Mogwai @ Olympia (Paris), 03/02/14

Publié par le 9 février 2014 dans Live reports | 0 commentaire

Y a pas à dire les grosses lettres rouges sur la façade de l’Olympia ça claque. Et ça fait toujours un truc. Voir les 6 lettres de Mogwai nous toiser fièrement de la sorte ça donne tout de suite une dimension événementielle. Un sentiment pas désagréable il faut bien l’admettre.

mogwai 2

D’autant  que les écossais nous doivent une revanche après un dernier album mi-figue mi-raisin. Pas de doute, ce sera grandiose c’est écrit.

Forest Swords ouvre le bal et propose une musique assez éloignée de l’univers de Mogwai. On oscille entre électro dub et trip hop atmosphérique avec des projections d’images tournant au ralenti… Rien de mal dans tout ça,  rien d’inoubliable non plus.

Aux alentours de 20h30 c’est au tour des écossais de faire honneur à leur statut. Ils ouvrent leur set avec « Heard About You Last Night », titre inaugural de Rave Tapes. L’interprétation est assez fidèle à la version de l’album,  il va falloir attendre pour être transporté.

Le ton monte ensuite avec « You Don’t Know Jesus » où les guitares sont à l’honneur et se font entendre, l’occasion de réaliser que la qualité du son est au rendez-vous. Ce n’est pas une grande surprise connaissant la réputation du groupe et l’acoustique de cette salle mais c’est toujours un vrai plaisir de le constater.

Le public réagit dès les premières notes de « I’m Jim Morrison, I’m Dead ». À juste titre. Ce morceau est somptueux et sur scène il se bonifie encore prenant une ampleur considérable.

Malheureusement ce genre de moment sera trop rare. On apprécie tout de même la puissance de « Ithica27o9 » qui vient défier le mur du son ou le très beau voyage en première classe proposé par « Small Children In The Backgtof2round » mais ça manque cruellement de constance pour qu’on puisse rentrer totalement dans ce concert. Les morceaux passent et l’idée se précise : la déception est de taille.

Preuve irréfutable : je profite du morceau relou au vocoder (« The Lord Is Out Of Control ») pour aller soulager ma vessie, chose impensable quand un concert se révèle captivant. Dommage qu’une trop grande place ait été laissée au dernier album qui confirme qu’il ne fait pas le poids face aux classiques du groupe, trop rares ce soir. « Christmas Steps » remonte le niveau avec une belle alternance entre guitares imposantes et violon enchanteur.

Malgré un son toujours très impressionnant, « Remurdered » et « Mexican Grand Prix » déçoivent et confirment que quand Mogwai s’oriente trop vers l’électro avec une omniprésence de synthés, il s’éloigne de son domaine de prédilection.

tof3Le groupe quitte la scène, on espère un rappel fracassant. Il ne le sera qu’en partie. Mais cette partie se nomme « Mogwai Fear Satan » et elle compte triple. Le chef-d’œuvre du groupe. Des montées vertigineuses, une grâce de tous les instants et puis il y a cette longue accalmie, superbe, qui débouche sur une fabuleuse explosion d’une puissance hors norme. Je me rappellerai longtemps de cette secousse, niveau 12 sur l’échelle de la claque sonore. De quoi nous assurer des acouphènes pour trois jours.

Ce très grand moment final laissera forcément d’immenses regrets. La faute à une setlist qui a trop ignoré les premiers albums (aucun morceau de Mr. Beast, un seul de Young Team) qui restent quoiqu’on en dise les meilleurs.

 

JL

 

Setlist : Heard About You Last Night – You Don’t Know Jesus – Master Card – I’m Jim Morrison, I’m Dead – Blues Hour – Ithica27o9 – Deesh – Small Children In The Background – The Lord Is Out Of Control – Christmas Steps – Remurdered – Mexican Grand Prix.

Rappel : How To Be A Werewolf – Hunted By A Freak – Mogwai Fear Satan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :