That Dog. – Old LP

Publié par le 17 décembre 2019 dans Chroniques, Notre sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(That Dog P&D, 4 octobre 2019)

Dans la famille power pop californienne qui a brillé dans les années 90, je voudrais la petite sœur. Elle est toujours propre sur elle et mignonne, avec ce petit côté mélancolique d’éternelle étudiante. Elle a dû faire des études d’art ou de littérature, et ça se ressent : sa musique est subtile, elle traine toujours avec deux des triplettes Haden, filles de jazzman (même si Petra lui a fait faux bond sur cet album), et elle a même eu l’idée de faire du punk poppy avec du violon.

C’est le genre de fille dont tout le monde tombe un peu amoureux ; d’apparence fragile, qui s’étale régulièrement sur son cœur brisé mais qui a aussi de l’humour et du caractère. Fine et forte, comme de la bonne moutarde de Dijon. Il y avait franchement tout pour craquer sur ses précédents albums, de la petite ritournelle d’amour déçu à la pique hargneuse contre les briseurs de cœurs, en passant par l’incertitude, la féminité et la provocation.

Et ce qui fait plaisir, c’est qu’on retrouve tout ça sur ce nouvel album, avec toujours les deux gros points forts du groupe : les harmonies vocales sublimes et les mélodies imparables. Résultat, même quand le groupe s’énerve (« If You Just Didn’t Do It », « Down Without A Fight »), ça reste toujours avec un savoir-faire pop indéniable. Certes, les moments calmes sont plus nombreux que les montées de colère, mais c’était déjà le cas avant. Et surtout, les deux points forts sus-cités font que même quand elle joue les tire-larmes à grand renforts de piano, de violoncelle, de guitare acoustique voire de tout un orchestre (« Your Machine », « Alone Again » ou « Old LP »), l’émotion subtile ou intense est toujours sincère.

Pour ne rien gâcher, l’album est servi par une production qui lui sied parfaitement, à la fois propre et simple (si on accepte que le violon est une composante de la musique de That Dog.) qui fleure bon les années 90 sans être viellote. « Je ne me suis pas sentie comme ça depuis 1995 » chante Anna sur l’excellente « Just The Way ». Il se pourrait bien que nous non plus.

En définitive, il y a de quoi être heureux d’avoir fait bonne pioche avec ce nouvel album de That Dog. ; le disque n’a rien à envier aux autres du groupe, et sa justesse mélodique le rend de plus en plus addictif au fil des écoutes. De là à dire qu’il pourrait bien s’agir de leur meilleur, il n’y a qu’un pas que mes prochains rendez-vous avec lui pourraient bien m’aider à franchir…

Blackcondorguy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :