Interview – Pierrick Destraz

Interview – Pierrick Destraz

Des groupes rock cultes, la Suisse en regorge. Si on vous demande d’en citer un, j’imagine que ce sont peut-être les Young Gods ou Ventura qui vous viendront à l’esprit. Pourtant, avec une base de fan dévouée dans toute la francophonie, le groupe le plus culte de Suisse, Romande, en tout cas, c’est peut-être bien Explosion de Caca. Derrière ce nom improbable et ses reprises déjantées de chansons nostalgiques craignos, se cache notamment Pierrick Destraz, qui outre le fait d’être le batteur de cette bande d’allumés est également le fils d’Henri Dès. Après 15 ans de bons et loyaux service, le groupe devenu duo a décidé de mêler ces deux aspects et d’accompagner le célèbre chanteur pour enfants dans une tournée pour adultes où les plus grands tubes de l’un sont passés à la moulinette punk trash des deux autres. N’ayant pas pu le rencontrer lors de leur venue à Paris pour cause de cafouillage téléphonique, Pierrick a accepté de rattraper le coup le temps d’un long échange par whatsapp où il revient sur ces différents projets. Si on vous dit que le fils d’Henri Dès, batteur d’Explosion de Caca, est un artiste talentueux et multi-facettes, ça n’a rien d’un poisson d’avril (même en retard).     Quels sont ton parcours, ta formation musicale, tes influences ? Houla, question vaste ! J’ai commencé à me passionner pour la musique, et les percussions en particulier, vers l’âge de 7 ans. Évidemment, je suis tombé un petit peu dans la marmite vu que mon père est chanteur, depuis tout petit j’assiste à ses concerts, je vais le voir en studio et je côtoie des musiciens, ça m’a très vite parlé. J’ai eu un déclic alors que j’accompagnais mon père en Pologne, il ne faisait pas encore de chansons pour enfants, il faisait une carrière de chanteur de variété assez standard  avec pas mal de succès mais pas le succès qu’il a eu par la suite. Je me suis retrouvé à 7 ans avec lui dans un hôtel en Pologne où un groupe de jazz jouait au bar, et il y avait là un batteur qui m’a totalement fasciné. Il perdait des litres d’eau en jouant, je l’ai regardé pendant tout le concert et après il m’a proposé de monter sur ses genoux, c’est là que je me suis dit que je voulais faire ça. Ça, c’était le premier flash, et puis après je me suis amusé à me fabriquer une batterie en carton, dans ma chambre je tapais sur tout ce qui bougeait, et puis j’ai pris mes premiers cours à l’âge de 9 ans. Après, mes premières influences vraiment rock, le premier vinyle que j’ai reçu en 1980 de la part du...

Lire la suite

Black Sabbath @ O2 Arena (Londres, UK), 29/01/17

Black Sabbath @ O2 Arena (Londres, UK), 29/01/17

Dimanche 29 janvier 2017, une page d’histoire s’est écrite sous mes yeux. Deux fois. J’ai vu deux légendes à l’oeuvre, peu de temps avant qu’elles tirent leurs révérence : celle du tennis et celle du métal. Roger Federer et Black Sabbath. Deux immortels : 35 ans pour le premier (ce qui, en âge tennistique, signifie mort vivant), 47 ans d’activité pour les seconds (ce qui, en âge rock’n’roll, signifie souvent mort tout court). Et les uns comme les autres m’ont ébloui, à leur manière. Pourtant tout avait très mal commencé. Dans le premier cas, le wifi de l’hôtel chiait dans la colle et je m’imaginais devoir suivre le match sur lequipe.fr en actualisant toutes les 14 secondes. Dans le second, la ligne de métro qu’on devait prendre était fermée (forcément..) ce qui nous a fait perdre un temps fou.  Puis il a fallu rejoindre l’entrée de l’immense 02 Arena, passer les portiques en mode aéroport et enfin pénétrer dans la salle… 3 morceaux après le début. Donc pas de « Black Sabbath », de « Fairies Wear Boots ». Regrets éternels… Fort heureusement, tout est ensuite rentré dans l’ordre. Roger alignait les points gagnants et Tony Iommi les riffs ultimes. Même Ozzy aux cordes vocales forcément usées assure autant que Roger aux articulations forcément grinçantes. Rien n’y fait, papy Roger vole sur le court et mamie Ozzy crie comme à ses plus belles heures. Roger serre le poing, Ozzy nous fait taper des mains plus souvent qu’à son tour. Il aime ça le père Osbourne, c’est son côté vieux jeu. C’est sans doute pour ça que Suicidal Tendencies a sorti le morceau « Clap Like Ozzy » l’an passé. Le son est bien lourd, compact, comme les frappes sourdes de Federer. Le maestro a enfilé sa tenue d’artiste et Master Of Reality est bien représenté avec trois titres (notamment la rugissante et monumentale « Into The Void », préfigurant le stoner). Puis vient un moment de grâce : « War Pigs ». Les solos de Iommi sont splendides : technique irréprochable, fluidité de tous les instants, comme une volée de revers amortie qui vient mourir juste derrière le filet. 6-1 troisième set. Merci messieurs. Mais il y a encore du chemin. Il va falloir continuer à faire le show. Le cadre est superbe, la Rod Laver Arena, pleine comme un œuf, vibre à chaque instant. L’O2 Arena, immense salle qui parait sans fin du haut de notre 632e rang (environ), impressionne. Et le light show envoie du rêve. Grands écrans et flammes (oui ça reste du metal hein) de rigueur. Les images montrent Sabbath dans les 70s, pétant le feu. Étrange aller retour dans le temps pour nous spectateurs. Comme pour nous montrer qu’ils ne sont pas ridicules, près...

Lire la suite

Nine Inch Nails : un nouvel EP d’ici la fin de l’année + réédition de The Fragile !

Nine Inch Nails : un nouvel EP d’ici la fin de l’année + réédition de The Fragile !

Cette année le père Noël se nomme Trent Reznor. Le bonhomme vient d’annoncer un nouvel EP de Nine Inch Nails pour les fêtes. Not The Actual Events sera disponible sur le site de NIN le 23 décembre. L’album a été composé en compagnie de son acolyte privilégié du moment, Atticus Ross, déjà à ses côtés sur plusieurs BO (The Social Network, Girl With A Dragon Tattoo, Gone Girl…). Il fera suite au décevant Hesitation Marks, sorti en 2013. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, ceux qui ne jurent que par les premiers albums seront tout aussi gâtés. En effet, le monumental double album The Fragile sera enfin réédité dans une version luxueuse (le prix allant de pair sans doute) de 4 vinyles, avec pas moins de… 37 morceaux bonus ! L’indispensable EP Broken ainsi que The Downward Spiral seront également réédités avec un « souci du détail démentiel » dixit l’intéressé. Quand on connaît le perfectionnisme du père Reznor, on se dit qu’il n’y a pas vraiment de souci à se faire…...

Lire la suite

Nouvel album pour Suicidal Tendencies. « Clap Like Ozzy » en écoute

Nouvel album pour Suicidal Tendencies. « Clap Like Ozzy » en écoute

Le 11ème album des Suicidal Tendencies, World Gone Mad, est prévu pour le 30 septembre. Trois ans après 13, quelques changements sont à notre au sein du line-up du groupe : Dave Pogan a remplacé Nico Santora à la batterie et derrière les fûts on retrouve Dave Lombardo, ancien membre de Slayer. Un premier morceau, « Clap Like Ozzy » a été dévoilé. Dans le plus pur style Suicidal, il fait évidemment référence à Ozzy Osbourne qui, pour rappel, avait posé sa voix sur le morceau « Therapy » des Infectious Grooves, excellent side project de Mike Muir, en 1991. La tracklist de l’album : 1/ Clap Like Ozzy 2/ The New Degeneration 3/ Living for Life 4/ Get Your Fight On! 5/ World Gone Mad 6/ Happy Never After 7/ One Finger Salute 8/ Damage Control 9/ The Struggle Is Real 10/ Still Dying to Live 11/ This World...

Lire la suite

Tool reviendrait avec un double album long de 2h30 !

Tool reviendrait avec un double album long de 2h30 !

Cela fait 10 ans qu’on attend le successeur de 10,000 Days, et il semblerait qu’il soit sur le point d’arriver… D’après certaines indiscrétions, le nouvel album de Tool, Decem, c’est son petit nom, devrait arriver cet automne. Et, contrairement au retour de Dälek, l’attente serait grandement récompensée (pour ce qui est de la durée, en tout cas) avec un double album long de 2 heures et demi, constitué de morceaux tous supérieurs aux 12 minutes ! En attendant une annonce officielle, voilà de quoi alimenter les spéculations, ravir les fans et sûrement pas faire changer d’avis ceux qui jugent ce groupe un brin prétentieux…...

Lire la suite