Dans le bac d’occaz #13 : Gang Of Four, Faith No More, Mogwai

Dans le bac d’occaz #13 : Gang Of Four, Faith No More, Mogwai

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon un journaliste musical, un oncle cool ou encore un ami mélomane. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).*   Dans le bac d’occaz #13 : les années en 9       1979 : Gang Of Four – Entertainment! J’ai été invité, un peu forcé à squatter pour être tout à fait exact, à la table d’un chef culte, talentueux et inventif. Il nous a servi un plat extrêmement original et même assez copieux, ce qui me fait toujours peur dans ce type de cuisine qui se la pète un peu, à base d’épinards, d’aubergines, de choux de Bruxelles, d’endives cuites et de foie de veau. C’était super bien maitrisé, dressé au poil, et les convives se sont régalés. Le problème, c’est que je n’aime ni les épinards, ni les aubergines, encore moins les choux de Bruxelles et les endives cuites et je conchie carrément le foie de veau. Du coup, tout en reconnaissant le talent de notre hôte, je me suis emmerdé sec et j’ai eu du mal à finir. En écoutant ce disque de Gang Of Four, c’est exactement l’impression que j’ai eu. Je suis bien obligé de reconnaitre que la musique proposée par le groupe, un mélange de post-punk, noise, hip hop, funk, reggae est original et parfaitement maitrisé, avec néanmoins un côté rough propre aux bons groupes indé… mais ça reste un mélange de styles qui, au mieux m’indiffèrent, au pire me donnent des diarrhées. Au final, pour toute ses qualités, et sa longueur tout à fait raisonnable, Entertainment! est pour moi parfaitement indigeste. D’ailleurs, je suis incapable de choisir un titre plutôt qu’un autre, c’est JL qui s’en chargera !     1989 : Faith No More – The Real Thing J’aurais pu copier-coller exactement le même paragraphe que pour Gang Of Four en changeant à peine quelques termes, mais je ne vais pas sombrer dans la facilité. Parlons donc spécifiquement de ce disque. Déjà, je vais faire mon mea culpa : vu la réputation de Patton, j’avais d’emblée rangé Faith No More sans les écouter dans la catégorie des groupes intellectuallo-bizarroïdes chiants trop occupés à faire des performances artistiques pour prendre le temps d’écrire un bon morceau. Force est de reconnaitre que The Real Thing n’est pas chiant (quoi que « Woodpecker From Mars »…) et encore moins intellectuel (quoi que « Edge Of The World »…). Non, s’il y a un adjectif qui collerait parfaitement à ce disque, c’est déroutant....

Lire la suite

Mogwai paie sa tournée… et son disque

Mogwai paie sa tournée… et son disque

Un an après avoir signé la bande originale très sombre, très électro (et très réussie !) du documentaire Atomic, voilà que Mogwai annonce déjà son retour. Le successeur serait enregistré et sa sortie est à prévoir sans doute d’ici début septembre (on prend pas trop de risques), date qui marquera le début de leur prochaine grande tournée qui inclura deux haltes par chez nous : le 18 octobre à l’Aeronef de Lille et le 23 octobre au Grand Rex (Paris)....

Lire la suite

Minor Victories – Minor Victories (Fat Possum, PIAS)

Minor Victories – Minor Victories (Fat Possum, PIAS)

Le mariage entre Editors (Justin Lockey), Slowdive (Rachel Goswell) et Mogwai (Stuart Braithwaite), alléchant sur le papier, était aussi rudement casse gueule. On ne va pas vous refaire la liste des supergroupes prometteurs qui ont accouché d’une souris mais ils ne manquent pas. Minor Victories était donc attendu de pied ferme, mais avec un peu d’appréhension. Et parler d’échec à son propos serait allé un peu vite en besogne. Les morceaux sont tous remarquablement construits (d’autant plus quand on sait que le groupe ne s’est jamais retrouvé ensemble dans la même pièce avant le résultat final, cf notre interview), étonnamment variés (difficile de dire qu’untel a trop tiré la couverture à lui), on peut déplorer toutefois que le chant de Rachel Goswell soit poussé un peu trop loin de son domaine de prédilection. Comme sur ce « Breaking My Light » très grandiloquent, où elle se retrouve à des années lumières de son chant éthéré sublime qu’on lui connaît chez Slowdive. Le morceau est beau incontestablement, mais il aurait gagné à plus de sobriété. Sur « Cogs », au demeurant assez enthousiasmant pour son rythme mené tambour battant, Rachel se retrouve également dans une situation inconfortable à courir derrière des instruments qui ont décidé de ne pas l’attendre et à pousser fort dans les aigus. Non sans grand talent, elle parvient à ne pas se laisser distancer. Et à nous maintenir satisfaits. Mais au-delà du chant pas toujours en totale adéquation, le problème se situe parfois ailleurs. Un morceau comme « A Hundred Ropes » (intro électro, cordes omniprésentes, cheminement épique) a tout de la machine de guerre, y compris son côté irritant. « Scattered Ashes » et sa rythmique martelée souffre du même excès de puissance. Les forces rassemblées étaient imposantes, les choses n’ont donc pas été faites à moitié. Et plutôt que de victoires mineures, on a souvent le sentiment que le groupe cherchait à conquérir le monde. Sans trop tirer sur la (les) corde(s), Minor Victories était pourtant capable de bien belles choses. « Folk Arp » et « The Thief » où l’on retrouve des ambiances chères à Mogwai, « Out To Sea » cette fois remarquable de nuances, sont parmi les grandes réussites de ce premier essai inégal. Tout comme le superbe dialogue entre Rachel Goswell et l’inénarrable Mark Kozelek, en mode comptine inoffensive, pourtant assez tordue et addictive (« For You Always »). De quoi nourrir de légitimes regrets à propos de ce disque. Minor Victories ne vient donc pas rejoindre le bataillon des supergroupes super décevants mais à vouloir frapper un peu trop fort, il a paradoxalement minimisé son impact....

Lire la suite

Interview – Minor Victories

Interview – Minor Victories

Nouveau supergroupe rassemblant Justin Lockey (Editors), Rachel Goswell (Slowdive), Stuart Braithwaite (Mogwai) et James Lockey (Hand Held Cine Club), Minor Victories publiera dans quelques jours son premier album avant d’effectuer quelques dates dans des festivals (La Route du Rock pour commencer). Justin et Rachel étaient de passage à Paris le mois dernier, l’occasion était belle pour discuter de leur nouvelle aventure. Interview.   « L’album était terminé, on avait signé notre contrat avec le label avant de se retrouver pour la première fois tous ensemble dans la même pièce. »   Vous pouvez nous raconter comment s’est formé ce groupe ? Il semble que c’était une route longue et tortueuse, non ? Justin Lockey : je ne dirais pas tortueuse. Ce fut simplement au bout de longs et très différents épisodes. Ça a commencé quand j’ai proposé à Rachel de faire de la musique avec moi. Car on a le même manager, on lançait simplement comme ça quelques idées… (Rachel se sert un verre d’eau) Justin : à la tienne, camarade ! (Rires) Ça a commencé vraiment simplement, entre moi et Rachel. Je lui ai envoyé quelques idées, elle a chanté sur une d’entre elles. Rachel Goswell : c’était « Out To Sea » la première. Justin : ensuite on n’a rien fait pendant quelques mois parce qu’Editors voulait faire un album, et Rachel devait chanter sur notre albuuuum, et quand Rachel est arrivé on a décidé de finir notre albuuuum. (il insiste bien sur chaque « recooord »/album, Rachel se marre). Du temps s’est écoulé, Rachel était en répétitions avec Slowdive et elle m’a envoyé un texto bourrée « quand est-ce qu’on finit cet album ? » et je lui ai dit « ouais finissons ce disque ! Il faut trouver quelqu’un pour jouer de la guitare et le reste. » Elle a fait plusieurs festivals avec Mogwai cette année-là, donc elle m’a proposé Stuart (Braithwaite, le guitariste). Il nous a dit qu’il adorerait. J’ai ramené mon frère, un bassiste brillant qui joue aussi de la batterie. Voilà c’est à peu près comme ça qu’on a commencé à faire ce disque.   Le truc bizarre dans cette histoire c’est que vous avez mis beaucoup de temps avant de vous rencontrer, vous n’avez jamais travaillé en studio ensemble. J’imagine que c’est la première fois que vous travaillez de cette façon ?  Justin : L’album était terminé, on avait signé notre contrat avec le label avant de se retrouver pour la première fois tous ensemble dans la même pièce. C’est arrivé en mars cette année. Rachel : oui c’est un peu bizarre. Justin : c’est très bizarre oui mais… On a fait ça de façon très décontractée, on ne s’est pas mis la pression pour ce disque. On savait ce qu’on...

Lire la suite

Minor Victories (Mogwai, Slowdive, Editors) dévoile un nouvel extrait

Minor Victories (Mogwai, Slowdive, Editors) dévoile un nouvel extrait

L’album de Minor Victories impliquant Justin Lockey d’Editors, Rachel Goswell de Slowdive, Stuart Braithwaite de Mogwai et James Lockey, des Hand Held Cine Club, sortira le 3 juin prochain chez PIAS. Un nouvel extrait, « Scattered Ashes (Song For Richard) », avec des chats qui tirent des lasers. a été dévoilé.   Il s’agit du troisième extrait après « Folk Arp » et « Hundred Ropes » ci-dessous. Vous retrouverez bientôt une interview du groupe en ces pages....

Lire la suite