Influenza Records – Chills, Fever, Sore Throat, Muscle Pains, Headaches And General Discomfort

Publié par le 7 avril 2015 dans Chroniques | 0 commentaire

chillsOn n’est généralement pas très friand du principe de la compil. Quand une compil sort, ça signifie souvent qu’on est face à un artiste ou label en panne d’inspiration qui ne cherche qu’à se remplir les fouilles. Et bien ici, pas du tout. Enfin si, un peu quand même, Influenza Records aimerait bien se remplir les fouilles, et c’est tout ce qu’on lui souhaite. Et même un peu plus.

Plusieurs raisons à cela : d’abord parce que si ce n’est pas encore le cas, il devient urgent pour vous de vous familiariser avec ce label au fonctionnement très DIY qui réunit la fine fleur de la scène rock indé parisienne (et là j’en vois qui rigole au fond de la salle « genre y a une scène indé parisienne ». Et bien oui et elle n’attend plus que vous pour être découverte.)
Ensuite, parce que même si vous connaissez déjà, sachez que la compil est composée de 50% d’inédits. Avouez qu’on est assez loin de la définition du départ.

La palme revient à Polarbird (dont on vous avait déjà dit du bien) qui a composé 3 inédits pour l’occasion. Trois inédits qui figurent sans rougir aux côtés des singles imparables du label (« Fine Now » de Wonderflu, « You Can Try » de Social Square pour ne citer qu’eux). Productivité, efficacité.
En coup de coeur principal signalons « New Life Prevails » punchy, mélodique et ponctué d’un final noisy tout Polarbirdien (ou Sonic Youthien pour les non initiés).

Un des atouts qui saute immédiatement aux oreilles est la cohérence de l’enchaînement des morceaux qui confirme que ces 4 groupes-là ne sont pas dans la même aventure par hasard.
Une vision commune, une énergie féroce et un grand talent mélodique. Sans quoi on s’en foutrait pas mal de leur unité.

Même quand un Wonderflu s’aventure dans le registre de la ballade (« Meaningless ») ce qui peut déconcerter de prime abord… et réjouit au final tant ils parviennent encore et toujours à nous emmener où ils le souhaitent. Ou quand Social Square s’inspire d’un fait divers sordide pour livrer un « Six Weeks » mid tempo aux petits oignons. Eux non plus ne savent pas faire que du rock rageur. Enfin, PFAU, projet parallèle du chanteur de Wonderflu, parvient brillamment à faire cohabiter violon et guitare sèche sur « Backdown ».

Décidément il n’y a qu’à se pencher pour ramasser du tube.
Influenza Records continue de faire du bruit, et à force il va bien finir par se faire entendre.

JL

Vous pouvez vous procurer la compil en vinyl ici ou venir l’acheter vendredi 10 avril lors de la release party à l’espace B où joueront… les 4 groupes !
Nous on y sera ainsi que 3 caméras ExitMusik, quelque chose se prépare…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :