Protomartyr – The Agent Intellect (Hardly Art)

Publié par le 11 octobre 2015 dans Chroniques | 0 commentaire

Protomartyr_LP2-560x560« The Devil In His Youth », morceau d’ouverture du troisième album de Protomartyr, nous renvoie d’emblée à ce que les 80’s avaient de meilleur en Angleterre : du post punk libre, impulsif, souvent identifiable par une voix caverneuse et trainant avec elle des mélodies marquées de riffs sombres et mélancoliques. Pourtant on est bien en 2015 et on a affaire à un groupe tout droit venu de Detroit. Vous me direz la Motor City est aussi grise et industrielle que Manchester et la musique que nous propose Joe Casey est froide et rigide comme celle de Joy Division.

« Cowards Starve » et « Clandestine Time » nous rappellent que le post punk est bien un des genres les plus excitants qui soit (n’en déplaise à certains…) ! Les riffs de guitares de Greg Ahee sont tellement efficaces que chaque morceau enterre le précédent pour convoiter le titre de meilleur de l’album. The Agent Intellect nous offre ainsi douze titres aussi riches et complexes que jubilatoires.

Beaucoup de tension et de rage rentrée sur « The Hermit » ou « Boyce or Boice », en forme de conflit permanent, qui nous maintiennent en alerte jusqu’au retentissement de la dernière ligne de basse. C’est au contraire un sentiment de nostalgie que procure l’hymne de cet album « Pontiac 87 ». Cette aisance à nous faire passer d’un sentiment à l’autre est totalement déconcertante… et terriblement addictive. Vous réaliserez bien vite que certaines mélodies sont ancrées en vous et qu’il faudra du temps pour vous en dépêtrer.

Un album à posséder d’urgence !

 

ET

NB : si vous n’êtes pas loin de la capitale, n’hésitez pas à aller écouter Protomartyr en live le 18 novembre au point éphémère.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :