Bryan’s Magic Tears – 4 AM

Bryan’s Magic Tears – 4 AM

(Born Bad, 7 décembre 2018) Bryan était un jeune garçon réservé, un peu branleur et par-dessus tout passionné de musique. Un jour, sa vie a basculé. Alors qu’il avait son billet pour un festival réunissant tous ses groupes préférés (Pavement, My Bloody Valentine et Jesus & Mary Chain), Bryan est tombé malade la veille de l’événement. Pas le truc grave mais le truc qui te cloue au lit et te plombe ton festoche. Las, Bryan a donc été obligé de laisser filer cette date qu’il attendait depuis des lustres. Pleurant toutes les larmes de son corps, Bryan s’est alors fait une promesse : ses larmes ne seraient pas vaines, elles seraient magiques. Ses larmes allaient lui donner la force et le talent de monter un groupe synthétisant parfaitement ses 3 groupes préférés. Et il dominerait le monde. Le nom du groupe était tout trouvé : Bryan’s Magic Tears. Derrière cette fable débile et cette intro merdique, quelques vérités : Bryan’s Magic Tears aime bien les années 90, l’indie rock et le shoegaze. Ce qui est moins vrai, c’est que derrière Bryan se cache une belle brochette d’indie rockers français, passés chez The Space Binouze From Refrigerator (respect éternel pour le nom du groupe), Dame Blanche, Marietta ou encore La Secte Du Futur. Pas vraiment des bleus, donc. Nul besoin d’enjoliver le tableau, Bryan est un bon gars qui prend soin de nous. Bryan aime se la couler douce en chantonnant nonchalamment avant de nous en coller une belle soudainement, armé d’une fuzz ravageuse (“Change”,  la fin démentielle de “Lilac Tree” qui s’achève dans le plus grand des boucans). Bryan aime les tubes et il en a mis plusieurs au début du disque, histoire de bien nous accrocher l’oreille. Et évidemment, il nous a eu. Bryan aime qu’on fasse de l’air guitar pour mimer le gros riff lourd de “Ghetto Blaster” tout en clamant des “oooh oooh”, pensant qu’on est aussi cool que lui. Bryan sait aussi nous filer le bourdon et le sourire à la fois (“CEO”), Bryan compose des intros qui rendraient jaloux Kurt Cobain (“Marry Me”), Bryan fait chialer sa gratte comme Kevin Shields (“4 AM”) . Bryan est bon, nous aimons Bryan et nous bénissons ses larmes magiques. On n’ira pas vous faire croire que vous allez mettre votre réveil à 4AM tous les matins pour écouter ce disque, mais il y a des chances qu’au moment de vous diriger vers le boulot (ou autre tâche ingrate), vous vous le colliez fréquemment dans les oreilles pour vous évader et rêver d’un destin similaire à celui de Bryan. Jonathan...

Lire la suite

The Jesus & Mary Chain @ Théâtre Barbey (Bordeaux), 31/05/18

The Jesus & Mary Chain @ Théâtre Barbey (Bordeaux), 31/05/18

Pour être franc, bien que connaissant l’importance du groupe, je suis complètement passé à côté de Jesus & Mary Chain. Si je n’avais pas gagné ma place, je dois avouer que je ne serais probablement pas allé les voir ! Je n’avais pas d’a priori et n’ai même pas écouté un album ou deux avant le concert, histoire d’avoir une surprise complète… Les bordelais Sam Fleisch (renommés “Invités” pour l’occasion) nous ont proposé une très agréable première partie dans un style plutôt garage pour faire court (dernier album en date sur le label Teenage Menopause). La lumière s’éteint à nouveau, les héros écossais s’installent sans traîner et en une fraction de seconde, la salle est submergée par un déluge de stroboscopes et de guitares noisy/fuzz. Malgré le bridage hygiéniste des décibels, le son a suffisamment de consistance pour me procurer les sensations du shoegazing. Le groupe n’est pas éclairé de face, on ne distingue que les silhouettes des musiciens. Les morceaux s’enchaînent et je n’ai pas du tout l’impression d’avoir affaire à un groupe de quinquagénaires qui fait sa énième tournée en se reposant sur sa réputation. Je ressens son envie de jouer et une générosité certaine. Le chanteur, pas très bavard, annonce de façon très convenue le dernier titre ; le groupe quitte la scène et un roadie arrive aussitôt pour faire un peu de ménage pas vraiment nécessaire. Pas un spectateur ne doute qu’ils vont revenir pour un ou deux morceaux comme le veut le rituel. En fait nous avons droit à bien davantage. Presque un second concert. Les deux dernières chansons sont les plus rythmées, les plus énergiques et je finis par comprendre pourquoi le public est resté aussi fidèle. Le talent est toujours là ! Du coup, je suis partagé entre une impression un peu honteuse de ne pas les avoir connu plus tôt et une grande satisfaction d’avoir vécu ce moment…. Pedro   Setlist (si on en croit setlist.fm) : Amputation – April Skies – Head On – Blues From A Gun – Black And Blues – Mood Rider – Far Gone And Out – Between Planets – Snakedriver – Teenage Lust – Cherry Came Too – All Things Pass – Some Candy Talking – Halfway To Crazy – Darklands – Reverence. Rappel : Just Like Honey – Cracking Up – In A Hole – War On Peace – I Hate Rock’n’roll   LIRE LE REPORT DE LEUR CONCERT A LA CIGALE EN...

Lire la suite

The Blind Suns – Offshore

The Blind Suns – Offshore

Surf à la main, les Blind Suns reviennent pour une session Offshore épouser les vagues généreusement nous chuchotant au passage de délicates mélopées. Un “Alligators” montre toutefois les crocs d’emblée, avec force saturation shoegazienne sur le refrain alors qu’on aurait pu s’imaginer en terrain plus accueillant de prime abord. On ne boit pas la tasse pour autant, la frayeur étant compensée par un frisson de bonheur devant l’efficacité de la bête. Nous revoilà ensuite trimballés au gré de vagues plutôt clémentes. On retrouve avec bonheur ce savoureux mariage entre une dream pop vaporeuse et une surf music légère. Les saturations shoegaziennes évoquées plus haut se faisant plutôt rares au sein d’un disque bien plus bienveillant qu’agressif. “Boundaries” et son riff entêtant nous invite ensuite à faire fi des frontières, encouragés par les voix de Dorota et Romain qui se confondent joliment. Et quand surgit l’estivale “Ride”, une furieuse envie nous gagne de quitter les flots pour retrouver l’asphalte et enfourcher la première bécane venue. Bande-son idéale pour un road trip le long de l’océan. Sous une brise légère, un petit break agréable à contempler les flots nous est également proposé (la très 80s “Hush” et son riff curesque). On prend. On pourra se montrer plus chafouin à l’égard de certains morceaux un peu trop calibrés (“Brand New Start”, “Crystallized” et leurs refrains bien clinquants), voire d’une prod résolument 80s qui fera fuir les plus réfractaires, reste d’autres motifs de satisfaction qui font pencher la balance assez nettement du bon côté (l’harmonica sacrément taquin de “Texas Sky”, entrainante en diable, la coolissime “Silent Dream” ou le beau morceau-titre éthéré). Alors que la grisaille persiste encore sur une bonne partie du territoire (attention je me transforme en Evelyne Dhéliat), ce disque des plus plaisants vous donnera des envies d’évasion, de vous jeter à l’eau… C’est toujours bon à prendre quand l’été parait encore loin. Jonathan...

