Interview blind-test – Jessica93

Publié par le 25 mai 2014 dans Interviews, Toutes les interviews | 0 commentaire

jess banniere

L’an passé Who Cares nous avait méchamment malmené, réveillant des souvenirs enfouis depuis Pornography ou Unknown Pleasures. Jessica93, derrière ce nom de midinette effarouchée se cache Geoffroy Laporte, un homme réservé, et avant tout passionné. Il était donc légitime d’entamer avec lui une longue discussion musicale…

 

Tu te rappelles du premier CD que t’as acheté ?

black albumOuais c’est le Black Album de Metallica.

Tu l’écoutes encore ?

Ça m’est arrivé ouais. Je jouais « Nothing Else Matters » à la guitare. Le premier morceau que j’ai appris avec « Come As You Are », comme tout le monde. C’est le premier que j’ai acheté et j’étais vénère parce qu’il y en avait plusieurs dans le bac et j’ai réussi à prendre celui qui était fêlé. Ce disque était super bon mais très mal enregistré.

 

T’étais dans une période un peu métal au début ?

C’est pas vraiment ça c’est que en ce temps-là les 3 groupes phares c’était Guns N’ Roses, Metallica et Nirvana. Je découvrais un peu la musique avec des guitares. Je venais plus du rap parce que petit j’ai grandi dans des cités et l’environnement c’était plutôt rap. Le premier groupe de rock que j’ai dû vouloir écouter c’était Iron Maiden et j’ai trouvé ça vraiment dégueulasse. Et puis après tu rencontres des mecs qui écoutent du rock et les premières têtes de gondole c’était Metallica, Guns N’ Roses et Nirvana. C’était pas une volonté d’écouter du métal c’était plus par curiosité. J’avais déjà Nevermind en K7 et je me suis lancé sur le Black Album.

nevermind_front

 

T’as eu ta période grunge et scène de Seattle comme tout le monde ?

Oui, comme tous les gamins des années 90. Je me suis vraiment intéressé à toute la scène indie de fin 80, début 90. J’écoutais Tad, Soundgarden. J’aimais bien les groupes qui avaient vraiment de la gueule parce que ceux comme Pearl Jam, Alice In Chains je trouvais ça trop chiadé, ça faisait groupe de studio. Les autres tu sentais que ça venait de la rue. Ça se voyait pas trop mais en grattant un peu tu voyais que la scène de Seattle était un peu séparée en deux. Y avait vraiment ceux qui sortaient des petits clubs tout pourris et ceux qui évoluaient déjà dans un environnement plus professionnel. Quand tu regardes aujourd’hui les clips de Pearl Jam… A l’époque on pouvait pas voir ça y avait pas internet c’était juste dans les magazines… Là l’autre fois j’ai revu le live de Guns N’ Roses à Vincennes en 92. Je suis un peu deg d’avoir été trop jeune à cette période parce que c’était des gros concerts et gros festoches sans tous les trucs d’aujourd’hui avec les portables de partout. Y avait pas tout ça. Maintenant tout est commercialisé c’est effrayant.

 

Quand on écoute Jessica, les premiers trucs auxquels on pense naturellement c’est Cure, la période cold wave. J’imagine que ça t’a bien traumatisé.

The Cure - PornographyOui Pornography c’est un album que j’ai bien usé. Et c’est pas le seul, mais je suis pas sectaire, j’ai pas spécialement eu de période cold wave. J’écoute vraiment de tout.

 

Même du classique ?

Non c’est un peu trop précieux et 8ème arrondissement pour moi. Je suis un gros fan d’Erik Satie par contre je sais pas si c’est du classique… Le seul truc que j’écoute pas ça doit être de la Drum & Bass… Le son années 80 que j’ai c’est parce qu’il y a une dizaine d’années je m’amusais avec un synthé. Je m’amusais à reproduire les basses à la Gainsbourg. J’adore ça mais c’est plus le matos que j’ai qui m’amène à faire ça.

Je me vois mal faire du punk avec des loops et une boîte à rythmes. J’essaie de poser un peu le truc. J’étais surpris que mes premiers enregistrements sonnent très années 80.

 

Tu me dis que t’écoutes un peu de tout. Des trucs un peu plus « joyeux » aussi ?

Ouais j’aime bien B-52’s par exemple. J’ai écouté grave ça. C’est festif mais y a quand même un côté un peu triste au fond, mélancolique. J’aime bien écouter REM aussi, c’est plutôt joyeux. Il faut que je sente que quelque part c’est habité par un truc satanique. Et même REM je trouve qu’ils sont habités par le diable. C’est un peu le point commun entre les groupes que j’aime. Que le mec pour écrire ça il a dû vendre son âme au diable.

 

T’as grandi dans le 9-3 donc forcément t’as eu ta grosse période hip hop ?

Ouais à l’époque on m’avait fait une copie de la première compil hip hop, je m’en rappelle plus du nom (Rap Attitude ndlr), y avait NTM, Assassin.. Après Tonton David est arrivé, au départ on trouvait ça cool… Après j’ai toujours suivi le rapattitudehip hop, je m’en rappelle quand Lunatic est arrivé… Le hip hop ça a toujours été le truc dans lequel je baignais. Je voyais mon père écouter les Beatles pour moi c’était vraiment un truc de vieux mais quelque part ça m’a bercé. Et plus tard je me suis dit « tiens je vais quand même écouter pour voir. » Mais ça a toujours été présent, mon père était vraiment fan, il a une grosse collection. J’étais un peu schizo, j’avais le son qui venait de dehors, de la rue et chez moi c’était plus le rock. Et ma grande sœur était fan de Michael Jackson (rires). Elle écoutait Thriller en boucle. Ça m’a bien bercé aussi.

 

Pour en revenir au rap, tu me parlais de Lunatic c’était quand Booba faisait encore du bon son. T’en penses quoi aujourd’hui ? Quel est ton regard sur le rap français ?

C’est une catastrophe. J’écoute Génération souvent et putain.. Ils se sont tous perdus, ya plus rien de créatif… Et y a un truc très triste dans le rap en ce moment,  ils sont tout le temps en train de chialer, de faire le bilan, c’est chiant à mourir. « Il a fallu que je me batte… », et des instrus avec des violons. C’est chiant comme la mort. Même Booba il a plus rien à dire. Il fait juste tourner la boutique. C’est vraiment pas une bonne période. Le seul truc que j’écoute c’est le dernier Roi Heenok, lui au moins il a de la gueule et fait des trucs intéressants. Il est pas si taré que ça, en France on a un regard un peu biaisé. Mais il a vraiment son style, quand t’écoutes du Roi roi-heenok-concertHeenok, t’écoutes du roi Heenok. Si tu te penches dessus, c’est sérieux. Je l’ai fait supporter dans ma voiture pendant 3 semaines. Ceux qui ont tourné avec moi savent que je suis un peu monomaniaque sur les disques, je peux en écouter un pendant 4 mois d’affilée. J’aime bien ça me fait un peu une BO d’une période de ma vie.

 

Ah oui quand même 4 mois d’affilée ! Donc j’imagine que t’as du mal à suivre le rythme des sorties…

Ouais parce que j’avais pas beaucoup de fric avant donc je pouvais pas beaucoup acheter et je suis pas genre internet, je préfère avoir le matériel. Là j’ai sorti un peu la tête de l’eau, j’essaie d’acheter des disques mais j’ai plus tendance à racheter des vinyles par nostalgie. Genre tiens j’écoutais ça quand j’avais 15 ans… Je le range et je l’écoute pas…

 

T’es plus vinyle quand même. Who Cares est sorti d’abord uniquement en vinyl c’est un vrai choix marqué ?

Ah oui, oui. Vaut mieux sortir un vinyl en 300 exemplaires qu’un cd en 1000. Le cd ça sert à rien. Quand tu reçois un vinyl t’as la satisfaction de la pochette en grand, tu poses le truc sur la platine… Quand tu fais des petits tirages, c’est mieux d’avoir le bel objet. C’est un peu tristoune le cd, le support est pas beau…

 

IMG_5220 2

 

T’enregistres encore avec Louise Mitchels, les Missfist ?

Missfist oui. Louise Mitchels ça fait un an et demi que j’ai arrêté. J’étais pas guitariste d’origine,  c’est des supers bons potes mais c’est un groupe qui a toujours évolué en changeant de line-up et je trouve ça intéressant. Donc j’ai laissé ma place.

Missfist on continue mais tranquillement. Parce que Jessica me prend beaucoup de temps et c’est un groupe assez barré donc on croule pas sous les propositions. J’adore ce groupe parce qu’on peut se permettre de faire le truc le plus barré, y a une liberté la plus totale. C’est impossible de classer ça dans une case. Aucune ambition particulière, si on a deux propositions dans l’année on est contents.

 

Quand tu t’es lancé dans des groupes comme ça, c’est aussi dû à ce que t’as pu écouter ? T’as des groupes qui te servent de référence ?

Oui. Missfist je dirais que ça vient de Dead Can Dance. La première fois que j’ai écouté je devais avoir 14 ans. Et je me suis dit « qu’est ce que c’est que ce groupe ?!« . Mais c’est un truc qui m’a toujours attiré le côté moyen-âge, église… Erik Satie aussi c’est un truc hyper français, simple avec une espèce de nostalgie, une tristesse mélancolique… On a réécouté les tout premiers trucs qu’on a fait y a un côté aussi très The Cure ou Chokebore en encore plus triste. Missfist c’est un peu un mélange de tout ça.  Après on a évolué et on a été influencé beaucoup par la scène noise d’Amiens, avec Headwar notamment. C’est une scène qui s’est construite autour des squats de punk à chien et les mecs ont été influencés par les Swans, Sonic Youth, etc. Ils ont toujours apprivoisé la zik en live en jouant le plus fort possible parce que c’était dans des squats. Headwar a vraiment réussi un truc, c’est un mélange d’usine et en même temps de bombes qui tombent… J’ai été très influencé par eux.

 

De manière générale, si tu devais garder trois artistes dont tu ne pourrais jamais te passer ?

Nirvana, déjà. A chaque fois que j’écoute Nirvana, je me dis que c’est vraiment le groupe ultime. C’est des chansons toutes connes mais qui marchent direct. Aujourd’hui le système est trop bien ficelé pour avoir des crétins comme eux qui arrivent. Y a que des mecs toujours un peu manipulés. Quand je revois les Red Hot Chili Peppers ils font vraiment de la merde maintenant mais au moins je me dis c’est les derniers crétins qui sont encore là. Eux ça devait être des bons crétins quand ils étaient jeunes…

dead-can-dance-aionC’est dur comme question, il y en a tellement. (Il réfléchit) Dead Can Dance je pense. Ils sont super importants parce que ça me renvoie à ce son un peu folklorique, moyenâgeux. Aion c’est tellement une tuerie. Ça me parle à mort.

The Cure pareil. Mais j’irai jamais les voir en concert. Ça doit être chiant. Tout le monde me dit que c’est mortel mais j’ai pas envie. Ce qui était bien c’est quand le batteur savait pas jouer, il se forçait à avoir un groove. Maintenant il sait tellement bien le faire que ça devient chiant, c’est trop chiadé.

 

Pour toi, il n’y aura donc plus jamais de groupes comme Nirvana. Y a quand même des groupes actuels d’Indie Rock qui trouvent grâce à tes yeux ?

Vraiment de nos jours, les groupes importants c’est pas forcément ceux qui sont médiatisés. Genre les Headwar, les Dreams pour moi c’est vraiment les meilleurs groupes de France. Mais je m’intéresse vraiment pas aux nouveaux « phénomènes » comme Fauve, La Femme… Je préfère rester à kiffer les groupes avec qui je joue, ceux que je croise en tournée…

 

Vous vous influencez beaucoup entre vous ?  

Oui carrément. Je parlais de la scène d’Amiens, il y a aussi celle de Strasbourg. C’est des petites villes où tout le monde se connaît et ils s’influencent beaucoup entre eux. Si t’arrives à Amiens et que tu tombes par exemple sur Merde Fantôme et que t’as pas vu d’où ça venait, pourquoi ils font ça, tu comprends pas tu te dis « qu’est-ce qu’ils font ces mecs ? ». J’aime bien ces phénomènes où tout le monde s’auto-émule. C’est bien mieux que de s’influencer de groupes américains. Vouloir sonner comme Thee Oh Sees… Vaut mieux rester dans ton coin, t’influencer des groupes à proximité. Je trouve ça beaucoup plus intéressant.

 

Cette nouvelle scène de San Francisco (Thee Oh Sees, Ty Segall, White Fence…), tu ne t’y intéresses pas ?

Non. J’ai pas envie d’écouter ça. Je suis un peu blasé de la musique ricaine. J’écoute un peu Soft Moon il y a des morceaux très biens, mais chez les ricains y a aucune surprise.  Pharmakon c’est le seul truc ricain que j’écoute en ce moment. C’est aussi parce que j’ai jamais vraiment écouté ces groupes-là, je commence à écouter Whitehouse aussi. greetings

J’écoute plutôt des groupes européens. Le dernier La Secte Du Futur, il est trop bien, les chansons sont toutes mortelles. J’avais l’impression d’avoir 14 ans en écoutant ça. Je vois pas un groupe aux Etats-Unis sortir un truc comme ça. Même les Pixies qui se sont reformés… J’ai entendu une chanson j’ai pas du tout eu envie d’écouter l’album. Je trouve qu’aux Etats-Unis ils tournent en boucle.

 

Cette année, y a quand même des sorties récents qui t’ont mis des bonnes claques ?

La Secte Du Futur, Pharmakon l’année dernière. Le Scout Niblett j’ai fait sa première partie et j’ai trouvé l’album vraiment bien. Dame Blanche aussi, un groupe parisien de la clique Teenage Menopause. Les 6887-its-up-to-emmagroupes de Strasbourg : Lésion Blanche, Ventre de Biche

 

Teenage Menopause fait partie des trois labels qui ont sorti Who Cares. Pour le prochain album tu comptes en lourder un ou deux ?

Je pense que ce sera la même fine équipe. Peut-être juste Teenage Menopause et Music Fear Satan. Mon Cul c’est très anti-commercial et je crois que Jessica est devenu trop commercial pour eux. Le prochain album j’aimerais qu’il sorte dans pas trop longtemps parce qu’il devrait sonner un peu comme Who Cares et je trouve ça bien qu’il sorte sur les mêmes labels.

 

T’as commencé à l’enregistrer ?

Oui on a commencé. On a enregistré deux morceaux pour un split qui va sortir au mois de mai. J’aimerais bien que l’album sorte en octobre.

 

Y a un groupe ou un artiste avec qui tu rêverais de tourner ? Dans le genre inaccessible…

Inaccessible non, pas spécialement. Que avec des mecs que je connais. Si, j’aurais bien aimé avec Freddie Mercury (rires). On va surement faire une tournée avec Teledetente 666, je leur avais proposé de faire un split mais ils sont trop occupés, ça va mettre 4 ans à se faire… J’aimerais bien faire un split avec Noir Boy George mais ils sont très occupés aussi. Ou un truc à 3 avec Headwar et Noir Boy George.

 

Malgré cette volonté d’échanger avec d’autres groupes, tu veux rester un one-man band ?

Non peut-être pas. Je n’ai pas d’impératifs par rapport à ça. Mais logistiquement, je ne me vois pas capable de faire un groupe. Si je commence à devoir louer des studios etc. Le fait de jouer tout seul, ça facilite les choses. La répète le jour J, une fois par semaine, c’est vraiment chiant. Là j’ai pris l’habitude de répéter quand je veux. C’est le manque d’organisation et de logistique qui me manque.

 

Oui et étant seul t’as forcément beaucoup plus de libertés même au niveau des compos…

Oui carrément. Et si je joue en groupe, je veux pas que ce soit Geoffroy et son backing band. Je veux pas avoir des musiciens de studios qu’on m’a refilé dans les pattes. Mon pote avec qui j’ai commencé la zik, il est un peu dans un truc comme ça et je trouve ça triste. Forcément le mec est carré, tu fais une tournée d’une semaine avec lui, le mec est au taquet y a pas un truc qui déborde. Mais c’est chiant. Donc si je monte un groupe ça impliquerait de gros changements, on verra…

 

Et t’as pensé même très occasionnellement à inviter quelqu’un à chanter sur un titre ou deux pour apporter une tonalité différente ?

Non, ça pourrait se faire si je rencontre quelqu’un avec qui je délire. Mais j’y pense jamais en mode « il me faut une chanteuse pour ce morceau ». Je me prends vraiment pas la tête avec ça. Même pour écrire des chansons j’essaie d’aller vite à l’essentiel. J’aime bien bosser tout seul aussi. Quand je regarde un peu en arrière, je me dis que ça doit pas être facile de bosser avec moi. Etre tout seul ça me permet d’être plus libéré. Mais j’aimerais bien faire une tournée à plusieurs ce serait cool.

 

Entretien réalisé par JL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :