Zenzile – Elements

Zenzile – Elements

Ça fait déjà bien longtemps qu’on ne sait plus si on doit classer Zenzile au rayon dub. Ça emmerde sans doute les disquaires mais nous ça nous va très bien. Après avoir posé les bases du genre (on parle bien sûr du dub « à la française », le jamaïcain existant lui depuis belle lurette), Zenzile est parti en expédition et n’est jamais vraiment revenu. Ou plutôt si, il revient chaque fois avec de nouvelles idées. Après un tour à Berlin il y a 2 ans au bon goût de rock choucroute, le voici désormais entouré d’une nouvelle exploratrice qui foule pour la première fois la planète Zenzile et s’y accommode très bien, en témoigne la merveilleuse « Bird » en ouverture avec une Zakia Gallard des plus aériennes. La pochette prend alors tout son sens. Nous sommes bien au-dessus des nuages. Autre bijou bien poli, « Dry », qui peut se targuer d’une somptueuse intro où on pense que tout est déjà dit. Mais non il y a bien d’autres choses à conter dans cette fantastique épopée que de délicats synthés emmèneront vers des contrées new wave. L’album, qui tient autant du dub que du rock progressif, se révèle moins rugueux que son prédécesseur. A l’exception du rock burné d’« Outsight » (qui n’est pas sans rappeler certains titres incandescents de Livin’ In Monochrone), l’ambiance se veut plus apaisée. Il est davantage question de méditation que d’excitation (la formidable « Storm » qui s’autorise toutefois quelques éclairs guitaristiques rageurs, l’inspirante « Sequences » qui nous susurre « love is all around » de la façon la plus convaincante qui soit). Sans surprise, Matthieu Bablée envoie toujours des lignes de basse qu’on pourrait s’écouter tranquille un bon quart d’heure sans se lasser, et quand le tout est accompagné de percus et d’une voix brumeuse (« Presence »), on est bien. Un bon vieux dub des familles (« Poly ») vient boucler une affaire rondement menée, et rappeler que Zenzile n’oublie pas ses racines. Autre rappel : la musique de Zenzile fascine toujours et, si on ne sait jamais où ils vont nous emmener, on peut toujours les suivre les yeux fermés....

Lire la suite

Interview – Le Peuple De L’herbe

Interview – Le Peuple De L’herbe

Le Peuple De L’herbe vient de fêter ses 20 ans de carrière avec un huitième album, Stay Tuned… Aucune lassitude à l’horizon, une inspiration toujours bien présente et même un nouveau visage, une nouvelle voix. Celle de l’américain Oddateee, connu auparavant pour ses collaborations passées avec High Tone, vieille connaissance du Peuple. Juste avant d’entamer une énième tournée, DJ Pee, membre fondateur du groupe, était accompagné de son nouveau comparse, pour faire un peu de promo. Ça tombe bien, on avait pas mal de choses à leur demander…   « Si tu te remets pas en cause et que tu fais pas avancer ta musique, je pense que tu deviens neuneu, ça ne devient plus intéressant. »   Bon j’ai écouté un peu votre nouvel album forcément… DJ Pee : J’espère. Beaucoup même ! (rires)   J’ai l’impression que c’est peut-être le plus carré, léché, le moins bordélique en tout cas si je puis dire. C’est quand même pas votre album de la maturité rassurez-moi ? DJ Pee : (Rires) On en a fait tellement d’albums de la maturité. Ouais, il a été mûri, on a essayé de moins se disperser, d’être plus exigeants avec nous-mêmes. c’est ce qu’on s’est dit en rentrant en studio. On s’est fait cette remarque « peut-être qu’on est trop indulgents avec nous-mêmes ». On a été super sévères (rires). On a fait de la matière pour facilement 2 albums, 2 albums et demi. On a vraiment sélectionné les meilleurs tracks.   Ah oui, donc vous en avez sous le coude… DJ Pee : On en a chié plein (rires).   Je trouve aussi – bon en même temps c’est logique – qu’il y a un côté rock de plus en plus prononcé depuis l’arrivée du nouveau guitariste, il y a carrément des morceaux où on est proches de la fusion, je pense notamment à « Abuse » sur laquelle tu rappes Oddatee…  DJ Pee : Oui un mélange de genres. C’est assez 90s, politisé…   Un petit côté Rage Against The Machine. Oddateee : Oui Rage ou Public Enemy, un mix de tout ça. Et le groupe apporte l’équilibre. Et les textes sont encore plus importants « too much abuse in your mind » et ça rend fou, ça concerne tout le monde, les français, les blacks, les chinois, le monde entier… DJ Pee : c’est influencé par ces groupes, mais c’est surtout Le Peuple et Oddatee. Il s’est cassé le cul à trouver de bons lyrics qui ont un sens. Il sait qu’on est totalement en phase avec ce qu’il dit. C’était déjà le cas avec JC (JC001 ndlr). Oddateee : oui on a clairement trouvé une harmonie entre nous, le son, l’esprit. Sur « Abuse », on a une très bonne interprétation...

Lire la suite

Le Peuple De L’herbe – Stay Tuned…

Le Peuple De L’herbe – Stay Tuned…

On a d’abord tous pensé que les membres du Peuple De L’herbe étaient des fumeurs de joints invétérés. Erreur ! Le Peuple De L’herbe ce sont de gros alcooliques. Des alcooliques qui ont su faire évoluer les moyens de se/nous torcher la gueule. Alors qu’à leurs débuts ils ne lésinaient pas sur les doses et les mélanges, les voilà désormais plus mesurés. Tout en sachant apprécier les bons crus forts en bouche (JC001 qu’ils ont toujours affectionné, Marc Nammour de La Canaille et Oddatee), Le Peuple semble assagi, préférant un bon alcool fort à déguster plutôt qu’un mélange qui pourrait se révéler indigeste (même si à l’époque ils étaient ô combien savoureux !). Avec l’âge on encaisse moins facilement. Aujourd’hui Le Peuple apprécie se faire un bon rock’n rhum tranquille, surtout quand les amis sont de la partie, même s’ils sont un peu sur les nerfs et revendicatifs (« Abuse »). Ça fait aussi du bien de vider son sac. Alors évidemment quand on se remémore un soir comme ce maudit vendredi 13, impossible de ne pas avoir l’alcool triste. Mais même l’esprit un peu embrumé, les mots de Marc Nammour sont justes. Triste mais beau et touchant (« V13 »). Et c’est aussi beau d’écouter JC001 embrasser la cause de réfugiés trop souvent vilipendés (« Refugees »). L’alcool libère la parole dit-on, là c’est juste le coeur qui parle. Mais la soirée est longue et si Le Peuple a mis un peu d’eau dans son vin, il sait varier les plaisirs, calmant le jeu avec un soft bien senti (« Lucy Fire ») avant de se faire un petit shot pour faire monter la pression et partir en soirée rock’n rhum (« Only A Few »). Dès lors, les bonhommes ont l’enthousiasme si communicatif qu’il devient inconcevable de ne pas se déhancher à leurs côtés (« Who’s Got It »). Finalement, même sans l’exubérance de sa jeunesse, le souvenir ne sera peut-être pas indélébile comme à l’époque mais c’est toujours aussi bon de passer une soirée en compagnie du Peuple De L’herbe à s’enfiler quelques canons....

Lire la suite

Un premier extrait en attendant le nouveau Zenzile

Un premier extrait en attendant le nouveau Zenzile

S’il y a bien un groupe dub qu’on n’a jamais cessé de suivre, c’est Zenzile. Auteurs encore une fois d’une dernière livraison de haut niveau (Berlin, l’an dernier) avec un virage krautrock des plus réussis, le groupe avait confirmé que le chemin parcouru depuis Sachem In Salem il y a plus de vingt ans est énorme et la remise en question permanente. Leur retour dans les bacs est prévu pour le 24 février prochain chez Yotanka avec leur dixième album Elements. Un premier extrait vient d’être dévoilé et ne devrait pas dépayser ceux qui avaient accroché à l’univers de Berlin. Ça s’appelle « Presence » et ça s’écoute par ici : Zenzile entamera ensuite une tournée pour défendre son dixième album et sera notamment de passage dans la capitale le 12 mai au Café de la Danse....

Lire la suite

Le studio de Lee Scratch Perry incendié

Le studio de Lee Scratch Perry incendié

C’est la deuxième fois que ça lui arrive, ça commence à faire beaucoup. Une bougie restée allumée et voilà le studio de Lee Scratch Perry vidé de sa contenance. Le sorcier fou jamaïcain de 79 ans, co-inventeur du dub avec King Tubby et producteur de quasiment tous les grands noms du reggae jamaïcain, a annoncé lui-même la nouvelle sur sa page Facebook : « Bonjour mes fans. Quelque chose de très très triste vient de se produire. J’ai oublié d’éteindre une bougie et la totalité de mon laboratoire secret a brûlé. Toutes mes œuvres d’art, mes chapeaux magiques, mes bottes magiques, toutes mes folles tenues de scène : roi, pape, général, magicien… Tous mes ordinateurs, tout mon matériel de studio et mon micro magique, mes livres, ma musique, mes CD… Tout est parti en fumée !!!! » Lee Perry a lancé via les réseaux sociaux un appel aux fans pour lui permettre de reconstituer une partie de sa gargantuesque collection (notamment moult grigris offerts tout au long de sa carrière par des fans justement). En 1983, c’est son studio mythique Black Ark, en Jamaïque, qui avait été la proie aux flammes (dans des circonstances assez floues). Lee Scratch Perry vivait depuis 1989 en Suisse où il avait bâti sa nouvelle antre…...

Lire la suite