Human Impact – Human Impact

Publié par le 18 mars 2020 dans Chroniques, Incontournables, Notre sélection, Toutes les chroniques | 0 commentaire

(Ipecac, 13 mars 2020)

En voilà un qui tombe à pic. Alors que tout part à vau-l’eau, que chaque jour le nombre de morts augmente sensiblement, que l’on ne sait pas de quoi demain sera fait et quand on pourra repointer son nez dehors, Human Impact arrive avec son premier album, anxiogène à mort. Si avec ça, vous avez envie de sortir, c’est que vous aimez le danger.

Ce supergroupe (parce qu’il faut bien l’appeler ainsi) était forcément destiné à nous en mettre une belle. Prenez un Unsane (Chris Spencer, guitare-chant), deux Cop Shoot Cop (Phil Puleo à la batterie, Jim Coleman aux synthés/samplers), un Swans (Chris Pravdica à la basse) et vous voilà plongé en apnée dans le New-York sale, rugueux et puant. On longe les murs. On salue les rats qui feraient presque figure d’alliés plus fréquentables.

Cet album malmène autant nos tympans qu’il stimule notre imaginaire visuel. Les images affluent constamment. Comme sur le fabuleux « E605 », truffé d’éléments d’ambiance crispants. Son industriel, riffs rampants, la guitare n’est que fines lames aiguisées. « What will you do to survive » interroge un Spencer à cran. Nul besoin de hurler, de jouer au bonhomme. L’auditeur n’a de toute façon aucune envie de la ramener. On se fait également refaire le « Portrait » via une longue intro sur rythmique presque tribale, des mécanismes se mettent en branle, au cœur d’une usine qui turbine sans relâche. Le final est, lui, totalement chaotique, entre cris, sonorités qui se percutent, robots qui se rebellent contre leur créateur.

Si on reconnaîtra sans peine l’apport de chacun, le rôle de Chris Spencer est assez loin de ses habituelles mises à l’amende prodiguées par (feu) Unsane. C’est peut-être là la plus grande surprise de ce disque. Le chanteur nous mène à la baguette sans tergiverser mais ménage malgré tout ses cordes vocales et se met volontiers en retrait. Même sa six-cordes avec laquelle il nous a tant martyrisé y va avec soin et parcimonie. Excepté la fantastique « Cause » – qui ne sera pas sans tonitruante(s) « Consequences » – où la guitare la ramène plus que ses petits camarades en poussant ce qui s’apparente à des cris de damnés, les vrais leaders ici semblent être les instruments parfois injustement considérés comme seconds couteaux dans des groupes censés faire grand bruit : une basse omniprésente qui ne relâche jamais l’étreinte et la resserre aussi souvent que nécessaire (« November », « Consequences ») et des synthés des plus inspirés qui distillent l’angoisse, instaurent le mal-être durablement (« E605 », « Protester » ou… « Respirator ». Tiens donc qu’est-ce qu’on disait déjà à propos du timing du disque ?). Cela dit, on connaissait l’importance des synthés au sein de Cop Shoot Cop et, force est de constater, que c’est bien de ces derniers que Human Impact se rapproche le plus.

La faute aussi peut-être – sans doute – au jeu de Puleo qui maintient l’ensemble sous tension en permanence et éclabousse les morceaux de sa classe, en faisant parler la finesse (« Portrait ») ou lorsque, comme sur « Protester », chaque coup de baguette sur les fûts s’assimilent à autant de fessées sur nos petits culs. Protester ? Drôle d’idée.

Le tableau ne serait pas aussi parfait sans un grand bonhomme pour rendre honneur au son produit par ces grands messieurs. En confiant l’œuvre à Martin Bisi, maître du genre, le risque était assez minime. Le tout se révèle d’une précision diabolique et d’une puissance colossale. À la fin de l’irrespirable « This Dead Sea », un réveil sonne. Se réveillerait-on d’un doux cauchemar ? Si tel est le cas, on préfère s’y replonger au plus vite plutôt que d’affronter la réalité du quotidien, autrement moins jubilatoire.

Jonathan Lopez

Tous nos articles sur Swans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :