Le “This Is Not A Love Song” marque une pause

Le “This Is Not A Love Song” marque une pause

C’est un festival que nous apprécions énormément, auquel nous nous sommes rendus entre 2015 et 2017 et dont nous saluons chaque année sa programmation pointue de grande qualité. C’est donc avec une pointe de tristesse que nous avons appris que le This Is Not A Love Song a décidé de faire l’impasse sur l’édition 2020 pour mieux revenir l’année suivante avec de nouvelles ambitions, comme les organisateurs l’ont expliqué dans un communiqué “les éditions qui se succèdent machinalement, n’ont jamais fait partie de nos promesses, ni de nos envies. Une vraie liberté ne se proclame pas, elle s’exerce. Nous pensons aujourd’hui qu’il est temps, temps de réécrire un nouvel album, temps de trouver de nouvelles inspirations, de se dessiner une nouvelle aventure. Parce qu’il faut continuer de savoir rêver, innover et se réinventer, TINALS en 2020 se met au vert et se pose, le temps d’une saison, pour se projeter dans le futur, imaginer à quoi pourrait ressembler notre/votre festival de demain.” Une remise en question jugée nécessaire pour faire face à plusieurs problématiques actuelles “peut-on porter un événement de type festivalier dans un contexte d’urgence écologique ? Après 7 ans d’existence, sommes-nous toujours libres et indépendants dans nos choix artistiques ? Quelles nouvelles expériences collectives proposer à des citoyens éclairés et responsables ? Comment interagir avec les nouvelles pratiques culturelles ? Face à l’augmentation constante des coûts artistiques, des frais de sécurité, quelles solutions économiques pour continuer à porter un festival singulier ?”. Quoiqu’il en soit, les responsables de la salle Paloma et de Come On People qui organisent l’évènement se tournent déjà vers l’avenir : “prendre la liberté de ne pas faire le festival sous sa forme originelle en 2020, mais proposer des rendez-vous musicaux décalés, des performances artistiques, des ateliers de réflexion, des rencontres et tables rondes, qui rythmeront la saison. Réfléchir ensemble et mieux revenir dès 2021 pour de nouvelles aventures, engagées, passionnées, passionnantes, joyeuses, festives et conviviales.” Il n’y a plus qu’à prendre notre mal en patience. Jonathan...

Lire la suite

Festivals été 2019 : suivez le guide

Festivals été 2019 : suivez le guide

Summer is coming! On ressort les lunettes de soleil qui avaient pris la poussière, on se fait une boisson anisée en terrasse et… on coche les festivals estivaux à ne pas manquer. Pour vous faciliter la tâche, on vous a préparé une petite sélection : Vous n’avez pas besoin de nous pour le savoir, s’il y a bien un incontournable, c’est le This Is Not A Love Song. Cette année encore, le rock indé sera à l’honneur avec Shellac, Built To Spill, Low, Stephen Malkmus & The Jicks, Kurt Vile & The Violators, Courtney Barnett, Fat White Family, It It Anita, The Messthetics (avec Brendan Canty et Joe Lally, anciens batteur et bassiste de Fugazi), Shame, Fontaines DC, Big Thief, Poutre… C’est déjà beaucoup, mais ce n’est même pas tout (voir la prog complète ci-dessous). Nîmes, capitale indie rock. Du 30 mai au 1er juin, à Nîmes (34). Toute la prog Du côté de Paris, le Villette Sonique fait toujours dans le pointu et qualitatif, avec de quoi satisfaire les amateurs de rock (Stereolab, Jonathan Bree, Julia Holter, Cate Le Bon…), d’électro (Tim Hecker, Mondkopf, David August…) ou de rap (Danny Brown, Channel Tres…). Et toujours de bons concerts gratuits en plein air pour flâner une bière à la main (Fontaines D.C., Black Midi, Crack Cloud, The Messthetics). Du 6 au 9 juin, à Paris. Toute la prog Nouveau venu creusois, le Check-In Party frappe très fort avec (on retient son souffle) Patti Smith, Foals, Etienne de Crécy, Oh Sees, Deerhunter, It It Anita, The Psychotic Monks, Slaves, La Colonie de Vacances, Bodega…. On espère un énorme carton pour qu’ils continuent dans cette voie… Et il n’y a aucune raison pour que ce ne soit pas le cas. Du 22 au 24 juin, à Augères (23). Toute la prog Au Pointu Festival, on a l’habitude de proposer du très lourd gratuitement. Et cette cinquième édition frise l’indécence. Jugez plutôt : Mogwai, Melvins, Converge, METZ, Slaves, Hot Chip, Steve Gunn, J.C. Satàn. Du 5 au 7 juillet, à l’ile du Gaou (83). Toute la prog On a déjà fait preuve d’un plus grand enthousiasme face à une prog de La route du rock mais ça reste solide. Les bretons font dans la valeur sûre avec de la grosse tête d’affiche plus (Stereolab, Deerhunter) ou moins (Tame Impala, Metronomy) respectable, du psyché cool (Pond, The Growlers, White Fence), de l’excité (Idles, Fontaines D.C.) et de quoi remuer le popotin (Jon Hopkins, Hot Chip). A St-Malo, du 14 au 17 août. Toute la prog La ferme électrique occupe toujours une place à part, à des années lumières des grosses machines (à fric). Encore du beau monde pour cette 10e édition et des...

Lire la suite

La programmation du This Is Not A Love Song est connue, et elle est excellente !

La programmation du This Is Not A Love Song est connue, et elle est excellente !

On a l’habitude, tous les ans, le This Is Not A Love Song (TINALS pour les intimes) nous réserve une programmation aux petits soins avec bon nombre d’artistes indie rock incontournables. Cette année, l’équipe s’était jurée de revenir aux bases, de ne pas courir après une coûteuse tête d’affiche, de fonctionner aux coups de cœur. L’affiche ne manque pas de valeurs sûres pour autant avec les présences ds géniaux Built To Spill, des bruyants et mythiques (et habitués) Shellac, de l’icône indie Stephen Malkmus (ex-leader de Pavement pour ceux qui n’auraient pas suivi), des envoûtants et passionnants Low. A leurs côtés, quelques pointures comme Kurt Vile, Courtney Barnett ou Shame et quelques-uns qui promettent de mettre un beau bordel : nos chouchous belges It It Anita, les gentiment timbrés Fat White Family, les (post) punkeux Fontaines DC, les noiseux de Poutre, les punk nippones Shonen Knife qui rendaient dingues Kurt Cobain ou encore The Messthetics qui rassemblent ni plus ni moins que Brendan Canty et Joe Lally (anciens batteur et bassiste de Fugazi). Excusez du peu ! Bref, il y aura de quoi s’amuser du côté de Nîmes du 30 mai au 1er juin prochains. La programmation complète est ici, la billetterie par là. Jonathan Lopez LIRE NOTRE REPORT DE L’EDITION 2015 LIRE NOTRE REPORT DE L’EDITION 2016 LIRE NOTRE REPORT DE L’EDITION...

Lire la suite

Premiers noms pour This Is Not A Love Song

Premiers noms pour This Is Not A Love Song

Tous les ans, l’annonce des premiers noms du This Is Not A Love Song est attendue de pied ferme par les amateurs d’indie rock, dont nous faisons partie. Et comme tous les ans, il y aura du beau monde du côté de Nimes du 1er au 3 juin. Jugez plutôt : Beck, The Breeders, Ty Segall (un habitué), Sparks, Deerhunter, Father John Misty, Jesus And Mary Chain, Cigarettes After Sex, Flat Worms ou encore Dead Cross (un des derniers projets de Mike Patton)… On aura du mal à faire preuve d’autant d’enthousiasme face à la venue de Phoenix mais que voulez-vous, il en faut pour tous les goûts. En tout cas, on a hâte de connaitre les noms suivants et on prend déjà rendez-vous cet été sous le soleil nîmois. JL   LIRE LE LIVE REPORT DE L’EDITION 2017 LIRE LE LIVE REPORT DE L’EDITION 2016 LIRE LE LIVE REPORT DE L’EDITION...

Lire la suite

Interview – Slaves

Interview – Slaves

Slaves, à ne pas confondre avec le groupe américain de post-hardcore expérimental… Slaves c’est le vrai punk britannique ! Le duo de Kent, formé par Laurie Vincent (guitare/basse/chant) et Isaac Holman (batterie/chant), a la parole libre et bien des choses à dire. Leur album Are You Satisfied? nous avait comblés… Il en a été de même avec le dernier en date, Take Control, qui comprend une collaboration avec Mike D des Beastie Boys. Du pur punk rageur et abrasif qui crache allègrement sur notre société contemporaine. Il nous tardait donc de les questionner. Et nous avons sauté sur l’occasion lors de leur venue au festival This Is Not A Love Song.   “Le Brexit ? Un vrai pas en arrière pour l’humanité. La politique dans notre pays est complètement niquée… J’ai le sentiment d’être gouverné par des idiots”   Salut les gars, bon déjà… Cool vos tatouages !  Laurie :  j’ai commencé à me faire tatouer quand j’avais 16 ans.   Et c’est comme manger des cerises, une fois que tu commences tu ne peux plus t’arrêter ! Laurie : ahah oui je suis bien d’accord.   Vous vous êtes rencontrés comment ? Isaac : on jouait des concerts chacun avec nos groupes et on appréciait respectivement notre musique. Laurie nous a rejoint dans mon précédent groupe mais on n’aimait pas la direction que ça prenait donc on a fondé Slaves.   C’est comme dans une relation, chaque membre doit avoir une approche similaire pour parvenir à un bon résultat. Isaac/Laurie : oui, exactement !   J’adore ce que vous faites sinon je ne serais pas là… et votre musique me rappelle cette devise : fais ce que tu veux, c’est ta vie !  Isaac : oui il s’agit juste de s’exprimer de la manière qui te convient, on a suivi nos rêves et finalement ça montre que tout est possible. S’amuser tout simplement, et montrer aux gens que tu peux apprécier ta vie plutôt que de faire partie du système.   Ça se tient ! Qu’est-ce que vous ressentez vis-à-vis du Royaume-Uni actuellement ? Laurie : je suis fier que le parti travailliste (Labour Party) ait obtenu son meilleur résultat historique auprès des jeunes début juin, même si le parti n’est pas arrivé au pouvoir… Le parti écologique, le parti travailliste… Avec nos amis nous sommes ouverts d’esprit et plutôt fiers de notre pays. On est anti-Brexit et le fait de faire ce festival ça m’énerve encore plus vis-à-vis de ça parce que je pense à ce que ce sera dans le futur. C’est un vrai pas en arrière pour l’humanité… Il y a beaucoup d’émotions contradictoires mais il reste de l’espoir, Jeremy Corbyn semble plus fort qu’il ne l’a jamais...

Lire la suite