Interview confinement – Nick Oliveri (Mondo Generator, QOTSA, Kyuss)

Interview confinement – Nick Oliveri (Mondo Generator, QOTSA, Kyuss)

À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Pendant le confinement, nous avons souhaité interroger des artistes et des professionnels de la musique sur la manière dont ils vivent cette situation et sur l’impact qu’elle a sur eux, afin de mieux comprendre comment chacun est touché et gère la crise. On commence avec Nick Oliveri. Ancien membre des Queens Of The Stone Age et Kyuss, il a aussi joué ou collaboré avec les Dwarves, Svetlanas, Moistboyz, Turbonegro, Winnebago Deal ou encore Slash. Il dirige son groupe Mondo Generator depuis plus de 20 ans aujourd’hui (dont l’excellent Fuck It est sorti fin février) et fait aussi régulièrement des tournées solos sous le nom Death Acoustic. (ENGLISH VERSION BELOW) Comment vivez-vous le confinement au quotidien ? Continuez-vous des activités liées à la musique ? J’ai un studio à Los Angeles et je vais en voiture de Joshua Tree à L.A. tout le temps. Même pendant le confinement ! On ne m’arrêtera pas ! Hahaha. C’est cool, sans les embouteillages. Je croise des militaires, la police, des camions de pompiers, des ambulances et des poids lourds, mais la plupart des gens sont terrorisés par les médias et restent isolés. Quel impact a eu le confinement sur votre activité ? Déjà, ça a salement touché les finances de la tournée en annulant les deux derniers concerts et on a dû acheter des vols retours à partir du Royaume-Uni, alors qu’on avait des hôtels et de quoi vivre pour quelques jours de plus. Et ça m’a encore frappé parce qu’une partie des tournées de Mondo Generator et des Dwarves ont été annulées. C’est mon boulot, et c’est avec ça que je paie mes factures. Là, je suis au chômage jusqu’à septembre et ça fait beaucoup de jours et de mois sans AUCUNE rentrée d’argent, et il n’y a pas d’aide gouvernementale pour les musiciens car nous sommes auto-entrepreneurs et beaucoup d’entre nous n’ont pas un statut d’entreprise. Donc aucune aide, on est juste fauchés. Mais on survit… j’imagine. Je veux juste dire que les maladies arrivent partout dans le monde et tout le temps. Parfois, c’est une grippe qui tue CERTAINES personnes, parfois la guerre, parfois le cancer, la drogues… cette fois, c’est le COVID-19. Quand ton heure est venue, ton heure est venue (ça vaut pour moi aussi). Il y a beaucoup de gens dans le monde, et c’est une manière de réguler la population. C’est ce que font les gouvernements depuis toujours. C’est (probablement) une maladie créée en laboratoire pour “réduire” un peu le nombre. Parce que c’est ce que nous sommes pour eux, un taux, un nombre. Pour ma part, je n’ai jamais vécu enchainé par la peur de dieu, de la maladie ou...

Lire la suite

PLAYLIST – On The Road

PLAYLIST – On The Road

Comme vous êtes nombreux à prendre (ou reprendre) la route des vacances et qu’on a la main sur le cœur, on vous a concocté une playlist pour votre trajet. 40 morceaux qui parlent de route, de conduite, de vacances ou qui sonnent juste idéalement en cette période estivale. Du classique, du connu, du moins connu et du pas connu du tout. Pas de jaloux. Une première playlist pour la route qui en appelle d’autres parce que c’est sympa à faire et c’est cool à écouter (normalement). Elle dure plus de 2h30, de quoi vous faire un Paris-Caen ou un Marseille-Béziers tranquillou. Bonne route...

Lire la suite

Mad Cool (Madrid, Espagne), du 12 au 14/07/18

Mad Cool (Madrid, Espagne), du 12 au 14/07/18

Au départ, on croyait qu’on allait assister au meilleur festival du monde, à la fin du premier jour on s’est dit que c’était en fait le pire festoche de la terre. Et au bout de trois jours, on s’est dit qu’on avait quand même passé un putain de bon moment dans ce festival de connards. Que s’est-il passé entre temps ? On vous explique. Tout a commencé par Pearl Jam. Evidemment. Fin 2017, les dates de tournée européennes tombent. La France est sur le carreau, comme d’hab. On cherche des solutions de remplacement. Parmi les festivals où ils jouent, le Mad Cool. Inconnu au bataillon. Mais le line-up est dingue, on n’a pas vu un truc pareil depuis Woodstock 69 (ou Primavera 2016, pour remonter un peu moins loin…) ! On sort la carte de crédit, le banquier fait la gueule, on l’emmerde. S’il veut se morfondre à son guichet tout l’été c’est son problème, nous on a décidé de profiter de la vie. Jeudi 12 juillet Après avoir compté les mois, puis les jours nous rapprochant de la date fatidique, nous y sommes. Sortie de métro, et là une queue comme on n’en a jamais vue (je vous préviens, je ne ferai aucun jeu de mot vaseux, vous valez mieux que ça). On marche pendant 15-20 minutes pour prendre place au bout de ladite queue et on poireaute. Sous 35°, sinon c’est pas drôle. La raison de ce calvaire ? Le festival n’est pas encore ouvert, alors que les premiers groupes jouent dans moins d’une heure… Une heure plus tard (adieu le concert de Slaves…), on pense arriver au festival et non, il faut encore marcher un bon quart d’heure… puis refaire la queue. Une heure de plus en plein cagnard, tout ça pour récupérer un bracelet qu’on a eu la malchance de ne jamais recevoir alors qu’on avait payé des frais d’envoi… En termes d’amateurisme, ça frôle le génie. On finit par rentrer dans ce maudit festival, un brin énervés. Besoin d’une grosse bière. Qui dit grosse bière dit nouvelle queue interminable. Si on a loupé l’intégralité de Slaves, il nous reste une bonne moitié de Eels à voir. Enfin, à écouter d’une oreille pendant qu’on fait la queue. On déboule sur « That Look You Give That Guy », le morceau qui plait même aux midinettes. Il nous plait aussi, c’est toujours joli à entendre. La voix de E a ce grain particulier très plaisant qui le fait passer aisément de rock gentiment burné (« Prizefighter », « Souljacker, Part 1 », « I Like Birds » péchu en diable) aux ballades mélancoliques (« My Beloved Monster », « Fresh Blood »). Grand ouf de soulagement, E ne pioche qu’avec parcimonie dans son dernier disque (« You Are The...

Lire la suite

Queens Of The Stone Age – Songs For The Deaf

Queens Of The Stone Age – Songs For The Deaf

Bon allez, assez ricané avec le pathétique dernier album de Queens Of The Stone Age où Josh Homme s’est pris pour un chanteur rnb. Ne nous attardons pas non plus sur son prédécesseur …Like Clockwork où il se prenait pour Elton John (il l’avait même invité !) mais séduisait quand même grâce à la qualité de sa plume, de sa voix et de son groove. Revenons à la base, la sève, le nec plus ultra : ce qui fait que QOTSA est devenu QOTSA, c’est à dire, n’ayons pas peur des mots, le plus grand groupe de rock du 21e siècle. Déjà Josh Homme la jouait collectif à l’époque et il avait bien raison vu l’escouade de luxe qu’il se trimballait. Pour rappel, pour ceux qui reviennent d’un voyage sur mars, le garçon avait ni plus ni moins Nick Oliveri et Mark Lanegan à ses côtés. Et tel un PSG blindé de dollars qataris, il avait choisi de se renforcer davantage encore avec son Neymar à lui, répondant au doux nom de Dave Grohl. Rien de tel pour dynamiter les défenses. Et pourtant contrairement à ces tocards du PSG, QOTSA avait une âme et déjà un talent fou avant de gagner au loto. Il avait pondu un premier album éponyme faisant idéalement le lien avec l’après-Kyuss et le déluge à venir. Et il avait mis à genoux tous ceux qui s’étaient frottés au monumental Rated R. De la “pop” violente, planante, galvanisante, de la pop non pas à chanter sous la douche mais à hurler entre potes tellement que ça fait du bien. Tellement que c’est bon. Alors pourquoi je vous parle de Songs For The Deaf me direz-vous ? Parce qu’il a 15 ans. Et nous, chez Exit Musik on est un peu cons, quand un disque qui nous branche fête son anniv, on dégaine la plume. Cette précision inutile étant faite, on a beau dire, on a beau faire : Songs For The Deaf est quand même un putain d’album. Songs For The Deaf est un peu (TOUTES PROPORTIONS GARDÉES) à Queens Of The Stone Age ce que Nevermind est à Nirvana (vous le dites quand je vous soule avec mes comparaisons foireuses, hein ?) : le disque qui les propulse dans une nouvelle dimension, qui ringardise les autres productions rock de son époque, le disque blindé de tubes qu’on a tous entendus 400 fois (400 000 pour Nevermind), le disque pour lequel on aime bien prendre notre air snob et hautain parce qu’il est devenu trop convenu de l’aimer. Mais surtout le disque que quand tu le remets sur ta platine, tu kiffes ta race. Et c’est quand même ça qui compte, au final. Parce que...

Lire la suite