Interview – Pixies

Interview – Pixies

Il y a quelque chose d’intimidant à se retrouver face-à-face avec Joey Santiago et Frank Black (en l’occurrence, côte-à-côte avec ce dernier), deux monstres sacrés du rock indé. Les Pixies, vénérés (et ouvertement copiés) par Cobain, repris par Bowie, adulés par une horde de fans transis, ne sont peut-être plus tout à fait les mêmes depuis le départ de Kim Deal, mais ils avancent en évitant de garder les yeux rivés sur le rétroviseur. Pour la rentrée, nous avons droit à une nouvelle ration de Pixies, Beneath The Eyrie, troisième album depuis la reformation. Sans doute le meilleur. Tant mieux, on n’aime pas trop se pointer à une interview et feindre l’enthousiasme à propos d’un disque qui nous laisse de marbre. Surtout face à un imposant gaillard comme Charles Thompson – aka Frank Black aka Black Francis -, capable de tailler en pièces un intervieweur, s’il ne goûte guère ses questions. Il n’en a rien été. De bonne humeur mais aussi imprévisible que sur disque, le leader des Pixies a alterné réponses lapidaires, démonstrations implacables et taquinerie de bon aloi, sous l’œil amusé de son éternel complice. “Ce que j’aurais aimé, c’est que le manager ou le label nous dise à l’époque de ralentir. De ne pas faire autant de disques, de tournées, de prendre un peu de vacances. Ça nous aurait peut-être évité de nous séparer.” Une série de podcasts va être diffusée durant l’été avant la sortie du nouvel album. D’où vous est venue cette idée de documenter l’enregistrement de ce disque ? Frank Black : On a tourné pour des podcasts au moment d’enregistrer les démos et Paz (NdR : Lechantin, bassiste) les a montés. Ça a été le point de départ. De ce que j’ai compris, les podcasts sont très populaires, le type de médias le plus populaire. Je n’en écoute pas personnellement. Vous avez été suivis durant tout le processus d’enregistrement ? Joey Santiago : Il y avait des petites caméras dans le studio. S’agissait-il de caméras présentes mais dont vous pouviez oublier l’existence et faire comme si de rien n’était ou y avait-il des journalistes avec vous qui vous posaient des questions ? Frank : Un mec était là, il s’appelait Tony (NdR : Tony Fletcher, journaliste au New York Times). C’était une idée de notre manager : « vous pourriez faire des podcasts ? – Oui, bien sûr. » On a déjà participé à des documentaires par le passé mais là c’est vraiment lui qui a voulu qu’on le fasse. On enregistre de la musique, on fait des concerts. C’est ça, notre boulot. De combien de choses pouvons-nous vraiment nous occuper ? Essayer de contrôler ? Du moment que nous sommes satisfaits...

Lire la suite

Pixies – Beneath The Eyrie

Pixies – Beneath The Eyrie

(Infectious/BMG) La carrière de Frank Black ne serait-elle qu’une gigantesque leçon d’ironie ? Pensez-y : – Les Pixies ont été beaucoup snobés par leurs pairs plus friands de noise rock pur et dur et n’ont obtenu qu’un succès d’estime du temps de leur première carrière. – Le groupe s’est séparé avant de pouvoir bénéficier de l’effet Nevermind, alors que Cobain et Novoselic criaient sur tous les toits que “Smells Like Teen Spirit” était un plagiat éhonté de leur formule loudQUIETloud.– Ses premiers albums ont bien mieux marché que les 4 du groupe à l’époque, mais on a commencé à lui reprocher de faire moins bien qu’avec les Pixies.– C’est Kim Deal qui s’est payé la part du lion avec les tubes des Breeders.– Quand il a réuni les Pixies en 2004 en clamant haut et fort que c’était pour l’argent, personne ne s’est plaint, mais maintenant qu’il a vraiment l’air de se faire plaisir à ressortir de la musique avec Lovering et Santiago, on lui reproche de ne faire ça que pour le fric. Allez comprendre… Pourtant, il y en a eu du chemin depuis Come On Pilgrim, et même pas mal de parcouru depuis la fameuse reformation de 2004. Et le temps passe vite, mais ça fait déjà six ans qu’on s’est pris dans la face le départ de Kim Deal et les singles qui allaient devenir Indie Cindy. Aujourd’hui, c’est le 3e album de la formation sans Kim, et mine de rien la bande à Frankie continue son petit bonhomme de chemin vaille que vaille en cherchant son propre rythme. Et fichtre, peut-être bien qu’ils l’ont trouvé cette fois-ci ! Indie Cindy tentait pas mal de choses, mais ne réussissait pas toujours, le résultat était donc mitigé. Head Carrier donnait l’impression d’être en pilotage automatique, sans aucune prise de risque, mais n’avait aucun vrai raté (on oublie le sous “Where Is My Mind?”, d’accord ?). Beneath The Eyrie semble lier le meilleur des deux : sortir un peu des sentiers battus pour se créer une identité sonore propre sans se perdre avec des morceaux douteux (pas d'”Andro Queen” ou de “Ring The Bell”, ouf !). Malgré une production tirant un peu trop sur les années 80 à mon goût, le disque a une identité assez cohérente qui me rappelle les premiers albums solo de Frank Black, mais dont certains titres m’évoquent Leonard Cohen (“Bird Of Prey”), Ennio Morricone ou, plus étonnant, du vieil Alice Cooper (This Is My Fate”) ; bref, pas vraiment ce qu’on s’attend à trouver en premier lieu chez les Pixies, même si ce n’est pas la dose de surf sec, les solos concis de Santiago et la patte mélodique de Black sont bien...

Lire la suite

Découvrez “Catfish Kate”, nouveau clip des Pixies

Découvrez “Catfish Kate”, nouveau clip des Pixies

© Travis Shinn Après le très 80s “On Graveyard Hill”, Pixies vient de dévoiler un nouveau morceau poppy à souhait “Catfish Kate” dans un clip animé réalisé par le Krank!Collective, déjà auteur du clip de “Tenement Song” en 2016. Le 7e album des Pixies, Beneath The Eyrie, sera disponible le 13 septembre chez Infectious et BMG. Le groupe défendra son nouvel album à l’Olympia (Paris) le 19 octobre, au Radiant Bellevue (Caluire et Cuire, près de Lyon) le 20 et au Liberté (Rennes) le 21. Chronique et interview à lire bientôt sur nos pages. Nos articles sur...

Lire la suite

Pixies dévoile un extrait de son nouvel album

Pixies dévoile un extrait de son nouvel album

Trois ans après l’embarrassant (pas pour tout le monde) Head Carrier, Pixies reviendra le 13 septembre avec un nouvel album, Beneath the Eyrie. La formation reste inchangée, à savoir les membres originels Joey Santiago, David Lovering et Frank Black accompagnés de Paz Lechantin en lieu et place de Kim Deal (qui, elle, sort toujours de remarquables albums avec les Breeders). Rappelons qu’une série de podcasts documentaires sur la composition de l’album sera diffusée à partir du 27 juin. En attendant, voici un premier extrait, “On Graveyard Hill”. Jonathan Lopez LIRE L’ARTICLE SUR LA DISCOGRAPHIE DES...

Lire la suite

Un nouvel album pour les Pixies… et des podcasts en attendant

Un nouvel album pour les Pixies… et des podcasts en attendant

Un nouvel album des Pixies est prévu pour septembre. On n’est pas tout à fait persuadés d’être très excités par la nouvelle tant Head Carrier, le dernier album en date des bostoniens, était considéré au mieux comme correct (comme dans cette chronique), au pire indigne (comme le pense celui qui écrit ses lignes). On ne sait pas grand chose pour le moment hormis qu’il a été enregistré en décembre dernier au studio Dreamland, près de Woodstock et produit par Tom Dalgety. Mais on devrait très vite en savoir beaucoup plus puisqu’une série de 12 podcasts documentaires intitulés Past Is Prologue, seront publiés à un rythme hebdomadaire et nous plongeront au cœur du processus créatif du groupe. A la tête du projet, le journaliste Tony Fletcher, biographe de Keith Moon et de R.E.M. Le premier podcast est prévu pour le 27 juin. 12 épisodes, et donc 12 semaines plus tard, l’album sortira. Une bande-annonce en forme de blockbuster a été publiée en guise de mise en bouche. Jonathan Lopez LIRE LA CHRONIQUE DE HEAD CARRIER LIRE LA CHRONIQUE DE INDIE CINDY LIRE LA CHRONIQUE DE EP 2 LIRE LA CHRONIQUE DE EP 3 LIRE LA CHRONIQUE DE COME ON PILGRIM… IT’S SURFER ROSA LIRE LE REPORT DU CONCERT AU ZÉNITH EN 2016 LIRE LE REPORT DU CONCERT À L’OLYMPIA EN...

Lire la suite