Lire la suite

Slowdive – Souvlaki

Slowdive – Souvlaki

I had a dream. Je n’ai pas rêvé qu’il n’y avait plus de guerre dans le monde, que chaque habitant mangeait à sa faim ou que l’OM remportait une seconde coupe d’Europe. Non, trop convenu. J’ai rêvé que j’écoutais en boucle Souvlaki de Slowdive. Sans jamais bien savoir dans quel état je me trouvais, errant entre semi conscience, éveil indécis et sommeil profond. Ce rêve était une bénédiction, la douceur incarnée. A peine les paupières alourdies que « Allison » nous envoie d’emblée vers les plus hauts cieux. Le morceau se déploie sur coussins d’air. Tout flotte au ralenti, tout autour, à l’image du chant vaporeux de Neil Halstead, devenu véritable tête pensante du groupe, après un Just For A Day, réalisé de façon plus collective. Il laisse tout de même le soin à Rachel Goswell d’illuminer certains morceaux de sa voix irréelle (« Machine Gun », « Sing » notamment) et nous voilà propulsé pour un aller sans retour au septième ciel. Ce type de shoegaze-là, aisément assimilable à de la dream pop, ne fait pas dans la lacération de tympans sans vergogne façon My Bloody Valentine ou Jesus And Mary Chain. Les voix éthérées, les guitares lumineuses, les delays et reverbs à bloc, bâtissent un univers nuageux où il fait bon s’égarer totalement, oublier qui on est, où on se trouve, ou même de quoi notre minable petite vie est faite (il suffit d’écouter s’égrener les premières notes et chuchotements de Neil sur « Here She Comes » pour s’imaginer que dans l’instant présent le monde entier nous envie). Dire que certains font fortune avec des livres à la con pour gagner en confiance en soi, alors qu’il suffirait de prescrire ce disque à haute dose pour que le patient se sente pousser des ailes… M’enfin, je ne suis pas psy ni expert en développement personnel, juste mélomane. Après avoir permis à notre esprit de vagabonder en des lieux merveilleux et tout à fait indescriptibles, Slowdive nous réserve tout de même quelques sursauts de véhémence, sans jamais renier le sublime qui lui colle à la peau (« Souvlaki Space Station » dont la basse fait vrombir le sol malmène davantage nos esgourdes, « 40 Days » non dénuée d’électricité, et l’immaculée « When The Sun Hits » qui sur ses divines envolées vient toiser fièrement le mur du son). Vous l’aurez compris, dans ce Souvlaki-là comme dans les meilleures tavernes grecques, tout est de premier choix (n’oublions pas « Mellow Yellow » drapé dans son épais brouillard ou ce « Dagger » acoustique qui prouve que Halstead n’a pas nécessairement besoin de barder sa musique d’effets pour rendre ses mélodies inoubliables). Accueilli assez froidement à sa sortie par des journalistes obnubilés par la britpop, ce disque a été maintes fois réhabilité depuis et est toujours...

Lire la suite

A Place To Bury Strangers – Pinned

A Place To Bury Strangers – Pinned

Alors que le prédécesseur Transfixiation a passé l’épreuve du temps avec succès, on avait presque oublié que nos destructeurs de tympas préférés revenaient rendre visite à notre platine en ce mois d’avril. Durant ces 3 longues années de sevrage, A Place To Bury Strangers a connu un changement d’importance : une nouvelle batteuse, du nom de Lia Simone Braswell, a rejoint le groupe. Une batteuse aux attributions larges puisqu’elle vient épauler Paul Ackerman au chant et lui donne parfaitement le change (“There’s Only One Of Us” où les deux voix se répondent et où le refrain “indus/pop” à la Nine Inch Nails fonctionne à pleins tubes). Une nouveauté bienvenue qui fournit ainsi une corde supplémentaire à l’arc du groupe, qui n’en était déjà pas dépourvu. Les voilà donc qui mettent un peu d’eau dans leur noise (l’envoûtant “I Know I’ve Done Bad Things”, le mélancolique “Was It Electric”, “Situations Changes” et sa ligne de basse démoniaque) mais ne se font pas prier pour autant pour pousser leurs instruments dans leurs retranchements et les faire gémir comme il se doit sous la torture (“Attitude” ou la spasmodique “Execution”, les pads mitrailleurs et la basse qui mène la cadence sur “Keep Moving On”). Sans remettre en cause ses fondamentaux,  A Place To Bury Strangers parvient à opérer un léger lifting avec réussite. Et voilà comment, avec 5 albums au compteur, les New-Yorkais peuvent se targuer d’un passé glorieux et tabler sur un avenir radieux. Jonathan...

Lire la suite