The Prodigy – The Day Is My Enemy (Take Me To The Hospital)

Publié par le 14 avril 2015 dans Chroniques | 0 commentaire

The-Prodigy-The-Day-Is-My-Enemy-HOSPCD005Prodigy a toujours flirté avec la ligne rouge, oscillant entre le big beat fracassant et la rave lourdingue dans un exercice d’équilibriste assez périlleux. La plupart du temps ils ont réussi à ne pas basculer du mauvais côté, mais c’était surtout vrai à leurs débuts.

Car là où les Chemical Brothers ont su régulièrement se réinventer (ou du moins se renouveler intelligemment) Prodigy continue de foncer tout droit avec pour principal motif d’endommager les tympans les plus intrépides.

Le problème c’est qu’ils se montrent beaucoup moins convaincants que par le passé et ce n’est pas parce qu’on a vieilli qu’on dit ça (ne comptez pas sur nous pour renier The Fat Of The Land qui reste un monument de la musique électronique). Après une entame sous forme d’assaut frontal qui réussit à se montrer percutante sans être harassante (« The Day Is My Enemy »), nos nerfs sont ensuite vite soumis à une pression constante. Et ne tardent pas à capituler face au déferlement de beats survitaminés, de guitares rageuses, de bruits plus agressifs les uns que les autres… mais finalement assez vains.

On préférera garnir nos playlists des rares titres qui sortent du lot (« Ibiza » avec les surexcités de Sleaford Mods dont la collaboration s’impose comme une évidence, « Wild Frontier » qui n’invente pas la poudre mais la fait parler, efficacement) plutôt que de s’infliger l’écouter d’une traite qui peut vite s’apparenter à une rude épreuve tant la lassitude s’impose rapidement.

C’est triste à dire mais Prodigy ressemble de plus en plus à un gamin qui se refuse à grandir et continue de jouer avec les mêmes joujous sans se rendre compte qu’il a fini par gonfler tout le monde.

JL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :