Interview – Slowdive

Interview – Slowdive

Slowdive respire le bonheur : deux décennies après avoir servi de punching ball à l’odieuse presse britannique, trois ans après s’être reformés à la demande générale, ils sortent le 5 mai prochain un quatrième album éponyme, très fluide et un chouia plus accessible que ses lointains prédécesseurs, et le baromètre semble au beau fixe. Votre serviteur a rencontré le très érudit Neil Halstead, chanteur et guitariste, dans le petit salon rouge (orné de couvertures du magazine Lui) d’un discret hôtel parisien.     NH : ça fait vraiment tôt pour moi ! (NdR : l’interview se passe à 9h30) Oui, pour moi aussi ! Tu as pu écouter le nouvel album ? Oui, il y a deux jours, et j’ai entendu certains des nouveaux morceaux lors du concert au Trabendo. Ils sonnent vraiment bien. Merci !   Certains morceaux sont plus rapides que sur les vieux albums, « Star Roving » notamment. Ah tiens ? Oui, c’est vrai, il y a quelques morceaux plus rapides. Je n’y avais pas vraiment pensé. Effectivement, « Star roving » est un peu plus rapide, mais il y en a des plus lents aussi, comme « Slomo », « Falling ashes », « Go Get It »… Je le perçois comme un disque assez classique de Slowdive. Il ne me semble pas qu’il y ait un gros changement au niveau de l’atmosphère ou de la manière de faire. Il fait référence à ce qu’on faisait à l’époque aussi bien qu’à quelque chose de renouvelé.   Vous avez fait des choses très différentes dans le passé. Pygmalion était différent. Oui, tous les disques ont été différents. Pour moi, celui-ci a des éléments de Pygmalion, des éléments de Souvlaki, et des éléments de quelque chose d’autre. Alors oui, peut-être que certains morceaux sont un peu plus rapides… (rires)   Votre son sur scène est plus agressif, la basse notamment, un peu comme du Mogwai ou Explosions in the Sky. Je ne sais pas, on a toujours été un groupe bruyant, c’est notre truc. Je crois qu’on a toujours sonné comme ça sur scène. J’ai rencontré Mogwai pour la première fois en 2014, et ils nous ont dit qu’ils faisaient partie de ces gamins au premier rang des concerts de Slowdive, qui essayaient de comprendre comment on créait notre son. Ils ont clairement été inspirés par Slowdive.   À partir de quand vous êtes vous rendus compte que des groupes avaient été influencés par Slowdive ? Je pense que c’est quand Morr Music a sorti cette compilation, au début des années 2000 [Blue Skied an’ Clear, un double album de reprises de Slowdive par des artistes de ce label allemand de musique électronique, ndr]. Quand elle est sortie, avec ces artistes qui reprenaient des chansons de Slowdive, ça nous a familiarisés avec l’idée que Slowdive...

Lire la suite

The Jesus And Mary Chain – Damage And Joy

The Jesus And Mary Chain – Damage And Joy

Ne jouons pas les vierges effarouchées ou les esprits obtus : les reformations, si elles débouchent sur des albums de qualité et quand il s’agit de groupes mythiques comme The Jesus And Mary Chain, on prend. Les anglais nous avaient laissé orphelins près de 20 ans après le moyennasse Munki et reviennent donc près de 30 ans après le cultissime Psychocandy, nous étions donc aussi impatients que légitimement inquiets. Si cette affreuse pochette n’augurait rien de bon, le groupe a décidé de nous en mettre plein la vue dès le début. En vieux briscards, ils se doutaient bien qu’en mettant les morceaux moyens au début, le public et la critique auraient eu bien du mal à apprécier ce disque. Donc, les morceaux moyens, ils les ont disséminé plus loin dans la tracklist… Psychocandy s’ouvrait avec « Just Like Honey », Darklands s’ouvrait avec.. « Darklands ». Qu’à cela ne tienne, Damage And Joy s’ouvre avec « Amputation », tube incontestable. Et derrière on a droit à la magnifique et cotonneuse « War On Peace », suivie de l’excellente et énergique « All Things Must Pass ». On est heureux de retrouver la voix de Jim Reid, le son caractéristique de Jesus And Mary Chain… Et tout va bien dans le meilleur des mondes. C’est à partir de « Always Sad », sympathique ritournelle pop mais un peu trop innocente, que le bât blesse. Les frères Reid se mettent ensuite à souffler le chaud et le froid avec d’autres franches réussites quand les larsens viennent brouiller les mélodies avec bonheur (« Get On Home », « Facing Up To The Facts » ou « Mood Rider » qui s’envenime méchamment sur le finish), et des morceaux franchement dispensables (« Los Feliz », « Presidici », un « Can’t Stop The Rock » qui, comme son nom pouvait le laisser craindre, flirte dangereusement avec la mièvrerie ou « Simian Split » aux breaks de batterie aussi déconcertants que les paroles : « I killed Kurt Cobain, i put a shotgun through his head. And his wife gave me the job » qui ne manqueront pas de faire jaser, ce qui permettra au moins de faire parler de ce morceau assez quelconque). Jim Reid n’oublie pas un rappel essentiel : « i hate my brother and he hates me« . Ouf, rien n’a vraiment changé ! Mais au final, The Jesus And Mary Chain nous offre un bon album pop, un retour honnête mais certainement pas un grand disque de Jesus And Mary Chain. On peut avancer sans trop se mouiller que dans 10 ans on préfèrera sans doute se réécouter Psychocandy, Darklands ou Automatic, même si on les connait par cœur. Mais au moins on ne tirera pas la tronche quand ils joueront dans deux semaines à l’Elysée Montmartre les meilleurs titres de ce Damage And Joy....

Lire la suite

Slowdive : retour imminent !

Slowdive : retour imminent !

Décidément il semblerait que les légendes shoegaze se soient passés le mot. Si My Bloody Valentine avait montré la voie il y a 4 ans maintenant, The Jesus And Mary Chain, Ride et maintenant Slowdive ont quasiment coordonné leur retour dans les bacs. Damage And Joy, le nouveau disque de Jesus & Mary Chain est disponible depuis quelques jours, celui de Ride, Weather Diaries, suivra le 16 juin et Slowdive vient d’annoncer à son tour la sortie du sien, qui viendra s’intercaler entre les deux : le 5 mai prochain. Cet album éponyme  succèdera donc à Pygmalion, 22 ans après. Après la divulgation du premier single, le joli « Star Roving », Slowdive nous offre cette fois le clip du second extrait, « Sugar For The Pill ». Voilà, maintenant on a deux bons morceaux, une date de sortie. Ne reste plus qu’à attendre la délivrance dans un gros mois. JL Rappelons que Slowdive se produira au Trabendo de Paris dimanche 5 avril. Mais ne cherchez pas, c’est...

Lire la suite

Ride : une date de sortie et un clip pour le prochain album

Ride : une date de sortie et un clip pour le prochain album

  Le retour de Ride devient de plus en plus concret plus de 20 ans après son dernier album Tarantula. En effet on connait maintenant la date officielle de sortie du prochain disque. Weather Diaries, c’est son petit nom, devrait débarquer le 16 juin dans les bacs et en attendant « Charm Assault », le premier extrait dévoilé (suivi du très bon « Home Is A Feeling ») bénéficie de son petit clip réalisé par Anton Newcombe et Jean de Oliveira. Voilà vous n’avez plus qu’à cocher la date et à mater ce clip psyché-révolutionnaire en attendant… JL...

Lire la suite

The Jesus And Mary Chain de retour aux affaires

The Jesus And Mary Chain de retour aux affaires

Il y a des groupes comme ça, cultes, mais qui semblent appartenir au passé. The Jesus And Mary Chain en fait partie car leur discographie était figée depuis les années 90 (Munki en 96, pas vraiment inoubliable qui plus est). Une tournée pour les 30 ans de Psychocandy avait quelque peu rallumé la flamme, mais elle s’était peu à peu éteinte ensuite. Cette fois-ci le retour en grâce semble bel et bien enclenché puisqu’un nouvel album devrait voir le jour en mars 2017 chez Warner selon les dires d’Alan McGee, leur manager historique et patron de Creation. Le rendez-vous est pris....

Lire la suite