The Chemical Brothers – No Geography

Publié par le 15 mai 2019 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Virgin EMI, 12 avril 2019)

Il y a quelques années de cela, je m’étais retrouvé dans l’embarras à devoir dire du mal du dernier album des Chemical Brothers, un groupe que j’adore et qui me suis depuis de nombreuses années. Mais il faut bien le dire, mon avis n’a pas bougé d’un iota, il n’était pas fameux ce Born In The Echoes. Et c’était d’autant plus frustrant qu’il faisait suite à l’énorme Further qui, avec le recul, se situe parmi les meilleurs disques du duo britannique.

Le doute était donc permis à propos de No Geography, mais les premiers singles étaient de nature à rassurer… voire à s’enflammer à l’écoute de la colossale “Mah” qui tabasse comme il faut, avec les samples qui vont bien (et qui font peur !). Dans la plus pure tradition des frères chimiques. Tout n’est pas de cet acabit mais les moins agressifs “Got To Keep On” et “Free Yourself” font assurément le boulot et susciteront bien des déhanchements avec toujours cette science des montées parfaitement maîtrisée.

Comme à l’accoutumée, No Geography a été conçu comme un DJ set et, cela ne surprendra personne, il est très orienté dancefloor. Le morceau-titre et ses (big) beats fracassants, synthés épiques et sample vocal bien marquant (“I take you home“) fleure bon la fin de soirée arrosée, les yeux dans le vague et l’envie de prolonger jusqu’au petit matin (sentiment similaire sur “Catch Me I’m Falling” qui clôt habilement l’album). “The Universe Sent Me” commence assez sagement porté par la douce voix de la norvégienne Aurora avant que les BPM ne s’affolent. Les changements de rythmes sont incessants et le tout s’achève dans un bon gros délire psychédélique. N’est pas “The Private Psychedelic Reel” qui veut, mais ce morceau fera sans nul doute son petit effet en live et s’impose comme une pièce maîtresse du disque.

En dépit de quelques titres plus anecdotiques (“Bango” très Fatboy Slim, “Gravity Drops” guère exaltante) et certaines voix qui ternissent des morceaux de bonne facture (“We’ve Got To Try” agace rapidement), No Geography nous propose là un parfait condensé du savoir-faire des deux DJ. L’année 2019 restera tristement marquée par la disparition de Keith Flint de Prodigy, mais on retiendra également que d’autres éminents représentants du big beat nous ont prouvé qu’ils avaient encore de beaux restes.

Jonathan Lopez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :