Interview – The Coathangers

Publié par le 27 juillet 2017 dans Interviews, Notre Sélection, Toutes les interviews | 0 commentaire

The Coathangers, trio féminin garage-punk, vient de sortir Parasite, nouvel EP des plus chaotiques chez Suicide Squeeze Records – un pur label de Seattle, sans compromis, sur lequel on trouve aussi Audacity. Pour défendre cette nouvelle sortie, elles étaient de retour en France pour quelques dates dont une à TINALS où nous étions. L’occasion de constater qu’elles sont toujours aussi douées pour la scène et de vérifier si elles ont toujours des choses à dire après plus de 10 ans de carrière. L’interview se déroule pendant le ravitaillement nourriture et alcool du groupe, qui a donc souhaité rester en backstage… ce qui ne fut pas du goût de tout le monde. Interview express.



// ENGLISH VERSION BELOW


“On n’a pas à craindre la réaction des gens, ça ne plaira pas à tout le monde de toute façon donc on n’en a rien à foutre, on fait ce qu’on a à faire »



 

Première question, parce que je suis curieuse à ce propos, j’ai lu que votre groupe s’est formé comme une blague. Comment ça a fini par se produire ? 

Julia Kugel (guitare/chant) : Bon ce n’était pas vraiment une blague non plus, mais ce n’était pas très sérieux… On avait l’habitude de prendre des cuites ensemble.

Meredith Franco (basse/chant) : et simplement de trainer ensemble.

Julia : on allait aux Margarita mondays (tradition consistant à s’enfiler des litres de margaritas pour oublier qu’on est le lundi, pire jour de la semaine, ndr), et on rentrait chez moi, Stephanie avait une batterie, et on a commencé à jouer de la musique. On s’amusait, on se soulait la gueule, et on s’est retrouvé à jouer des concerts. La première fois qu’on a joué les gens nous disaient « vous devriez faire d’autres concerts » et on leur disait « non, non, non merci !« .

Meredith : oui, on répétait chez Julia.

Julia : et puis Mark (de Suicide Squeeze Records) nous a fait « vous voulez sortir un disque ?« , puis quelqu’un d’autre « vous voulez sortir un autre disque ? » et je me suis dit… Et merde déjà le deuxième album !

 

Ça s’est fait tout à fait naturellement, tout s’est passé comme sur des roulettes.

Meredith : oui et on n’aurait jamais pensé que ça puisse durer.

Stephanie Luke (batterie/chant) : « on n’y arrivera jamais ! » (rires)

 

C’est peut-être ça la clé.

Stephanie : oui parfois, peut-être. Ne pas se prendre trop au sérieux.

 

Et qui écrit les paroles ? Vous faites ça ensemble ?

Julia : ça dépend des chansons, de l’humeur et du moment… Quelqu’un a une idée et on se met à travailler dessus ensemble.

 

Un travail d’équipe, donc. A propos de vos paroles justement elles sont très directes, vont à l’essentiel. Dans l’industrie du disque évidemment il y a d’autres groupes de filles mais pas tant que ça et ça fait du bien d’avoir des filles badass qui y vont franchement. Vous pensez que vous pouvez être une source d’inspiration pour des gamines ?

Julia : oui bien sûr, filles et garçons j’espère. Parce qu’on a été inspirées par des musiciens, la musique n’a pas de genre. Pour des jeunes, vieux, hommes ou femmes parce qu’on est juste honnêtes et sincères. Parfois on fait de la merde, parfois on fait des choses bien, ça devrait être une inspiration pour créer.

Stephanie: ne pas avoir peur, dire ce que tu veux dire. Il y a des trucs sur le premier album que je ne veux pas forcément jouer maintenant parce que j’ai un peu évolué mais je suis contente de l’avoir exprimé !

Julia : c’est la liberté que la musique t’offre. Dire ce que tu veux. Tu peux dire « j’ai envie de te tuer » (rires) alors que tu ne peux pas le dire dans la vraie vie.

Stephanie: on n’a pas à s’inquiéter de la réaction des gens, ça ne plaira pas à tout le monde de toute façon donc on n’en a rien à foutre, on fait ce qu’on a à faire.

 

Exactement !

Stephanie : on se tapait plein de réactions de merde quand on a commencé parce qu’on n’était pas musiciennes mais les gens écoutaient pour je ne sais quelle raison, donc on s’est dit « cool, continuons ! ».

 

L’art ce n’est pas la perfection. Si des gens veulent voir quelque chose de parfait, ils n’ont qu’à aller voir Mozart !

Stephanie/Julia : ouais ! (rires)

Julia : et il y a de la place pour tout le monde.

 

C’est clair ! Qu’est-ce que vous préférez quand vous êtes en tournée ?

Stephanie : manger (rires), la cuisine française !

Julia : donner des concerts. Tu sais parfois quand on est en journées « off » je suis tendue parce que j’ai besoin que ça sorte, même si parfois tu n’as pas envie de le faire parce que t’es fatiguée ou quoi… On a besoin de ça !

Stephanie : même quand un concert parait mauvais, il est parfois bon finalement. Parfois quand je suis énervée ça donne un meilleur concert.

Julia : c’est comme faire du yoga et chaque soir est différent donc c’est cool et c’est pour ça qu’on est là : pour partager une expérience avec tout le monde



La responsable du backstage nous interrompt « il va falloir finir l’interview… » (c’est vrai qu’on n’avait pas vraiment le droit d’être ici) 

Et merde… bon une dernière question rapide : qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter ?

Stephanie : de continuer et de nous amuser.


Vous êtes super cool, je suis sûre que vous allez y arriver !

Meredith : oh merci, je t’aime bien toi !


Entretien réalisé par E. pour Exit Musik.



Morceaux essentiels : “Squeeki Tiki”, “Captain’s Dead”, “Watch Your Back”.









//// ENGLISH VERSION ////


Hello girls, the first question is – really like because i’m really curious – i heard that your band formed in 2006 as a joke, so how this ended up happening?

Julia Kugel (guitar/vocals) : Well it was not a joke necessarily, but it wasn’t serious. We used to get drunk.

Meredith Franco (bass/vocals) : and just hanging out.

Julia : Margarita mondays, and we used to come back to my house, Stephanie got a drum set, we just started playin music. Having fun being drunk, then we played shows and the first time people were like ‘you should play more show‘ and we were like ‘non non non thank you‘…

Meredith : We used to practice at Julia’s house.

Julia : and then Mark (from Suicide Squeeze record) was like ‘you want to put out a record ?‘ and someone else was ‘you want to put out another record?‘ and i was like ‘oh shit‘… the second one!!

 

It was like a natural flow, everything went in the right direction… 

Meredith : yeah and we like never really thought it would be a long term.

Stephanie Luke (drums/vocals) : ‘we are not gonna make it‘ (laughing).

 

Maybe that’s the key. 

Stephanie: sometimes maybe…don’t take youself too seriously.

 

Ahah yes exactly! And who writes the lyrics, you do it all together?

Julia : it depends on the songs, mood and the moment… someone will have an idea and then we put all together.

 

That’s cool, team work. And actually i was thinking that your lyrics go straight to the point and you know in the music industry, of course there are some girlbands but no so many, so i’m like… finally some badass girls just put it out there. Nowadays, don’t you think you could be inspirational to some kids?

Julia : yes sure, i hope for boys and girls, cuz we were insipred by musicians, music has no gender. For young, old, male, female like cuz we are just so honest and sincere and sometimes we fucked up and it’s no good and sometimes it is and it should be an inspiration to create.

Stephanie: To not be afraid, say what you want to say. There are some stuff on the fisrt album that i don’t necessarily want to play right now cuz i grew up a little bit but im glad i sayed it !

Julia : That’s the freedom that music aloud you to have. To say whatever you want. You can say ‘i want fuckin kill you‘ (laughing)  and i can’t say it in real life.

Stephanie: you cannot be scared of what people think, anyway not everybody is gonna like you so who cares , fuck it you know ! We used to get a lot of shit when we first started, because we weren’t  musicians but people were listening for some reason so cool lets keep on going !

 

Art is not about perfection so… if people want to see something perfect they should go to see a concert of Mozart! 

Stephanie/Julia : yeah !! (laughing)

Julia : and there is enough room for everyone.

 

Totally! and whats your fav part of the tour?

Stephanie : eating food (laughing ) french food !

Julia : playing shows. You know sometimes when we have days off i feel i get tension because you need that release, even if you don’t want to do it sometimes because you are tired or whatever but you need it.

Stephanie : even when a show is bad it’s still good, sometimes if i’m upset it’s even a better show.

Julia: i’ts like doing yoga and everynight is different so it’s cool and that’s why we are there :  to share an experience with everyone.

 

LADY OF THE BACKSTAGE « we need to finish the interview«  (we weren’t allowed to be there though…)

Boring… let’s do the last quick question : what’s your wish for the present?

Stephanie : keep doin’ it and having a good time.

 

Well you girls are so cool, i’m sure you will make it! 

Meredith: oh thank you, i like you!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :