LVL UP – Return To Love

Publié par le 19 septembre 2016 dans Chroniques, Toutes les chroniques | 0 commentaire

LVL up

(Sub Pop/PIAS, 2016)

Alors tu veux que je te dise ce que c’est que le rock indé ?
Et bien, techniquement, c’est du rock qui ne sort pas sur les gros labels. Tiens, prend donc ce disque, tu vois, il est sorti chez Sub Pop, un label indépendant. Bon ok, un label qui a de gros moyens en termes de communication et de distribution et qui fonctionne comme une major… Donc effectivement, de ce point de vue-là, ça ne veut plus dire grand chose.

Bon, alors, voyons le nom. Un groupe de rock indé va souvent choisir quelque chose d’évocateur, soit une référence à une influence, musicale ou d’un autre médias, et surtout quelque chose qui va rappeler l’enfance, l’adolescence ou la culture geek. Et pour le style, on peut retirer des voyelles. Tiens, ce groupe-là s’appelle LVL UP. Exactement ce que je te disais. Mets-le un peu sur la platine, pour voir.

Ah bah voilà, tu vois « Hidden Driver », ce son, la petite intro sur un riff de guitare sympa, la voix chaude mais humble, planquée derrière une petite dose de disto pour que l’ensemble ne soit pas trop propre, la production qui fait un peu enregistrée dans ton garage, la petite mélodie naïve avec des sons tout cheaps qui viennent renforcer pour le refrain, ça, c’est typiquement du rock indé. Attention, ça n’est pas toujours uptempo, ça doit ralentir assez vite, bah tiens, voilà, « She Sustain Us », avec son côté tout naïf, il ne manquerait plus qu’il y ait un choeur féminin… Et voilà ! Et des fois, ça s’énerve, aussi, et là, il faut impérativement sortir une fuzz, voire faire un petit déluge sonore bordélique. C’est ça, comme sur « Pain » ou la fin de « Five Men On The Ridge ». D’autres fois, il faut bien calmer le jeu avec une petite ballade acoustique. Bah tiens, là, c’est « Cut From The Vine » qui s’y colle. Tu vois, un disque de rock indé, c’est varié. Mais ça doit être un peu barré aussi. Ah, voilà justement que commence le dernier morceau, « Naked In The River With The Creator », avec ses claviers et son chant hypnotique, son rythme neurasthénique répétitif et ses guitares bruitistes qui viennent progressivement en renfort. Voilà, avec Return To Love, on a un bel exemple de rock indé.

Comment, tu veux savoir s’il n’y a jamais de tubes dans le rock indé ? C’est vrai qu’avec ce disque, on pourrait se le demander, encore que « I » est plutôt accrocheuse, mais il ne faudrait pas s’y tromper. Non, LVL Up nous offre là une bonne démonstration du style, mais qui a les défauts de ses qualités. Un disque qui s’écoute très bien, mais dont on se démande si on le réécoutera.

Bref, les amateurs du style peuvent écouter ça sans se poser de question. Pour les autres, il faudra faire mieux la prochaine fois si le groupe veut se faire une place.

BCG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :