King Gizzard & The Lizard Wizard – Sketches of Brunswick East

Publié par le 23 août 2017 dans Chroniques, Notre Sélection, Toutes les chroniques | 1 commentaire

(ATO/Flightless, 2017)

Pour ma part, j’avais cru que le miracle arriverait. L’engagement de King Gizzard de sortir 5 LP en 2017. J’ai toujours ressenti un telle intelligence chez ces mecs que j’étais certain qu’ils y arriveraient en évitant les pièges. Mais non. Déjà, Murder of the Universe était difficile dans le genre sci-fi apocalyptique et la répétition des gimmicks, les auto-références. ‎Ici, c’est la livraison « jazzy »…

Pas grand chose à se mettre sous la dent, tout juste un petit riff orientalisant sur « D-Day » qui m’a fait croire qu’ils allaient bâtir une énorme basilique foutraco-géniale mais non, on est reparti sur de l’easy listening (vais pas me faire des potes). A chaque sursaut, on y croit mais le souffle retombe dans sa routine pépère. A la limite, c’est « sympa à écouter« , ce qui est la pire insulte ! Putain, y avait tellement à faire et ils ont tout pour faire, ils l’ont déjà démontré.

Allez, je me refais les 4 premiers titres de I’m In Your Mind, Fuzz et j’attends la suite de 2017. Alors, je sais que King a ses inconditionnels qui trouveront tout génial, je me joindrai à leurs choeurs quand King prendra à nouveau des risques !

Manu

Lire la chronique de Flying Microtonal Banana

Lire la chronique de Paper Mâche Dream Balloon

Lire le report de Primavera Porto 2017

Lire l’interview de King Gizzard

Lire la chronique de Quarters!

1 commentaire

  1. Pour ma part je trouve qu’ils ont pris des risques, une construction très pop psychedelic mais surtout à la limite du jazz fusion. Cette album regorge d’une certaine technicité qui peut justement ne pas être constaté par tous et c’est en ça que je realise qu’ils ont pris une prise de risque. Le risque de ne pas être compris de tous surtout les puristes des albums plus entraînant tandis que le jazz fusion repose plus sur une question d’ambiance technique . Bien sûr c’est un tout autre registre que des morceaux comme the river ou i’m in your mind mais au final ils jouent selon leurs évolutions musicales personnelles et celà prouve bien qu’ils jouent avant tout pour se faire plaisir, la plus belle vertu engendrée par la musique ! Mais je comprend tout à fait votre point de vue et c’est en cela que je trouve la musique et la subjectivité qu’elle renvoie tout à fait passionnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :