation de l’année pour ma part et l’une des artistes à suivre de très près lors de la prochaine décennie.

9/ Deftones – Koi No Yokan (2012) (chronique)
Je noie la déception Gore sous des heures d’écoute de ce Koi No Yokan aussi dévastateur que beau à en chialer. Et ça fonctionne superbement.

8/ Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away (2013)
Il est des albums qu’on écoute beaucoup l’année de sa sortie et qu’on délaisse peu à peu ensuite. Celui-ci était déjà grand en 2013, aujourd’hui il est immense.

7/ The Young Gods – Data Mirage Tangram (2019) (chronique)
Sortir un album pareil après une longue pause et plus de 30 ans de carrière est hallucinant. Même pour des dieux. Je ne vous fais pas un dessin pour mon album de l’année.

6/ Radiohead – A Moon Shaped Pool (2016)(chronique)
Sortir un album pareil après une petite déception (The King Of Limbs) et plus de 25 ans de carrière est hallucinant. Même pour l’un des groupes majeurs de l’Histoire du rock.

5/ Gallon Drunk – The Soul Of The Hour (2014) (chronique)
Le meilleur album des Stooges depuis Raw Power.

4/ Shannon Wright – Division (2017) (chronique)
Un album qui tranchait radicalement avec le précédent, In Film Sound, noisy à souhait. Shannon est unique et ce Division bouleversant est un de ses plus beaux faits d’armes.

3/ Mark Lanegan Band – Blues Funeral (2012) (chronique)
La plus belle voix de la décennie, et de la précédente. Un album merveilleux dont les mélodies vénéneuses sont déjà gravées à tout jamais.

2/ Sun Kil Moon – Benji (2014) (chronique)
Un chef-d’oeuvre (de plus) signé Mark Kozelek. Il fait partie de la famille et à chaque retrouvailles, on pleure.

1/ Ventura – Ultima Necat (2013) (chronique)
Le meilleur groupe du monde que personne ne connait… ou le meilleur groupe tout court ? Album ultra percutant, obsédant, au son dantesque. En un mot, inoubliable.

Au pied du top : Warpaint – Warpaint, Swans – To Be Kind, The Chemical Brothers – Further, J.C. Satàn – J.C. Satàn, David Bowie – Blackstar, Liars – WIXIW, Frustration – Uncivilized, Casey – Libérez La Bête, Queens Of The Stone Age – …Like Clockwork, Arce Fire – The Suburbs, Low -The Invisible Way…

Manu

20/ Compilation – Back From The Grave Volume 9 (2015)

19/ Compilation – New Orleans Funk 1960/75 (2016)

18/ Walter Lure And The Waldos – Wacka Lacka Boom Bop a Loom Bam Boom (2018)

17/ The Schizophonics – Land Of The Living (2017)

16/ The Black Keys – El Camino (2011)

15/ The Crazy Squeeze – Savior Of The Streets (2017)

14/ Ty Segall – Manipulator (2014)

13/ The Satelliters – Zahstethomalex (2017)

12/ The Go – Fiesta (2013)

11/ The Ar-Kaics – In This Time (2018)

10/ Shea Roberts – Good Times Don’t Last Forever (2019)

9/ Poison Boys – Out Of My Head (2019) (chronique)

8/ King Gizzard & The Lizard Wizard – I’m In Your Mind Fuzz (2014)

7/ King Gizzard & The Lizard Wizard – Flying Microtonal Banana (2017) (chronique)

6/ The Norvins – Live! (2018)

5/ The Cavemen – Born To Hate (2016)

4/ The Mystery Lights – Too Much Tension! (2019) (chronique)

3/ The Mystery Lights – The Mystery Lights (2016) (chronique)

2/ The Morlocks – Bring On The Mesmeric Condition (2018)

1/ The X-Ray Harpoons – Get Attuned To My Tyme

Julien Robin

20/ Cult of Luna & Julie Christmas – Mariner (2016)

19/ The Doppelgangaz – Hark (2013)

18/ Shannon Wright – In Film Sound (2013)

17/ Vista Chino – Peace (2013) (chronique)

16/ Gonjasufi – A Sufi And A Killer (2010)

15/ Body Count – Bloodlust (2017) (chronique)

14/ Loyle Carner – Yesterday’s Gone (2017)

13/ Nothing – Tired Of Tomorrow (2016) (chronique)

12/  ††† (Crosses) (2014) (chronique)

11/ Cypress Hill – Elephants On Acid (2018) (chronique)

10/ Dinosaur Jr. – I Bet On Sky (2012) (chronique)

9/ Faith No More – Sol Invictus (2015) (chronique)

8/ Alice In Chains – Rainier Fog (2018) (chronique)

7/ Mark Lanegan Band – Blues Funeral (2012) (chronique)

6/ Quicksand – Interiors (2017) (chronique)

5/ Failure – The Heart Is A Monster (2015)

4/ Radiohead – A Moon Shaped Pool (2016) (chronique)

3/ Tool – Fear Inoculum (2019) (chronique)

2/ Deftones – Koi No Yokan (2012) (chronique)

1/ Ventura –  Ultima Necat (2013) (chronique)

Sonicdragao

Compliqué de fermer la porte à quelques vieilles gloires en mode come-back (Pixies, Sebadoh, Dinosaur Jr…) ou quelques grands noms (Radiohead, QOTSA, BRMC, Bowie…) mais place aux jeunes, aux fidèles amis, hommage aux disparus, et à quelques albums plus obscurs qui m’ont bien secoué ! Discussions de comptoirs enflammées au bar des puristes à prévoir !

20/ Rien – 3/2/1 (2010-2013-2014)
Le tryptique final d’un groupe essentiel et (très) très regretté. RIP. RIEN à jeter.

19/ Calexico – Edge Of The Sun (2015)
A chaque décennie depuis les nineties, son petit Calexico. Voici mon petit préféré.

18/ Anna Calvi – Anna Calvi (2011)
Histoire de faire un peu de compagnie à PJ Harvey. Come on girls!

17/ La Canaille – La Nausée (2014) (chronique)
Marc Nammour réussit un crossover inédit entre énergie de l’instru rock et qualité d’écriture hip hop de haute volée. Magistral !

16/ Alabama Shakes – Sound And Color (2015) (chronique)
Energie rock, classicisme blues, subtilité soul, Brittany Howard s’installe, tranquille, comme une des grandes voix à suivre.

15/ Peter Kernel – Thrill Addict (2015) (chronique)
Dans cette décennie, Kim et Thurston se sont séparés. Bim, réincarnation spontanée de la jeunesse sonique dans ce talentueux duo helvético-canadien.

14/ Rival Sons – Feral Roots (2019)
C’est dans les vieux pots… Classic rock efficace. Usine à riffs. Jay Buchanan, une des voix rock de la décennie.

13/ Last Train – The Big Picture (2019) (chronique)
A l’heure du consommer local, soutien chauvin sans réserve à l’indie rock alsacien. La qualité certifiée. 100% Indépendant et talentueux.

12/ Lysistrata – The Thread (2017) (chronique)
Ces gars-là sont tombés dans la potion magique. Avec une énergie folle, ils déglinguent le rock déviant des nineties à nos jours. Post-everything!

11/ Mars Red Sky – Mars Red Sky (2011)
Dans le bordelais, y’a pas que le vin qui s’exporte bien à l’international. La B.O. pour mon futur voyage sur Mars.

10/ Casey – Liberez La Bête (2010)
Flow chirurgical. Textes haut de gamme. Féroce indépendance. Rap hardcore de compétition.

9/ The Besnard Lakes Are The Roaring Night (2010)
Kanada meets Britain Shoegaze. Dreamy.

8/ The Black Angels – Death Song (2017) (chronique)
Diaboliquement psyché.

7/ Sharon Jones – Give The People What They Want (2014)
Une des plus belles voix soul des années 2000. Album à l’énergie communicative d’une artiste finalement tragiquement terrassée par le cancer. RIP, Soul sister.

6/ Tool – Fear Inoculum (2019) (chronique)
Groupe culte. Tool fait pas de la musique. Tool fait du Tool. Essaye pas, petit, t’y arriveras pas. Ces gars-là, c’est autre chose.

5/ Michel Cloup Duo – Içi Et Là-Bas (2016)
Dans les années 90, Diabologum. Dans les années 2000, Expérience. Pour cette décennie, Michel Cloup choisit de se bonifier en duo et signe un des plus beaux manifestes rock sur l’identité. Intime. Et essentiel.

4/ PJ Harvey – Let England Shake (2011)
L’anglaise se réinvente. C’est beau. La concurrence peut retourner à ses chères études.

3/ Jack White – Blunderbuss (2012)
Un des plus grands songwriters et recycleurs du rock depuis les nineties. Le Midas du rock US.

2/ Ty Segall – Manipulator (2014) (chronique)
Le trublion stakhanoviste du garage US. Bordélique, talentueux, et parfois culte comme sur ce Manipulator complètement dingue.

1/ King Gizzard and the Lizard Wizard – Polygondwanaland (2017) (chronique)
Séisme psyché de forte ampleur du côté de l’Australie. 5 albums en 1 an. Fallait oser. Y’avait aussi le Flying Microtonal Banana ouf de chez ouf pas très loin. Insane!

Julien Savès

20/ Leonard Cohen – You Want It Darker (2016)
Un dernier (plus vraiment en fait) album et puis s’en va, mais avec classe et nonchalance, comme d’habitude.

19/ Timber Timbre – Creep On Creepin’ On (2011) 
Les canadiens sont en état de grâce, ce disque est d’une classe folle !

18/ Danger Mouse & Sparklehorse – Dark Night Of The Soul (2010) (chronique)
Casting 5 étoiles, le dernier album en collaboration d’un génie parti trop tôt (encore un), avec des chansons-bijoux tout du long.

17/ Viet Cong – Viet Cong (2015) (chronique)
Les transfuges de Women pondent un premier disque à la fois âpre et délicat. La suite sera malheureusement en deçà (et en plus ils ont dû changer de nom, la tuile…)

16/ Hebronix – Unreal (2013)
Daniel Blumberg est touche-à-tout, il ne se satisfait jamais de ses lauriers et prend de multiples risques avec tous ses groupes et alias (Cajun Dance Party, Yuck, Minus, Hebronix, etc.). Unreal produit par Hagerty était une petite claque, Minus le sera aussi, comme l’on dit par chez nous, vivement la suite !

15/ The New Year – Snow (2017)
Les frères Kadane continuent leur creuset de belles circonvolutions musicales, il serait temps de célébrer leur talent, non ?

14/ Scout Niblett – It’s Up To Emma (2013)
La petite anglaise de Nottingham trace sa route et enchaîne les grands albums, sans forcément renier ceux d’avant, ce qui est parfois le cas chez ses camarades (et qui a empêché certaines de rentrer dans ce magnifique top, dommage… je les aime quand même).

13/ Tim Hecker – Ravedeath, 1972 (2011)
L’ambient de Tim Hecker n’a jamais paru aussi somptueux, la faute à un Ben Frost caché en embuscade !

12/ Scott Walker & Sunn O))) – Soused (2014)
L’obscur anglais à casquette rencontre les drone gods à capuche et le tout fait des étincelles !

11/ Jóhann Jóhannsson – Orphée (2016)
Le regretté compositeur islandais en pleine possession de ses moyens, une formidable introduction à son univers/imaginaire.

10/ Swans – To Be Kind (2014)
Le Grand Ancien majestueux s’est de nouveau réveillé à l’orée de la décennie et a prouvé depuis maintes fois, à qui ne savait pas déjà, qu’ils demeurent les maîtres de la noirceur, toutes catégories confondues.

9/ Nothing – Guilty of Everything (2014)
Un “essai” magnifique, d’une sincérité désarmante, le seul reproche, c’est peut-être que l’on attend toujours la “transformation” (même si les albums suivants restent de bonne facture, je l’accorde sans problème).

8/ Low – C’mon (2011)
Toujours en pleine mutation, le groupe de Duluth atteint ici un firmament étoilé, l’accomplissement musical d’années d’existence qui sera le tremplin pour un nouvel envol vers des terres plus expérimentales.

7/ Josh T. Pearson – Last Of The Country Gentlemen (2011)
L’homme clé derrière l’ouragan texan/noisy/pop/cadeau tombé du ciel Lift To Experience officialise enfin sa mue en folk singer habité et vous fait chialer toutes les larmes de votre corps, d’endroits dont vous n’aviez même pas idée.

6/ David Bowie – Blackstar (2016) (chronique)
Le testament musical d’un géant.

5/ Jim O’Rourke – Simple Songs (2016)
Le génie américain exilé en Asie démontre qu’il sait tout faire, et même plus.

4/ Boards of Canada – Tomorrow’s Harvest (2013)
Le Léviathan écossais se réveille enfin et nous enchante de nouveau, à quand la nouvelle livraison ?

3/ Ventura – Ultima Necat (2013) (chronique)
La perle épique/tragique d’un groupe suisse encore trop méconnu…

2/ Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away (2013)
Nick et sa bande ont pondu un chef-d’œuvre intemporel, comme souvent me direz-vous.

1/ Slowdive – Slowdive (2017) (chronique)
Parce que c’est le groupe le plus sous-estimé du monde et que leur reformation advint avec un nouvel album des plus réussis.

Ont échoué au pied du top : Aphex Twin, Grandaddy, Iggy Pop, My Bloody Valentine, PJ Harvey, Sebadoh et Spiritualized


Emilie Trindade

20/ Queens Of The Stone Age – …Like Clockwork (2013) (chronique)

19/ Disappears – Pre Language (2012)

18/ Viet Cong – Viet Cong (2015) (chronique)

17/ Sleepy Sun – Maui Tears (2013) (chronique)

16/ Zenzile – Berlin (2014) (chronique)

15/ Slowdive – Slowdive (2017) (chronique)

14/ Protomartyr – The Agent Intellect (2015) (chronique)

13/ Mark Lanegan & Duke Garwood – Black Pudding (2013) (chronique)

12/ Emma Ruth Rundle – Marked For Death (2016) (chronique)

11/ Spoiwo – Salute Solitude (2015)

10/ Radiohead – A Moon Shaped Pool (2016) (chronique)

9/ The National – Trouble Will Find Me (2013)

8/ Nick Cave And The Bad Seeds – Push The Sky Away (2013)

7/ Low – The Invisible Way (2013)

6/ Gallon Drunk – The Soul Of The Hour (2014) (chronique)

5/ Ventura – Ultima Necat (2013) (chronique)

4/ Shannon Wright – Division (2017) (chronique)

3/ Caspian – Dust and Disquiet (2015) (chronique)

2/ Mark Lanegan – Blues Funeral (2012) (chronique)

1/ Mark Kozelek – Live at Phoenix Public House Melbourne (2013)

Voilà, on espère que vous êtes tout à fait d’accord avec nous, sinon c’est que vous avez de mauvais goûts.

Consolez-vous avec 150 morceaux ! (Spotify, Deezer, Youtube, Soundcloud, au choix)

Tous nos tops albums depuis 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :