Cypress Hill dévoile un deuxième extrait de Elephants On Acid

Cypress Hill dévoile un deuxième extrait de Elephants On Acid

Dans deux semaines, le 28 septembre très exactement, Cypress Hill revient avec le très attendu Elephants On Acid avec DJ Muggs de retour à la prod. Après un premier extrait, “Band Of Gypsies”, qui n’aura pas enthousiasmé tout le monde à la rédac, voici l’excellent “Crazy” (difficile de ne pas y voir des réminiscences d'”Insane In The Brain”) dans un clip bien halluciné où B Real voit des éléphants roses. Grillez-vous en un, installez vous, on vous laisse apprécier… Jonathan...

Lire la suite

“Hello Nasty” des Beastie Boys a 20 ans. Chronique

“Hello Nasty” des Beastie Boys a 20 ans. Chronique

Ne vous laissez pas berner. J’ai beau jouer l’érudit avec mes chroniques de quelques grands disques des Beastie Boys (Licensed To Ill, Ill Communication), comme si je les avais connus à leurs débuts punks par l’intermédiaire de Rick Rubin… En fait, je découvre les Beastie Boys en 1998 à la sortie de Hello Nasty. Ma culture rap se limite alors à IAM et NTM. C’est la révélation. Lorsque Hello Nasty parait, les Beastie Boys sont déjà un groupe accompli avec près de 20 ans de carrière derrière eux, 4 albums monstrueux, des tubes à la pelle et restent sur le succès colossal de Ill Communication (double platine). Entre temps, ils sortent la (géniale) compil instrumentale The In Sound From Way Out!, énième preuve éclatante de la large palette musicale et la grande ouverture d’esprit des New-Yorkais. Une compil annonciatrice de l’album qui va suivre. Oui, celui-là même dont on parle ici. Car Hello Nasty regorge d’idées, de fulgurances, de trouvailles. En 22 titres et plus d’une heure de musique, les Beastie nous en font voir de toutes les couleurs. En attaquant tambour battant avec « Super Disco Breakin’ » d’abord, puis en déroulant son hip hop infusé d’électro, de rock, de bossa nova, de dub, de ballades étranges, de sonorités barrées, de bizarreries débiles. Certains morceaux condensent ainsi toutes les envies d’explorations du groupe. A l’image de « The Move » de facture assez classique au début qui finalement se laisse tenter par toutes les bifurcations possibles et imaginables (un break de piano « médiéval », un final électro old school avant une chute sur une chansonnette espagnole ringarde sur un gros beat hip hop). Qu’est-ce qui peut bien leur passer par la tête ? Impossible à dire mais comme toujours c’est drôle, déjanté, pétaradant… Complètement Beastie finalement ! Pour les auditeurs un peu plus frileux (sachez déjà que vous vous êtes trompés de groupe), il y a là de quoi remuer les miches jusqu’au petit matin en suivant comme vous pouvez les flows survoltés de Mike D, Ad Rock et MCA sur les explosives « Super Disco Breakin’ », « Remote Control », « Body Movin’ » ou le tube ultime « Intergalactic » et son instru SF qui file le frisson dès les premières secondes. Les Three MC’s s’appuient sur leur fabuleux nouveau DJ, Mix Master Mike, recruté juste avant l’album qui apporte une créativité folle et une maitrise des platines sans égale, ou presque. Au-delà de son apport considérable sur ces tubes qui viennent s’ajouter à la riche carrière du groupe, le nouveau DJ démontre qu’il excelle dans les instrus hip hop classiques (« The Negotiation Limerick File », « Just A Test », « Puttin Shame In Your Game »). Et les trois MCs de s’en donner à cœur joie avec leur nouvel acolyte, comme...

Lire la suite

Nouvel album pour Everlast. Extrait en écoute

Nouvel album pour Everlast. Extrait en écoute

Depuis qu’il s’est retiré de House Of Pain, Everlast s’est offert une seconde carrière de choix mélangeant folk et blues, sans pour autant renier ses premières amours hip hop. Ça commençait à faire un bail qu’on attendait son septième effort après un Songs of the Ungrateful Living, comme toujours réussi paru il y a 7 ans. Ce sera chose faite le 7 septembre prochain avec Whitey Ford’s House Of Pain qui sortira sur son propre label Martyr-Inc. L’album comportera 12 titres dont un avec Slug et un autre avec Aloe Blacc. En voici un premier extrait : Jonathan...

Lire la suite

Dans le bac d’occaz #27 : Suicidal Tendencies, Wu-Tang Clan, The Fiery Furnaces

Dans le bac d’occaz #27 : Suicidal Tendencies, Wu-Tang Clan, The Fiery Furnaces

Chaque mois BCG plonge pour vous dans le bac d’occaz en écoutant des albums indispensables selon des amis mélomanes et/ou des lecteurs d’Exitmusik. 30 ans (de 1977 à 2006), 30 disques. Chaque mois 3 albums de cette liste, écoutés au moins une fois par semaine. Les albums sont regroupés par le dernier nombre de leur année de sortie (1986-1996-2006, 1977-1987-1997, 1978-1988-1998, et ainsi de suite).* Dans le bac d’occaz’ #27 :suggestions pour les années en 3 Suicidal Tendencies – Suicidal Tendencies (1983) : suggéré par Okérampa Cher Oké, Cela fait un moment que je connais Suicidal Tendencies, depuis ma période Metallica, en fait, et il est même fort probable que ce soit toi qui me les avais recommandés. En revanche, de ce premier album, je ne connaissais que “Institutionalized”, donc c’était une bonne occasion d’aller voir ce qu’il y a derrière. Ce qu’il y a derrière : beaucoup de punk hardcore assez bourrin, mais, comme sur le morceau en question, pas mal de tentatives. Spoken word, donc, mais aussi, cassures de rythme, ralentissements, solos de guitare limite thrash (le solo de “I Shot The Devil” qui rappelle celui de “One” de Metallica, mais 6 ans avant, donc peut-être que Metallica s’en est inspiré), inclusion vers le metal et, plus surprenant, vers ce qu’on pourrait presque qualifier de rock alternatif/grunge (“I Want More”)… Un disque intéressant, c’est certain. Mon seul reproche, c’est que le hardcore bourrin en est non seulement le cœur, mais englobe aussi tout le reste. Je préfère personnellement quand il est là dans le fond, mais limité au strict minimum dans la forme. À part ça, rien à redire, ce disque est à découvrir ne serait-ce que pour l’histoire du punk.   Wu-Tang Clan – Enter the Wu-Tang (36 Chambers) (1993) : suggéré par JL Cher JL, Je dois t’avouer que, n’écoutant pas de rap dans les années 90, toute mon éducation est à refaire. En même temps, c’était peut-être du conditionnement social, mais en tant que petit babtou de classe moyenne, je ne me sentais pas du tout légitime à écouter du hip hop, et ceux qui le faisaient autour de moi, arborant tout l’arsenal ghetto street life, me paraissaient absolument ridicules. Ado on écoute surtout de la musique pour l’image, soyons honnêtes. Alors des niggaz de quartier qui revendiquaient une imagerie asiatique, en assimilant de surcroit les deux écoles d’arts martiaux les plus célèbres pour leur rivalité, ça me faisait pisser de rire. Impossible pour moi de prendre ce groupe au sérieux ! Les années ont passé et je me suis ouvert à d’autres horizons musicaux, j’ai pris conscience des carcans sociaux, et j’ai arrêté d’écouter de la musique pour l’image ou pour l’imagerie. Du...

Lire la suite

Dr. Octagon – Moosebumps: An Exploration Into Modern Day Horripilation

Dr. Octagon – Moosebumps: An Exploration Into Modern Day Horripilation

Kool Keith aka Dr. Octagon revient au bloc opératoire pour une opération chirurgicale 22 ans après le désormais classique Dr. Octagonecologyst. Un bon docteur n’est vraiment efficace que quand il est bien entouré, preuve en est cette tentative fébrile de 2006 avec l’album The Return Of Dr.Octagon qui a eu pour seul effet de nuire à la réputation du Doc. Kool Keith semble avoir reconsidéré les choses et revient cette fois-ci accompagné de ses assistants de renom, le producteur Dan The Automator, et Dj Qbert. Si chacun possède un talent indéniable dans son domaine de prédilection, cet album et le passé prouve que la formule Octagon ne peut fonctionner que lorsque les trois sont réunis. En 96, le trio avait bousculé le monde du hip hop avec un album novateur et une vision très futuriste les plaçant à une bonne longueur d’avance de leurs concurrents. Difficile d’en attendre autant en 2018, la mode des reformations suit son cours, avec son lot de déceptions. Heureusement Moosebumps: An Exploration Into Modern Day Horripilation passe le test avec succès, et redore un blason (une blouse ?) terni par une première tentative échouée. Nous voilà donc replongé au plein cœur des nineties avec ce fameux boom bap qui a pris pour l’occasion une bonne dose de botox. “Octagon, Octagon”, en guise d’introduction vous rappellera au cas où vous l’auriez oublié que le docteur est de retour. Les choses sérieuses commencent avec “Polka Dots”, sur une prod d’avant garde signée Dan The Automator, où Kool Keith balance ses rimes avec un flow et un style qui n’ont pas pris une ride, Qbert lui chauffe tranquillement ses platines et livre des scratches dont lui seul à le secret. Et ce dernier parler tout son talent sur l’instru “Bear Witness IV”, suite logique et tout aussi efficace de celle sortie deux décennies plus tôt. Autre rapprochement avec son “prédécesseur”, les puissants riffs de guitares sur les  excellents “Karma Sutra” et “Power of The World (S Curls)”, tentative initiée et déjà foutrement réussi à l’époque de “I’m Destructive”. Dans une démarche tout aussi positive il ne faudra pas passer à coté du déjanté ” Area 54″, et des plus dark “Black Hole Son”, “Operation Zero” et “Hollywood Tailswinging”. À défaut de nous projeter encore une fois dans le futur, l’ex Ultramagnetic MC’s nous fait vivre un véritable voyage dans le temps, et nous ramène à l’âge d’or du hip hop : le début des années 90 avec l’excellent “3030 Meets The Doc (Part 1)” où Dan The Automator retrouve pour l’occasion ses deux acolytes de Deltron 3030, Del The Funky Homosapien et Kid Koala. Un retour en grâce qu’on ne manquera pas de saluer. Malgré un manque...

Lire la suite