Ghostpoet – Shedding Skin (PIAS)

Publié par le 6 mars 2015 dans Chroniques | 0 commentaire

Ghostpoet_-_Shedding_SkinPour les étroits d’esprit qui n’assimilent le hip hop qu’à une musique des bas-fonds qui s’adressent aux dealers et à ceux qui en veulent à la police, changez de disque !

Et penchez-vous sur le cas de Ghostpoet pour revoir votre jugement hâtif et ô combien erroné. Ce londonien livre ici son second album et poursuit dans une voie qui lui est propre.

A n’en pas douter le monsieur se situe un peu le cul entre deux chaises. Ne sachant trop s’il est rappeur ou chanteur, il fait les deux. « Off Peak Dreams » fait office d’ouverture en trompe-l’oeil, seul titre vraiment hip hop. Car le reste du temps, Ghostpoet brouille les cartes. Après des couplets au phrasé soutenu, il se plait à mettre le pied sur le frein et bifurquer dans une autre direction.

Entouré de vrais musiciens (tiens ça me rappelle quelqu’un) et de nombreux guests vocaux (Paul Smith de Maximo Park, Lucy Rose, Melanie de Biasio…), Ghostpoet laisse libre cours à ses envies et tient la baraque avec sa voix charismatique.

Sans être bouleversant d’un bout à l’autre, ce disque a pour lui une belle cohérence et quelques moments forts, notamment au début du disque (« X Marks The Spot », beau duo avec Nadine Shah, entre pop et soul, « Be Right Back, Moving House », riche en émotions ou « Shedding Skin » tout en retenue et délicatesse).

Si la suite peine parfois à atteindre le même niveau d’excellence (n’oublions pas « That Ring Down The Drain Kind Of Feeling », puissant trip (hop) blues), ce disque est sans discussion possible plein de personnalité et de bonnes vibes.

On n’est pas loin d’être admiratif devant un bonhomme qui dès sa seconde expérience studio ose s’aventurer dans tant de voies différentes sans jamais se perdre en chemin.

 

JL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :