Pixies dévoile un extrait de son nouvel album

Pixies dévoile un extrait de son nouvel album

Trois ans après l’embarrassant (pas pour tout le monde) Head Carrier, Pixies reviendra le 13 septembre avec un nouvel album, Beneath the Eyrie. La formation reste inchangée, à savoir les membres originels Joey Santiago, David Lovering et Frank Black accompagnés de Paz Lechantin en lieu et place de Kim Deal (qui, elle, sort toujours de remarquables albums avec les Breeders). Rappelons qu’une série de podcasts documentaires sur la composition de l’album sera diffusée à partir du 27 juin. En attendant, voici un premier extrait, “On Graveyard Hill”. Jonathan Lopez LIRE L’ARTICLE SUR LA DISCOGRAPHIE DES...

Lire la suite

Pavement de retour au Primavera l’an prochain !

Pavement de retour au Primavera l’an prochain !

On pouvait se demander si c’est un gros fake, ou un coup marketing savamment orchestrée. Le public présent au grand festival indie barcelonais a eu la surprise de découvrir le sol jonché de flyers annonçant Pavement au Primavera (Barcelone et Porto) en 2020. La réponse n’a pas tardé, le Primavera a confirmé l’info : Pavement sera bien présent l’an prochain lors des deux éditions du festival pour deux dates exclusives. Voilà déjà une première grande annonce pour célébrer les 20 ans du festival. Reste à savoir si le groupe culte de Stephen Malkmus sera tenté de relancer la machine pour de bon… Jonathan Lopez LIRE LA CHRONIQUE DE WOWEE ZOWEE LIRE LA CHRONIQUE DE STEPHEN MALKMUS – WIG OUT AT...

Lire la suite

Interview – Sebadoh

Interview – Sebadoh

Avoir Lou Barlow au téléphone pour une discussion d’une demi-heure, pour le fan que je suis de l’ensemble de ses projets musicaux, ça avait de quoi mettre le trac. Surtout qu’à l’heure prévue, seul son répondeur décroche. Je me retrouve donc à laisser un message, opération toujours pénible, dans une langue qui n’est pas la mienne à un de mes artistes préférés ! Quand il me rappelle, échaudé par mon expérience avec Donita Sparks, je commence par une notice explicative « J’adore ce que vous faites, donc je serais peut-être un peu intimidé, et j’enregistre la conversation, mais je serais peut-être amené à reformuler vos réponses pour m’assurer de les traduire correctement. » Il acquiesce. Heureusement, après cette entrée en matière laborieuse, grâce à la simplicité et l’honnêteté du bonhomme, le reste de l’entretien se déroule de façon parfaitement fluide, presque détendue, pour aborder aussi bien le dernier disque de Sebadoh et les habitudes d’écriture de Lou Barlow que son fils, les Ramones ou Ariel Pink ! Pre-scriptum : ayant déjà lu la réponse de Lou Barlow sur leur changement récent de label dans d’autres interviews, j’ai préféré garder du temps pour d’autres questions. L’explication est donnée dans notre critique de Act Surprised. “C’est un vrai challenge d’être un groupe démocratique (rires). C’est un énorme challenge de tenir au fil du temps.” © Justin Pizzoferrato Vous venez de sortir le dernier album de Sebadoh… Enfin, jusqu’au prochain… (Rires). Je me demandais si c’était le 8e ou le 9e ? En fait, Weed Forestin compte-t-il ? Je pense qu’il compte comme un de nos albums. Quand il est sorti, c’était sous le nom de Sentridoh, mais quand notre maison de disque a sorti le vinyle, ça s’appelait Sebadoh. Donc, Act Suprised est le 9e album. J’en ai compté 10, hier, mais je ne sais pas. En fait je crois que ça fait 10 aux États-Unis, et sûrement 9 en Europe. Il y en a un aux États-Unis qui s’appelle Smash Your Head On The Punk Rock, qui a dû sortir comme EP ou quelque chose de ce genre en Europe. Vous avez dit que c’était votre album le plus collaboratif puisque vous aviez tous travaillé ensemble sur toutes les chansons. Pensez-vous que cela ait un impact sur le disque ? Oui, je pense. L’album est plus homogène, le groupe semble plus soudé d’une chanson à l’autre et c’est sûrement notre album le plus cohérent en termes de texture depuis longtemps, voire depuis toujours (rires). Est-ce que cela a changé votre manière de travailler avec Sebadoh ? Allez-vous garder cette manière de faire ? Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que nous allons faire après. Nous devons partir en tournée. Après avoir...

Lire la suite

Sebadoh – Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

(Dangerbird/Fire, 24 mai 2019) Pour un groupe qui a une aussi longue carrière que Sebadoh sans jamais se fourvoyer ni exploser auprès du grand public, il y a deux manières d’aborder un nouvel album. Soit vous faites partie de ceux qui s’en foutent (Seba-quoi ? Connais pas !), soit vous faites partie de ceux qui y prêteront de l’intérêt, voire qui attendent fébrilement de pouvoir l’écouter. Car, si le groupe n’a jamais eu trop d’exposition, ceux qui l’écoutent ne tarissent pas d’éloges à son sujet ; à tel point que je ne pense pas avoir lu un seul avis négatif au sujet d’un de leurs disques (hormis chez Pitchfork, mais depuis quand leur avis nous intéresse-t-il ?)… Cette chronique ne dérogera pas à la règle, donc si vous vouliez lire quelqu’un leur casser du sucre sur le Seba-dos (ok, ce jeu de mot est minable), il faudra chercher ailleurs. On pourra, à la limite, parler du fait divers de leur changement de label de dernière minute, qui a fait couler un peu d’encre. Pour résumer, Joyful Noise leur a reproché d’être partis chez Dangerbird Records sans les prévenir et sans leur faire de contre-proposition. Lou Barlow s’est justifié en interview : le choix était démocratique au sein du groupe, la somme proposée par Dangerbird Records bien plus importante, et il n’avait pas envie de faire monter les enchères auprès de Joyful Noise qui est un petit label avec peu de moyens. Bref, en terme de saloperie croustillante, vous pouvez également passer votre chemin. Maintenant, si ce qui vous intéresse, c’est d’écouter un album de Sebadoh, alors là, vous pouvez y aller les yeux fermés. Ça se met dans la platine, ou ça se lance dans le lecteur mp3, et c’est partie pour une collection de morceaux Barlow-Loewenstein de grande qualité, à la fois sincères, mélodiques et efficaces. N’oublions pas Bob d’Amico, qui signe un “Leap Year” hyper bien troussé. Même si chacun a toujours sa patte identifiable, et une façon de chanter à lui, le tout est remarquablement cohérent et ce n’est pas un hasard puisque pour une fois les musiciens ont travaillé ensemble l’album de bout en bout (d’habitude, chacun vient avec ses morceaux, ils enregistrent le tout et c’est plié). Si on y perd peut-être, en conséquence, la capacité des précédents disques à partir dans de multiples directions (sans jamais vraiment s’égarer, ce qui est très fort), on y gagne en contre-partie leur album le plus…”album”, dans le sens où le tout semble bien construit pour aller ensemble. Et franchement, ça fonctionne tout aussi bien. Je pourrais vous faire la liste de mes morceaux préférés (et je vous citerai au moins “Reykjavik”, qui clôt le disque en...

Lire la suite

Pile – Green And Gray

Pile – Green And Gray

(Exploding In Sound, 3 mai 2019) Cela fait bien longtemps qu’on a cessé de chercher des explications à la popularité de certains groupes de rock indé en France, il y aurait de quoi devenir timbré. Notre beau pays, capable de porter aux nues les affreux La Femme, de s’extasier devant les Limiñanas, persiste à ignorer superbement certains des meilleurs groupes du genre qui sévissent outre Atlantique, à l’image de Pile. On aimerait beaucoup que ça change mais on n’y croit guère. Et pourtant.. Pourtant, ce Green And Gray nous en fait voir des vertes, des pas mûres, des jolies, des violentes, des délicates, des saisissantes (on va s’arrêter là, vous avez compris l’idée). Comme à l’accoutumée, Rick Maguire impressionne de par son talent protéiforme, multipliant les grands écarts vocaux, excellant dans son chant mélodique parfois très touchant (la perle mélancolique “Other Moons” expédiée en 1’25, “Hair” qui invite des cordes au banquet) et se fusillant les cordes vocales quand le ton se durcit et qu’il semble tout à coup saisi de convulsions éPileptiques (l’explosive “On A Bigger Screen” qu’on meurt d’envie d’écouter sur de bigger speakers). Comme à l’accoutumée, son groupe fait mieux que l’accompagner et se met au diapason jonglant entre ballades rêveuses et sévères mises au point nous laissant au bord de l’apoplexie, lorgnant autant du côté du post rock et du slowcore (“No Hands”) que de la noise la plus saignante (“A Labyrinth With No Center”, “The Soft Hand Of Stephen Miller”), parfois même au sein du même morceau (“Firewood” ou la colossale “Hiding Places”). Les plus exigeants auront du mal à trouver à redire devant un disque affichant une telle cohérence malgré la grande variété des ambiances déclinées. Même les plus prudes auront de quoi se réfugier derrière “Bruxist Grin”, tube évident avec son riff en forme de gimmick imparable. Bref, tout le monde pourrait bien y trouver son compte mais comme à l’accoutumée, seule une poignée d’irréductibles répondront présents. Les ignorants ont toujours tort. Jonathan Lopez Green and Gray by Pile LIRE LA CHRONIQUE DE A HAIRSHIRT OF...

Lire la suite